L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un répit après les chocs Trump et Brexit
VICTOIRE DE MACRON À LA PRESIDENTIELLE FRANÇAISE
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2017

Les libéraux européens ont poussé un ouf de soulagement après l'élection d'Emmanuel Macron en France, une victoire qui vient ragaillardir un peu la mondialisation qu'ils défendent face au protectionnisme nationaliste d'un Donald Trump ou d'une Marine Le Pen.
Ce succès, qui suit les coups d'arrêt portés aux populistes de droite aux Pays-Bas et en Autriche, est une bouffée d'air pour les classes dirigeantes après les claques du Brexit et de la présidentielle américaine. Au G7 en mai et au G20 de juillet, les Européens pourront donc présenter un front plutôt uni face à l'Amérique protectionniste de Donald Trump. Au sein de l'UE, la France restera solidaire des autres pays lors des négociations sur la sortie du Royaume-Uni. Le New York Times a dès lors salué l'élection de M. Macron comme un choix contre «l'isolation dans l'aigreur, (...) une victoire de l'espoir et de l'optimisme sur la peur et (les) réactionnaires».
La Frankfurter Allgemeine Zeitung souligne que le monde a échappé au «cauchemar»: «Un nouveau séisme politique, après Trump et le Brexit, a été épargné au monde occidental». Angela Merkel, libre-échangiste pro-européenne convaincue et honnie des extrêmes, a aussi salué un «espoir», le futur président français défendant «l'ouverture sur le monde et (étant) résolument pour l'économie sociale de marché». Pour autant, personne n'a voulu verser dans le triomphalisme tant les scores élevés de la cheffe de l'extrême droite Marine Le Pen, de l'abstention et du vote blanc viennent relativiser le succès de M. Macron. L'euroscepticisme et le discours anti-migrants ont enregistré une nouvelle progression record. La gauche radicale, anti-mondialisation elle-aussi, a également rassemblé un cinquième des électeurs. Le New York Times souligne ainsi que les causes profondes de la montée de M.Trump, du Brexit, des 34% de Mme Le Pen sont bien-là: «beaucoup se sentent marginalisés par la mondialisation, la stagnation économique, des gouvernements impuissants, le chômage, le terrorisme et l'afflux des immigrés». «Les investisseurs peuvent être tenté de croire que la politique anti-establishment a vécu mais ce serait manquer de sagesse», relève Paul Donovan de la banque UBS. «Les inégalités de niveau de vie viennent nourrir +l'économie du bouc émissaire+, c'est-à-dire le désir de reprocher à un groupe extérieur les problèmes existants», poursuit-il. Le jeune président français a lui-même souligné à plusieurs reprises dimanche soir qu'il était face à une «tâche immense»: réformer l'UE, vaincre le chômage de masse, résorber les inégalités et libéraliser l'économie tout en protégeant les travailleurs. Ces réformes, hautement sensibles, sont la clé pour que les Français «n'aient plus aucune raison pour voter pour les extrêmes», a-t-il dit. Or, pour l'économiste en chef de la banque allemande Commerzbank, Jörg Krämer, l'espoir Macron pourrait mourir dès les législatives du mois de juin. «Bruxelles, Berlin et d'autres capitales sont soulagées, c'est compréhensible, par la victoire d'Emmanuel Macron. Or Macron aura bien du mal à obtenir une majorité absolue» à la chambre des députés pour permettre la mise en oeuvre de son programme, prévient-il. D'autres mettent déjà en garde contre une revanche de Mme Le Pen lors de la présidentielle de 2022 et de l'ancrage du clivage qu'elle rêve d'imposer entre «mondialistes» et «patriotes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.