Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les séparatistes prennent le dessus à Aden
NOUVEAU CONFLIT AU YEMEN
Publié dans L'Expression le 31 - 01 - 2018

Des combattants séparatistes du sud du Yémen encerclaient hier le Palais présidentiel à Aden, deuxième ville du pays, après trois jours de combats meurtriers contre les forces gouvernementales qui ont perdu la plupart de leurs positions clés.
Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi est lui-même réfugié en Arabie saoudite, mais son premier ministre Ahmed ben Dagher et des membres du gouvernement résidaient ces derniers jours au palais présidentiel d'Aden.
La crise qui a éclaté dimanche entre les séparatistes et le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Arabie saoudite, a donné une nouvelle dimension au conflit qui se poursuit depuis trois ans dans ce pays pauvre de la péninsule arabique.
«Les séparatistes ont encerclé le palais et contrôlent maintenant l'entrée principale», a indiqué un officier de l'armée yéménite, ajoutant: «Ceux qui sont à l'intérieur sont de fait assignés à résidence à ce stade». De son côté, le brigadier Saleh al-Sayyed, qui dirige des troupes combattant depuis dimanche avec les séparatistes, a annoncé que ses unités avaient pris le contrôle de la 4e Brigade qui inclut la garde présidentielle à Aden.
Les combats ont fait au moins 36 morts et 185 blessés depuis dimanche, selon le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr). La coalition sous commandement saoudien, qui intervient militairement au Yémen depuis 2015, a appelé dans la nuit à un cessez-le-feu immédiat.
Le ministère de l'Intérieur a lui aussi déclaré avoir donné pour instruction à toutes les unités d'arrêter les combats et dit espérer que l'autre camp répondrait «positivement à l'appel de la coalition». Les séparatistes du sud du Yémen n'ont pas encore réagi à cette requête.
La coalition a affirmé qu'elle prendrait «toutes les mesures nécessaires pour rétablir la sécurité à Aden», où le gouvernement s'est réfugié après avoir été chassé de la capitale Sanaa par les rebelles Houthis en 2014. Jusqu'ici, les principales composantes de la coalition -émiraties et saoudiennes- ne sont pas intervenues militairement à Aden pour faire cesser les combats. Lundi soir, le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, qui est réfugié à Riyadh, a présidé une réunion avec ses conseillers et des responsables politiques, rejetant «le coup de force (séparatiste) et les actions terroristes à Aden», selon l'agence Saba. Les séparatistes étaient précédemment alliés à M.Hadi, mais la relation s'est tendue après le limogeage en 2017 du gouverneur d'Aden, Aidarous al-Zoubaidi, qui a formé un Conseil de transition du sud (STC), une autorité parallèle dominée par des séparatistes. Le Yémen du Sud était un Etat indépendant avant sa fusion avec le Nord en 1990 et les séparatistes y sont restés puissants. Depuis dimanche, ils ont acheminé des renforts vers Aden et, dans certains quartiers, ils semblaient en bien meilleure position que les unités gouvernementales, selon des habitants. Le STC avait fixé un ultimatum la semaine dernière à M. Hadi, exigeant le départ du Premier ministre Ahmed ben Dagher et «des changements au gouvernement», accusé de «mauvaise gestion» et de «corruption» Cet ultimatum a expiré dimanche matin et des combats ont aussitôt éclaté en ville, aboutissant à la prise du siège transitoire du gouvernement et d'autres installations par les séparatistes. Après avoir été chassé de Sanaa en 2014 par les rebelles Houthis, le gouvernement a déclaré l'année suivante Aden «capitale provisoire» du Yémen. Les Emirats, élément clé de la coalition dirigée par Riyadh, ont entraîné et appuient une force appelée «Ceinture de sécurité» dans le Sud.
Cette force soutient le Conseil de transition du Sud créé par les séparatistes. Ce mois-ci, Riyadh a annoncé qu'elle transférait deux milliards de dollars à la Banque centrale du Yémen, contrôlée par le gouvernement Hadi, pour sauver l'économie. Lors d'un point de presse lundi soir à Riyadh, le porte-parole saoudien de la coalition au Yémen, le colonel Turki al-Maliki, a appelé les séparatistes à «la retenue et à parler avec le gouvernement légitime». Dans le même temps, a-t-il ajouté, «nous appelons le gouvernement légitime à examiner les demandes du mouvement social et politique» des séparatistes. Entre-temps, les civils à Aden se terrent chez eux, redoutant d'être pris sous des tirs croisés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.