«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Zaouïas dans l'arène
ILS CONTREDISENT LES SALAFISTES ET LES WAHHABITES
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2017


Le minsitre des Affaires religieuses
Les islamistes devront désormais compter avec un nouvel acteur qui entend dénoncer l'usage de la religion à des fins idéologiques.
L'opinion nationale a eu l'occasion d'apprécier sa position sur la «Basmala» et sur l'appel à la prière réglementé par le ministère des Affaires religieuses, le Syndicat national des zaouïas qui s'oppose systématiquement aux thèses islamistes, répond à ces derniers en apportant un soutien ferme et actif à l'interdiction de la burqa et du djilbab dans les établissements scolaires. Dans un communiqué rendu public avant-hier en soirée, le syndicat n'a pas tourné autour du pot et salué la mesure d'interdiction du voile intégral dans les écoles de la République. «Le djilbab et le niqab doivent être réservés à des lieux de culte», a considéré le communiqué, apportant une distinction claire entre la mosquée et l'école. Les zaouïas qui constituent le socle de la croyance religieuse nationale et qui ont de tout temps accompagné la société, faisant montre d'une clairvoyance qui donnait, en Algérie, une idée généreuse de l'islam, estiment que ce qui a été décidé par le ministère de l'Education «est une sage décision qui vise à rétablir la sécurité dans les établissements scolaires». Lesquels faut-il rappeler, constituent depuis plus de trente ans le «terrain d'expérimentation» d'un islam importé d'Egypte et imposé aux élèves par une caste d'islamistes, qui se retrouve aujourd'hui au sein de l'Assemblée populaire nationale. Réfutant les thèses salafistes et wahhabites en vogue dans les milieux islamistes en Algérie, le syndicat des zaouïas affirme dans son communiqué que «la décision est étudiée par les spécialistes qui ont conclu que cela ne touche en rien à l'honneur des Algériennes». Il n'y a, dans le propos des membres des zaouïas, aucune allusion religieuse. Ainsi, empreint de cette humilité propre aux traditions cultuelles algériennes profondes, le syndicat des zaouïas s'interdit de porter un jugement religieux sur un acte purement administratif qui n'a aucune intention de nuire à la femme algérienne. Cette grande leçon de sagesse devrait inspirer les islamistes de tous bords qui croient voir dans la série de décisions du ministère de l'Education «un plan diabolique visant à détruire l'islam en Algérie». La religion qui a résisté à une occupation en règle par un clergé évangélisateur, appuyé par une puissante armée coloniale, peut-elle disparaître aussi facilement? La question n'a même pas lieu d'être posée, au regard de l'histoire de l'Algérie. qui n'a pas attendu les islamistes du XXe siècle pour se faire sa propre idée sur la religion des ancêtres.
Il reste que la réaction du syndicat des zaouïas apporte une nuance dans le discours religieux, en ce sens que la scène jusque-là dominée par les tenants de l'islamisme devront désormais compter avec ce nouvel acteur qui semble décidé à s'affirmer dans le paysage politique national, non pas pour compliquer le débat, mais pour signifier aux islamistes qu'ils ne sont pas détenteurs de la parole divine. On aurait pu apprécier le lexique des zaouïas sur toutes les affaires agitées par les intégristes, axé prioritairement sur le respect de la personne humaine et des us et coutumes de la République, au lieu d'annoncer une quelconque «manigance» de quelque partie que ce soit. Si les armes des islamistes et des zaouïas sont les mêmes, à savoir les communiqués, donc les mots, l'usage n'est manifestement pas le même. Alors que les députés islamistes et autres imams rigoristes développent des attitudes quasiment guerrières, à la limite de l'affrontement idéologique, les zaouïas adoptent une démarche autrement plus pacifique, en privilégiant l'intérêt général, très loin de toute idéologisation du discours. Les islamistes qui ont déjà au moins deux adversaires courageux que sont les ministres de l'Education nationale et des Affaires religieuses, auront aussi face à eux, l'organisation des zaouïas qui passe pour être encore un puissant relais populaire. De fait, les accusations souvent infondées et mensongères que colportent les islamistes à l'adresse de toute mesures de l'Etat, trouveront en face un acteur religieux, dont l'objectif est justement de dénoncer l'usage de la religion à des fins idéologiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.