Le dernier quart d'heure d'une nébuleuse    L'amorce d'une diversification économique    De «gros poissons» à la barre    L'Algérie en première ligne    Silence, on tue les enfants!    La Chine poursuivra des exercices à «tirs réels»    27 morts au cours d'affrontements intercommunautaires    Bamako souhaite que l'Algérie continue d'avoir un rôle moteur au Mali    Une surprise de Naples?    Brèves    Dix médailles pour l'Algérie    La Coquette se fane    Menace sur la figue sèche    Un réseau démantelé à Boumerdès    Levée du gel sur 8 projets    Le parcours atypique d'un héros    Un précurseur charismatique    Huile d'olive: un oléiculteur algérien décroche une 2e médaille d'or au concours international de Dubaï    Agressions sionistes contre Ghaza: dix nouveaux martyrs, 41 au total    Le CSJ doit être à la hauteur des ambitions de la jeunesse    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Niger    Athlétisme / Mondiaux 2022 des U20 : l'Algérie réalise un exploit historique en Colombie    Incendies de forêt: maintien de l'état d'alerte maximale    Achoura: Algérie Télécom assure la continuité de ses services durant la journée du lundi    Boughali prend part à la cérémonie d'investiture du nouveau président colombien Gustavo Petro    Tennis/Coupe Davis/Groupe 3 - Zone Afrique : ''La concurrence sera rude'' (Manager Général/CAT)    Vernissage de l'exposition "Traditions sahariennes" de Abdessamy Hali    Chelsea : Tuchel confirme pour Marcos Alonso    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    Diète touristique    Constantine: Un mort et 18 blessés dans un carambolage    Tamanrasset et El-Oued: 53.100 comprimés psychotropes et 28.000 paquets de cigarettes saisis    SEOR: 420 milliards de créances impayées    Football national: Quel avenir pour les clubs endettés ?    ASO Chlef: Optimisme malgré la saignée    Crise entre Alger et Madrid: L'industrie céramique et le tourisme espagnols impactés    L'ONU ET LE LOISIR DE RALER    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    «Le parcours de l'ANP émane d'une stratégie réfléchie»    «Leur libération est tout à fait légale»    Portes ouvertes sur les services de santé militaire à l'Hôpital central de l'Armée    Un concert en hommage à la regrettée Zoulikha, icône de la chanson chaouie    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Le voyage et les us et coutumes bouleversés    Le patrimoine culturel immatériel : valeurs locales et cadre national    Commission d'évaluation des chercheurs permanents: promotion de 90 Maîtres de recherche    Remaniement : le suspense est à son comble !    Quand le Premier ministre espagnol et le président ukrainien innovent !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mystère de Fatma Tazoughert
BATNA
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2005

Guerrière redoutable, elle sacrifia ses deux frères pour exalter le respect de la discipline.
