«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mystère de Fatma Tazoughert
BATNA
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2005

Guerrière redoutable, elle sacrifia ses deux frères pour exalter le respect de la discipline.
Pour plus d'informations sur l'identité de Fatma Tazoughert, article paru dans L'Expression du jeudi 12 mai 2005, l'écrivain Nadhir Sbaâ la présente modestement dans son écrit L'histoire des Aurès et les hommes ainsi : «Née dans la montagne de Hitaouine (Merouana, les Aurès inférieures, Titaouine), Fatma «la rousse», (1544-1641) prêtresse et reine, réussit sous son règne, non seulement à unir plusieurs groupes berbéro-arabes, mais à perpétuer le matriarcat en désignant uniquement des femmes au sein du conseil des sages.» Plus loin, il fait connaître l'ascendance et la descendance de cette reine et écrit : «Descendante d'Imouren (général berbère, lieutenant de Tarek B'nou Ziyad, fondateur de l'Andalousie), trisaieule de Bouthaâlaweth, l'inventeur du canon léger en bois de chêne (1908), de Hména Zéqun, fabricant des tromblons et fusils à clous...». L'auteur de cet écrit n'omet pas de signaler qu'elle récitait le Coran par coeur, qu'elle entretenait des relations commerciales avec des chrétiens et des juifs et qu'elle montait les tapis, les burnous (Ajridi) et les chevaux avec habileté, grâce et adresse. «Unique femme, dit-on, des siècles après la Kahina, qui ait régné avec majorité sur les Aurès et perpétué le matriarcat, on la retrouve partout dans les chansons des «Rahabas» et les contes». Aimante pour ceux qui lui obéissent et sans coeur pour ceux qui n'obtempèrent pas à ses ordres, cette reine, pour exalter le respect de la discipline, sacrifia ses deux frères. L'écrivain et homme de lettres Nadhir Sbaâ rapporte : «Elle fit exécuter son frère Zoltan et poussa à l'exil Sellam son cadet, qui contestèrent certaines de ses décisions». Poursuivant sa description morale et son sens de l'organisation, il la peint ainsi : «Guerrière redoutable, elle avait un remarquable sens de l'organisation et du commandement à la tête de ses troupes [...]. Elle restait libre tout en dirigeant la multitude et avait un incontestable ascendant sur le grand Aurès, jusqu'aux confins de M'sila, au sud-ouest et Tébessa au nord-est». Ses caractères distincts, sa forte personnalité et son instruction avaient fait d'elle, comme écrit Nadhir Sbaâ, une femme «crainte, prêtresse admirée, jouissant d'un grand prestige grâce à sa culture ancestrale». Fatma Tazoughert jouissait d'une belle fortune qu'elle avait héritée de sa mère et qui se dessine dans la phytothérapie : Notre écrivain et homme de recherche rappelle : «Sa mère - Adhfella - l'avait initiée à la sélection des plantes et aux soins à prodiguer aux malades et blessés». Procréatrice, il dit d'elle : «Elle savait être une bonne mère (elle eut, dit-on, dix-sept enfants), juste maîtresse envers des esclaves quand les circonstances l'exigeaient». En témoignage de vénération à son ascendante Fatma Tazoughert, Lalla Khoukha Boudjenit (1904-1963), poétesse chawie méconnue et artiste de renom, lui rend hommage à sa manière : «Hommage à vous, Fatma Tazoughert/Hommage à vous, Maîtresse de la fécondité/Hommage à vous, reine des cieux et des terres». Elle ira jusqu'à lui affirmer sous la foi du serment en lui promettant : «Dans nos coeurs, nous avons gravé votre nom magique pour l'éternité». Le ver est trop chargé d'attachement et d'amour à son égard : l'amour et le respect indéfectibles, que lui portent ses descendants, est manifeste. Beaucoup de poèmes et de contes l'ont chantée et ont vanté ses mérites et ses exploits. De ce jardin, nous vous avons cueilli quelques-uns de ces poèmes, en chaoui, qui l'adulaient tels que : «Soussem Idhbirène, Atmila, Limam n'wedhar, Fatima Tazoughert Tessaradh gouamane Techtahen Dhassequit eness.» La traduction faite par Nadhir Sbaâ est : «Taisez-vous tourterelles colombes/Chênes, oliviers, cèdres et pins/Les cascades d'eaux vives se figent/Dans une expiation extase/Tazoughert Reine des Aurès/L'aphrodite, l'autre déesse/Se baigne dans le lit envoûté des Tifouress/Dans un insolite copsage liquide faiseur/De l'historique copulation/Ou encore : Taziri N'your/Lahwa Nwedhrar/Iness Lalla Fatma/Regda Nirer/Traduction toujours faite par le même auteur : Douceur de lune/Brise des montagnes/Dites à Fatma la rousse/De sortir égayer/Les silences des nuits. Malgré les affres du temps et grâce à la mémoire de la population et aux poèmes, son souvenir s'est immortalisé et a pu voyager à travers le temps. Ainsi, ses héritiers pérennisent et sauvent de l'oubli cette figure nationale et emblématique en lui tissant contes et poèmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.