Réunion du CNRA du Caire (1957) : 1er Coup d'Etat au sein de la Révolution imposant la primauté du militaire sur le politique.    Premier League : Chelsea s'impose sur le fil face à Arsenal    Nouveau poste frontalier algéro-mauritanien : "apport qualitatif" dans les relations de coopération bilatérale    Distribution de 138.000 logements durant les trois derniers mois, 185.000 autres attendent l'aménagement extérieur    Illizi : plus de 2,6 mds de dinars pour améliorer le cadre de vie de la population locale    Coupe de la Confédération africaine (5e J/ Gr. D) : l'USMA pour s'approcher des quarts    Belmadi dévoile les membres de son staff technique    Le Président Bouteflika félicite son homologue malien à l'occasion de sa réélection    6 orpailleurs arrêtés à Bordj Badji Mokhtar    150 000 DA en faux billets récupérés à Sétif    ONU : quatre propositions pour protéger les Palestiniens    Décès de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan    DH El JADIDA - MCA / Casoni : « On vise la victoire avant le match décisif contre Sétif »    Pénurie de médicaments: Le ministère de la Santé rencontre les pharmaciens après l'Aïd    Un nouveau guide pour la ville d'Oran    Inscription en 1ère année primaire: Les précisions du ministère de l'Education    CR Belouizdad: Dans quel état d'esprit face au PAC ?    Arrêté pour corruption: Un sénateur exclu «définitivement» du RND    Mali: une victoire qui n'a rien de triomphal    Paranoïa    Mers El Kébir et Aïn El Turck: L'alimentation en eau potable fait encore parler d'elle !    Aïn Defla: Drame lors d'un cortège nuptial, quatre morts et huit blessés    Mostaganem: Un enfant de 4 ans meurt noyé    A moins d'une semaine de l'Aïd El Adha: Les prix du poulet restent élevés    Non, l'Emir Abdelkader n'est pas ce traître    Conceiçao refuse de vendre Brahimi    BeIN Sports et les ligues européennes dénoncent le piratage saoudien et Arabsat    Toni Kroos critique Özil    La France et la Turquie veulent mettre le "turbo"    Ghannouchi temporise    Moscou soutient Horst Köhler    Guerre interne au FFS    La fuite des cerveaux touche...les pétroliers    Nâama, Tlemcen et Sidi Bel Abbès concernées    Bouira prépare sa rentrée    Gros problème de poussière généré par la mine El Ouenza    Bachir Mustapha Sayed, ministre sahraoui des Territoires occupés :    "Djibouha ya l'oueled" chantée en choeur    Aretha Franklin tire sa révérence    "Thérapie au tango" dans les montagnes du Monténégro    Les assurances du ministère de l'Agriculture    Un sénateur radié du RND    Deux chefs de régions militaires limogés    300 nouveaux postes d'enseignants en tamazight    Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov décoré par la France    Des trésors de quatre époqueshistoriques    «Notre consensus est populaire sain et sincère, et non d'appareil !»    RND: Le sénateur élu à Tipasa radié pour corruption    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ma musique me permet de préserver mes racines»
NATASHA ATLAS ET JOCELYN POOK, CE SOIR AU THEÂTRE DE VERDURE
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2005

L'interprète de Mon amie la rose vous invite à découvrir un riche et sensuel répertoire...
«Ma musique est une métaphore de ma dualité, de la dualité que je vise chaque jour», confie la chanteuse Natasha Atlas. Ce que nous pouvons lire dans son dossier de presse. En effet, cette anglo-égyptienne incarne par excellence ce mariage des cultures qu'elle excelle à transmettre en chansons et en émotions.
Natasha Atlas se produira ce soir à partir de 21h au Théâtre de verdure en compagnie d'une autre musicienne et artiste atypique, Jocelyn Pook. Celle-ci, vivant en Grande-Bretagne, malgré une formation classique (piano et violon), allie dans son univers musical, diverses influences sonores, notamment ethniques. Après un début dans le groupe les Communards (avec Jimmy Summerville, dans les années 80), où elle se lance dans la pop music, puis dans le rock (elle a travaillé notamment avec Nick Cave, Massive Attack), elle s'illustre dans la signature musicale de B. O. de films dont Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick. Ses influences multiples, dues à son environnement cosmopolite - elle habite près d'un quartier turc - font de sa musique une incroyable richesse. En ce sens, elle est très proche de Natasha Atlas par le foisonnement culturel qui caractérise leur musique. Jocelyn Pook emploie aujourd'hui les voix comme des instruments à part entière, se passant presque de langage articulé ou le réinventant en une langue primitive initiale. Samplant de nombreux extraits de chants traditionnels, mélopées tartares, persanes, elle les associe aux lignes vocales de ses chanteurs invités, la soprano Mélanie Pappenheim, Parvin Cox ou l'étonnant chanteur indien Manickam Yogeswaran, les mêlant inextricablement, puis les scindant en un perpétuel appel. Y a pas à dire, Jocelyn, à l'image de Natasha Atlas, réussit la rencontre entre l'Orient et l'Occident. Ces deux artistes se complètent un peu. Elles se sont déjà produites ensemble, il y a une dizaine d'années, sur un projet de Natasha avec Peter Gabriel. En outre, elle a signé pour cette dernière la compo de certaines chansons qui figurent dans son dernier album Something Dangerous. Jocelyn Pook animera la première partie du concert qui se voudra, selon Natasha Atlas, «classique, romantique et sentimental» puis place au rythme Sharqui et aux combinaison arabes et occidentales, spécifiques au répertoire sensuel de Natasha Atlas.
Celle-ci se rappelle avoir commencé à apprécier ses racines orientales à l'âge de 17 ans, en voyageant. «J'ai voulu marier mes différentes cultures pour ne pas oublier mes racines orientales car j'ai vécu presque toute ma vie en Europe. Une façon d'avoir mes racines avec moi tout le temps. Il y a des gens qui sont comme moi, un peu perdus. C'est ma façon de me rassurer. Le fait d'être moitié ceci, moitié cela. On n'est pas moins que les autres», a confié la chanteuse lors d'un point de presse animé, hier, à l'hôtel Hilton.
De ses aventures branchées dans les années 90 avec le groupe Transglobal Underground jusqu'au succès incontournable de Mon amie la rose (une reprise de Françoise Hardy), Natasha Atlas incarne véritablement le personnage de la scène la plus ouverte du «World music». Même si elle réfute le terme comme définition pour sa musique qui n'a plus la même conception, comme à ses débuts il y a 15 ans. Ce soir, Natasha Atlas se produira avec ses musiciens britanniques et arabes dont un Algérien qui l'a rencontrée à Londres et a fait pour qu'elle vienne en Algérie. La seconde partie de la soirée, dira-t-elle «sera plus sharqui, orientale dans une ambiance chaude». Natasha interprétera ses plus grands tubes dont une surprise une reprise d'une chanson d'Idir. Dans son nouvel album, qui sortira l'an prochain, Baladi Mood, révèle-t-elle figurent deux titres, un dans le style Hedi algérien basé sur la mesure 6/8, très dansant et le second où elle chante en algérien, intitulé Oueli ya sahbi. En attendant, ce soir, ça va être la fête du tempo ! A ne pas rater! 300 DA la place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.