Pour plus d'informations sur l'identité de Fatma Tazoughert, article paru dans L'Expression du jeudi 12 mai 2005, l'écrivain Nadhir Sbaâ la présente modestement dans son écrit L'histoire des Aurès et les hommes ainsi : «Née dans la montagne de Hitaouine (Merouana, les Aurès inférieures, Titaouine), Fatma «la rousse», (1544-1641) prêtresse et reine, réussit sous son règne, non seulement à unir plusieurs groupes berbéro-arabes, mais à perpétuer le matriarcat en désignant uniquement des femmes au sein du conseil des sages.» Plus loin, il fait connaître l'ascendance et la descendance de cette reine et écrit : «Descendante d'Imouren (général berbère, lieutenant de Tarek B'nou Ziyad, fondateur de l'Andalousie), trisaieule de Bouthaâlaweth, l'inventeur du canon léger en bois de chêne (1908), de Hména Zéqun, fabricant des tromblons et fusils à clous...». L'auteur de cet écrit n'omet pas de signaler qu'elle récitait le Coran par coeur, qu'elle entretenait des relations commerciales avec des chrétiens et des juifs et qu'elle montait les tapis, les burnous (Ajridi) et les chevaux avec habileté, grâce et adresse. «Unique femme, dit-on, des siècles après la Kahina, qui ait régné avec majorité sur les Aurès et perpétué le matriarcat, on la retrouve partout dans les chansons des «Rahabas» et les contes». Aimante pour ceux qui lui obéissent et sans coeur pour ceux qui n'obtempèrent pas à ses ordres, cette reine, pour exalter le respect de la discipline, sacrifia ses deux frères. L'écrivain et homme de lettres Nadhir Sbaâ rapporte : «Elle fit exécuter son frère Zoltan et poussa à l'exil Sellam son cadet, qui contestèrent certaines de ses décisions». Poursuivant sa description morale et son sens de l'organisation, il la peint ainsi : «Guerrière redoutable, elle avait un remarquable sens de l'organisation et du commandement à la tête de ses troupes [...]. Elle restait libre tout en dirigeant la multitude et avait un incontestable ascendant sur le grand Aurès, jusqu'aux confins de M'sila, au sud-ouest et Tébessa au nord-est». Ses caractères distincts, sa forte personnalité et son instruction avaient fait d'elle, comme écrit Nadhir Sbaâ, une femme «crainte, prêtresse admirée, jouissant d'un grand prestige grâce à sa culture ancestrale». Fatma Tazoughert jouissait d'une belle fortune qu'elle avait héritée de sa mère et qui se dessine dans la phytothérapie : Notre écrivain et homme de recherche rappelle : «Sa mère - Adhfella - l'avait initiée à la sélection des plantes et aux soins à prodiguer aux malades et blessés». Procréatrice, il dit d'elle : «Elle savait être une bonne mère (elle eut, dit-on, dix-sept enfants), juste maîtresse envers des esclaves quand les circonstances l'exigeaient». En témoignage de vénération à son ascendante Fatma Tazoughert, Lalla Khoukha Boudjenit (1904-1963), poétesse chawie méconnue et artiste de renom, lui rend hommage à sa manière : «Hommage à vous, Fatma Tazoughert/Hommage à vous, Maîtresse de la fécondité/Hommage à vous, reine des cieux et des terres». Elle ira jusqu'à lui affirmer sous la foi du serment en lui promettant : «Dans nos coeurs, nous avons gravé votre nom magique pour l'éternité». Le ver est trop chargé d'attachement et d'amour à son égard : l'amour et le respect indéfectibles, que lui portent ses descendants, est manifeste. Beaucoup de poèmes et de contes l'ont chantée et ont vanté ses mérites et ses exploits. De ce jardin, nous vous avons cueilli quelques-uns de ces poèmes, en chaoui, qui l'adulaient tels que : «Soussem Idhbirène, Atmila, Limam n'wedhar, Fatima Tazoughert Tessaradh gouamane Techtahen Dhassequit eness.» La traduction faite par Nadhir Sbaâ est : «Taisez-vous tourterelles colombes/Chênes, oliviers, cèdres et pins/Les cascades d'eaux vives se figent/Dans une expiation extase/Tazoughert Reine des Aurès/L'aphrodite, l'autre déesse/Se baigne dans le lit envoûté des Tifouress/Dans un insolite copsage liquide faiseur/De l'historique copulation/Ou encore : Taziri N'your/Lahwa Nwedhrar/Iness Lalla Fatma/Regda Nirer/Traduction toujours faite par le même auteur : Douceur de lune/Brise des montagnes/Dites à Fatma la rousse/De sortir égayer/Les silences des nuits. Malgré les affres du temps et grâce à la mémoire de la population et aux poèmes, son souvenir s'est immortalisé et a pu voyager à travers le temps. Ainsi, ses héritiers pérennisent et sauvent de l'oubli cette figure nationale et emblématique en lui tissant contes et poèmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.