L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ma musique me permet de préserver mes racines»
NATASHA ATLAS ET JOCELYN POOK, CE SOIR AU THEÂTRE DE VERDURE
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2005

L'interprète de Mon amie la rose vous invite à découvrir un riche et sensuel répertoire...
«Ma musique est une métaphore de ma dualité, de la dualité que je vise chaque jour», confie la chanteuse Natasha Atlas. Ce que nous pouvons lire dans son dossier de presse. En effet, cette anglo-égyptienne incarne par excellence ce mariage des cultures qu'elle excelle à transmettre en chansons et en émotions.
Natasha Atlas se produira ce soir à partir de 21h au Théâtre de verdure en compagnie d'une autre musicienne et artiste atypique, Jocelyn Pook. Celle-ci, vivant en Grande-Bretagne, malgré une formation classique (piano et violon), allie dans son univers musical, diverses influences sonores, notamment ethniques. Après un début dans le groupe les Communards (avec Jimmy Summerville, dans les années 80), où elle se lance dans la pop music, puis dans le rock (elle a travaillé notamment avec Nick Cave, Massive Attack), elle s'illustre dans la signature musicale de B. O. de films dont Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick. Ses influences multiples, dues à son environnement cosmopolite - elle habite près d'un quartier turc - font de sa musique une incroyable richesse. En ce sens, elle est très proche de Natasha Atlas par le foisonnement culturel qui caractérise leur musique. Jocelyn Pook emploie aujourd'hui les voix comme des instruments à part entière, se passant presque de langage articulé ou le réinventant en une langue primitive initiale. Samplant de nombreux extraits de chants traditionnels, mélopées tartares, persanes, elle les associe aux lignes vocales de ses chanteurs invités, la soprano Mélanie Pappenheim, Parvin Cox ou l'étonnant chanteur indien Manickam Yogeswaran, les mêlant inextricablement, puis les scindant en un perpétuel appel. Y a pas à dire, Jocelyn, à l'image de Natasha Atlas, réussit la rencontre entre l'Orient et l'Occident. Ces deux artistes se complètent un peu. Elles se sont déjà produites ensemble, il y a une dizaine d'années, sur un projet de Natasha avec Peter Gabriel. En outre, elle a signé pour cette dernière la compo de certaines chansons qui figurent dans son dernier album Something Dangerous. Jocelyn Pook animera la première partie du concert qui se voudra, selon Natasha Atlas, «classique, romantique et sentimental» puis place au rythme Sharqui et aux combinaison arabes et occidentales, spécifiques au répertoire sensuel de Natasha Atlas.
Celle-ci se rappelle avoir commencé à apprécier ses racines orientales à l'âge de 17 ans, en voyageant. «J'ai voulu marier mes différentes cultures pour ne pas oublier mes racines orientales car j'ai vécu presque toute ma vie en Europe. Une façon d'avoir mes racines avec moi tout le temps. Il y a des gens qui sont comme moi, un peu perdus. C'est ma façon de me rassurer. Le fait d'être moitié ceci, moitié cela. On n'est pas moins que les autres», a confié la chanteuse lors d'un point de presse animé, hier, à l'hôtel Hilton.
De ses aventures branchées dans les années 90 avec le groupe Transglobal Underground jusqu'au succès incontournable de Mon amie la rose (une reprise de Françoise Hardy), Natasha Atlas incarne véritablement le personnage de la scène la plus ouverte du «World music». Même si elle réfute le terme comme définition pour sa musique qui n'a plus la même conception, comme à ses débuts il y a 15 ans. Ce soir, Natasha Atlas se produira avec ses musiciens britanniques et arabes dont un Algérien qui l'a rencontrée à Londres et a fait pour qu'elle vienne en Algérie. La seconde partie de la soirée, dira-t-elle «sera plus sharqui, orientale dans une ambiance chaude». Natasha interprétera ses plus grands tubes dont une surprise une reprise d'une chanson d'Idir. Dans son nouvel album, qui sortira l'an prochain, Baladi Mood, révèle-t-elle figurent deux titres, un dans le style Hedi algérien basé sur la mesure 6/8, très dansant et le second où elle chante en algérien, intitulé Oueli ya sahbi. En attendant, ce soir, ça va être la fête du tempo ! A ne pas rater! 300 DA la place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.