Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Merkel en campagne pour succéder à elle-même
LEGISLATIVES EN ALLEMAGNE
Publié dans L'Expression le 04 - 07 - 2017

Angela Merkel a promis hier le plein-emploi en Allemagne en lançant sa campagne en vue des législatives de septembre, où elle partira favorite pour un quatrième mandat qui lui assurerait une place dans les livres d'histoire.
La chancelière allemande a présenté à Berlin son programme électoral à l'orée d'une semaine internationale chargée: elle présidera le sommet des dirigeants du G20 à Hambourg jeudi et vendredi au moment où elle a pris de facto la tête du camp des critiques de Donald Trump. Accusée par ses rivaux politiques en Allemagne de se reposer uniquement sur son bilan en vue du scrutin législatif du 24 septembre et de n'avoir aucune idée nouvelle, Angela Merkel a cherché à reprendre l'initiative avec une promesse forte. «Nous nous fixons comme objectif d'atteindre le plein-emploi en 2025», a annoncé à la presse la chancelière de 62 ans, au pouvoir depuis 2005. Une promesse qui devrait faire des envieux en Europe, où la plupart des pays en sont très loin. En juin, le taux de chômage en données brutes s'établissait à 5,8%. «Si nous en avions parlé en 2005, les gens nous auraient rit au nez, j'ai eu à l'époque à assumer 5 millions de chômeurs», a dit la présidente du parti conservateur Union chrétienne-démocrate (CDU). «Maintenant en 2017 nous avons réussi à réduire de moitié leur nombre et à présent nous disons que nous voulons le diiser encore une fois par deux, à moins de 3% de taux de chômage, c'est ce que l'on appelle le plein-emploi», a-t-elle ajouté. Le slogan officiel de sa campagne et de celle de son allié bavarois, la CSU, est à l'image de cette profession de foi: «L'Allemagne, un pays où il fait bon vivre», comme en écho à celui des précédentes élections de 2013 («L'avenir de l'Allemagne dans de bonnes mains»). Pour la chancelière, les difficultés politiques subies lors de l'arrivée de plus d'un million de migrants en Allemagne en 2015 et 2016, qui l'avait fragilisée comme jamais en faisant progresser la droite nationaliste, semblent bien loin. Les sondages lui donnent 15 points d'avance sur son rival social-démocrate Martin Schulz, qui après avoir fait illusion en début d'année a depuis enchaîné les défaites électorales régionales. Un quatrième mandat la placerait en orbite pour battre le record de longévité à la chancellerie allemande, détenu par son mentor Helmut Kohl (1982-1998), devant Konrad Adenauer (1949-1963). Ses partisans voient en elle un rempart possible à la vague populiste et autoritaire dans le monde. En Europe, elle doit désormais faire face néanmoins à une certaine concurrence avec l'irruption du président centriste français Emmanuel Macron, élu sur un credo très pro-européen et qui vient de réussir deux «coups» diplomatiques en faisant venir le président russe Vladimir Poutine à Paris et en obtenant la visite, le 14 juillet, de Donald Trump.
Le programme d'Angela Merkel en Allemagne prévoit aussi au moins 15 milliards de réduction d'impôts pour les revenus modestes et moyens et 15.000 postes de policiers fédéraux en plus. Car la chancelière a décidé d'insister cette fois sur les thèmes sécuritaires pour tenter de reconquérir une partie de l'électorat qui l'a fuie avec la crise des migrants au profit de la droite anti-immigration de l'AfD. «Notre projet d'avenir est le bien-être et la sécurité pour tous», a-t-elle dit hier. La CDU mènera campagne avec des affiches où les couleurs noir-jaune-rouge du drapeau allemand sont omniprésentes.
Un symbole fort, dans un pays où une partie de la population reste mal à l'aise à l'égard de l'expression du patriotisme. La chancelière promet aussi qu'un afflux de migrants comme en 2015 ne se reproduira pas. En revanche, elle continue de refuser de fixer une limite annuelle au nombre de réfugiés en Allemagne, contrairement à ce qu'exige son allié bavarois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.