Le stress gagne les états-majors des partis    Qui veut torpiller l'urne?    Coopération Algéro-Chinoise : Le domaine de la santé appelé à être renforcé    Déficit de la SDC (filiale sonelgaz) : Plus de 48 milliards de dinars prévus cette année    Amendements proposés dans le cadre du PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN élabore son rapport complémentaire    Canal+ remonte en France et cache ses chiffres en Afrique    Quel avenir pour le développement local?    Comment le gouvernement a déminé le terrain    Dans le cadre d'une visite de travail en Russie : Bachar el-Assad rencontre Vladimir Poutine    L'Iran déclare la "victoire" sur l'EI    Une démission en douceur    Une commission pour accompagner les cinq pays africains qualifiés    Abid-Charef participera à un séminaire FIFA à Abu Dhabi    "Le rugby en Algérie est définitivement lancé"    Transferts en Europe : Hoffenheim prêt à discuter avec le Bayern pour Sandro Wagner    Elections locales: la Protection civile se mobilise    Le Congrès de néphrologie les 25 et 26 novembre à Alger    Un Algérien ayant piraté 1 700 comptes Facebook arrêté    Djamel Allam, un parcours, un talent    Effondrement des escaliers d'un immeuble construit en....1989    L'étrange visiteur de la planète Terre!    Les partis politiques sont tenus au silence    Avec le retour de l'Autorité palestinienne, les Palestiniens espèrent sortir de la misère    20% de créances impayées recouvrées durant les trois derniers mois    Une adresse électronique pour signaler les atteintes aux droits de l'enfant    Zimbabwe: vers un dénouement définitif de la crise politique après la démission de Mugabe    UNE VILLE, UNE HISTOIRE : Ouled Djellal, la ville de la brebis et du palmier    PHENOMENE ‘'HARRAGA'' ET LA RESPONSABILITE DES EMIGRES ! : Une loi s'impose pour un change obligatoire    UEFA Champions League - 5e journée / Dortmund, Napoli, Atlético : par ici la sortie    Chantiers AADL : Cibler les causes des retards    Festival du théâtre de Jordanie : «Carte postale» applaudie par un public nombreux    Mobilisation en soutien à Al Fadjr    Carnegie: l'Algérie «modèle de référence»    Les déboires de Hariri en Arabie saoudite    «Nous sommes prêts pour les élections de jeudi»    Zetchi motive les troupes de Charef    Oran: Six blessés dans une explosion de gaz    Selon un rapport de l'OCDE: Les étudiants algériens en France lésés    Gouvernement, présidentielle et polémiques: La sortie de Ksentini brouille les cartes    Boumerdès: Les élections sous haute surveillance    Bordj Ménaïel - Trafic de stupéfiants : un réseau démantelé    Constantine - Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue: 9 individus neutralisés, 1,5 kg de kif et 3 véhicules saisis    L'Algérie avec dix représentants en Egypte    Championnat arabe jeunes en Natation : L'Algérien Ardjoun décroche sa 2ème médaille d'or    "Les terroristes n'ont aucune autre issue"    L'artiste-peintre Choukri Mesli inhumé dans sa ville natale, Tlemcen    Sénégal : Face au changement climatique, des territoires insulaires s'unissent    Ministère de la Communication-HCA : Veiller à ce que la langue arabe soit "indemne d'incorrections"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aie attaque l'Opep
REEQUILIBRAGE DU MARCHE PETROLIER
Publié dans L'Expression le 13 - 08 - 2017

L'Agence internationale de l'Energie accuse les pays producteurs (opep-non-Opep) de ne pas respecter les quotas de leur baisse de production, mais épargne les Américains responsables de la surabondance du marché.
L'AIE qui roule pour les pays consommateurs ne voit apparemment pas d'un bon oeil la décision des pays producteurs Opep et non-Opep maintenir la baisse de leur production de 1,8 million de barils par jour jusqu'en mars 2018 et peut-être même au-delà si les prix tardaient à se redresser. Quoi de plus normal pour elle.
Le niveau actuel des cours de l'or noir arrange les affaires des pays consommateurs dont les intérêts sont défendus par leur bras énergétique armé: l'Agence internationale de l'Energie. En toile de fond de ses critiques qui ont ciblé l'Opep, il y a bel et bien cette guerre des prix dont on tait volontairement le nom. Une démarche qui n'aurait pas été frappée de suspicion si les véritables responsables de la surabondance du marché étaient pointés du doigt.
L'Agence internationale de l'Energie qui a revu légèrement à la hausse sa prévision de croissance de la demande mondiale estime que le marché du pétrole est en train de se rééquilibrer. Une conjoncture favorable qui peut être fragilisée par les pays producteurs (opep-non-Opep) qu'elle accuse de ne pas respecter les quotas de leur baisse de production, mais épargne les Américains responsables de la surabondance du marché. «Il y aurait plus de confiance dans la pérennité du rééquilibrage (du marché) si certains producteurs participant aux accords de production ne montraient pas... des signes d'affaiblissement de leur résolution», souligne-t-elle dans un rapport publié le 11 août. Une annonce vite relevée par les experts. «La production de l'Opep dépasse la demande annuelle moyenne, selon les données de l'AIE, ce qui semble indiquer que le marché va avoir du mal à se rééquilibrer rapidement», ont indiqué les analystes du second groupe bancaire allemand, Commerzbank. Ce qui a dû probablement freiner les ardeurs d'un baril qui était sur la montante. «La réaction du marché est toutefois limitée car ces nouvelles informations ne représentent pas vraiment un choc», avait fait remarquer Bart Melek de TD Securities. Les cours du pétrole ont malgré tout clôturé la semaine qui s'est achevée vendredi en légère hausse. Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en septembre, référence américaine du brut, a terminé à 48,82 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), prenant 23 cents par rapport à la clôture de jeudi. Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a fini à 52,10 dollars, en hausse de 20 cents par rapport à la veille. Les cours de l'or noir avaient commencé leur dégringolade. Le baril n'avait dû son salut qu'à la baisse de près de 1,8 million de barils par jour décidée le 10 décembre 2016 par l'Opep et ses alliés. Une initiative qui a été rendue possible par l'accord historique d'Alger qui s'est conclu le 28 septembre 2016 en marge du 15ème Forum international de l'Energie dans la capitale algérienne. Un accord défendu bec et ongles par les 13 pays membres de l'organisation et leurs «11 alliés». Les 24 ont d'ailleurs fait le ménage en leur sein en rappelant à l'ordre ses mauvais élèves qui sont depuis rentrés dans le rang alors que son dernier bilan fait état d'une diminution de son offre de plus de 350 millions de barils. Soit au-delà de ce qui était attendu. La résurrection du baril n'est donc pas due à un effet miraculeux. Elle est le fruit des efforts conjugués des pays producteurs Opep et hors Opep pour redresser les cours de l'or noir. Personne n'ignore pourtant que le marché s'est «détraqué» suite au déferlement de la vague de pétrole de schiste américain. Les premiers signes sont apparus vers la mi-juin 2014. Les cours de l'or noir avaient commencé leur dégringolade. L'AIE serait-elle alors en service commandé? Ce n'est pas exclu. Faute de preuves, elle a pour elle le bénéfice du doute. Ce qui est par contre certain, c'est que ce ne sont pas ses prévisions qui ont contribué au rebond des prix du pétrole. Ce qu'elle ne souhaite probablement pas.
Un baril à 100 dollars n'arrangerait pas les pays dont elle défend les intérêts. La «guerre» des prix se poursuit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.