Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    La loi sur l'investissement dynamisera davantage la diversification économique    "Tels des esprits affables qui murmurent", Smaïl Yabrir signe son premier recueil de nouvelles    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Real : Eden Hazard ne lâche pas l'affaire    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Nouveau code de l'investissement: Les délais de traitement des dossiers considérablement réduits    Voirie, réfection des trottoirs, éclairage public...: Opération d'aménagement sur l'axe de Ras El-Aïn    Es-Senia: Aménagement et embellissement extérieur à la zone d'activité    Pour accompagner les hôtes d'Oran aux Iles Habibas: Une soixantaine de jeunes en formation de guides touristiques    Une coopération heureuse et profitable    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Nora, Saliha et les harkis    Tirage au sort jeudi en ligne    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    La méthode Ankara    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    La gauche tente de nouveaux visages    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    31 décès et 1.511 blessés en une semaine    Les raisons de l'union patronale    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



participation: l'enjeu majeur
Publié dans L'Expression le 14 - 11 - 2017

L'absence prolongée des formations politiques et leur non-participation dans la vie politique et sociétale, est à même de persuader le citoyen que ces derniers ne sont qu'à la quête du pouvoir. Ils semblent n'être là que pour se partager des prébendes de diverses natures.
Le droit de vote est l'une des prérogatives principales du citoyen dans un régime démocratique. Un droit auquel l'Algérien ne va apparemment pas recourir lors des élections locales du 23 novembre prochain. En effet, à quelques jours de ce rendez-vous électoral, c'est l'indifférence à Alger et ailleurs. Dans la capitale, les rues sont bardées de pancartes appelant les électeurs à faire entendre leurs voix, mais Mohamed, 42 ans, dit qu'il n'ira pas voter.
Le changement, une gouvernance meilleure de la commune ou encore la gestion participative, ce nouveau concept introduit dans le préambule de la Constitution, il n'y croit plus. Et il n'est pas le seul. A voir le peu d'engouement pour le prochain scrutin, le spectre d'une forte abstention plane à nouveau sur les prochaines élections locales. Faut-il rappeler que lors des dernières élections législatives plus de 64% d'électeurs ont boudé l'urne. Et même si les citoyens votent généralement un peu plus durant les locales, ce taux n'avait pas atteint les 45% en 2012. Tout porte à croire que la participation ne sera pas meilleure cette année car rien de nouveau n'a été proposé au citoyen afin de le motiver à participer au prochain scrutin. Certes, depuis la convocation du corps électoral par le président de la République en août dernier, le gouvernement, à travers le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, n'a pas ménagé ses efforts pour réussir les locales du 23 novembre prochain en mettant en place une large campagne de sensibilisation incitant les citoyens à se rendre massivement aux urnes. Spots publicitaires, pancartes, bureaux mobiles servant à la réinscription des électeurs relogés....
Le ministère a mis le paquet. Sans oublier ses multiples assurances quant à l'organisation «des élections dans la tranquillité, la sérénité, et la transparence».
La sensibilisation menée par le gouvernement est-elle suffisante pour convaincre l'électeur algérien? Sûrement pas. Il est évident que l'offre politique est un élément déterminant de l'abstention. Le défi à relever est donc celui des partis politiques et des candidats qui doivent arriver à convaincre l'électeur de leurs bonnes intentions.
Le peuvent-ils? La question mérite d'être posée surtout que ces candidats sont issus d'une classe politique en panne de projets, de dynamisme et de stratégie offensive. Faut-il mettre le doigt sur la plaie et rappeler qu'une majorité de partis politiques en Algérie réapparaît à l'approche des rendez-vous électoraux et qu'en dehors de ces échéances, ils sont quasiment absents de la scène politique. Une réalité qui contribue plus à les discréditer qu'à les rapprocher de la société? Ainsi, les efforts des leaders et chefs des partis politiques qui exhortent leurs candidats à prôner un «discours réaliste» de manière à éviter «les fausses promesses» pour gagner la confiance citoyenne, risquent de ne pas avoir l'effet souhaité. L'absence prolongée de ces formations politiques et leur non- participation dans la vie politique et sociétale, est à même de persuader le citoyen que ces derniers ne sont qu'à la quête du pouvoir. Ils semblent n'être là que pour se partager des prébendes de diverses natures.
Les Algériens qui s'abstiennent donc d'aller voter sont convaincus que les politiques publiques ne sont en aucun cas liées à leur vote. Ils sont convaincus que les candidats aux élections souffrent d'un grave déficit de légitimité et que l'abstention est un moyen d'exprimer le rejet d'une classe politique perçue comme une «caste» agissant pour ses propres intérêts et travaillant à leur reproduction. C'est dire que l'abstention ne reflète pas uniquement un manque d'intérêt pour la chose électorale. S'abstenir de voter est une prise de position vis-à-vis des candidats, de l'élite dirigeante, de l'opposition et de l'ensemble de l'activité politique.
Ce choix de rejeter un rendez-vous électoral, fait par le citoyen, en toute connaissance de cause, apparaît comme un acte éminemment politique. Ce qui ressemble à de la passivité est en fait le signe et l'expression d'une rupture décidée par l'électeur. Cette rupture qui marque de façon de plus en plus frappante les scrutins est révélatrice d'une profonde crise de confiance. C'est la raison pour laquelle, la participation reste un enjeu de taille dans ce scrutin qui déterminera le retour ou non de la confiance entre gouverné et Le 23 novembre est à moins d'une dizaine de jours. Les partis politiques doivent, impérativement, trouver le moyen idoine pour gagner ce challenge?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.