Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Affaire Haddad: une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Universités: vers l'adoption de l'enseignement à distance    Un nouveau souffle pour les services des urgences des CHU et de proximité    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Abdelmadjid Tebboune installe la Commission nationale chargée du projet de révision du code électoral    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les séparatistes prennent le dessus à Aden
NOUVEAU CONFLIT AU YEMEN
Publié dans L'Expression le 31 - 01 - 2018

Des combattants séparatistes du sud du Yémen encerclaient hier le Palais présidentiel à Aden, deuxième ville du pays, après trois jours de combats meurtriers contre les forces gouvernementales qui ont perdu la plupart de leurs positions clés.
Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi est lui-même réfugié en Arabie saoudite, mais son premier ministre Ahmed ben Dagher et des membres du gouvernement résidaient ces derniers jours au palais présidentiel d'Aden.
La crise qui a éclaté dimanche entre les séparatistes et le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Arabie saoudite, a donné une nouvelle dimension au conflit qui se poursuit depuis trois ans dans ce pays pauvre de la péninsule arabique.
«Les séparatistes ont encerclé le palais et contrôlent maintenant l'entrée principale», a indiqué un officier de l'armée yéménite, ajoutant: «Ceux qui sont à l'intérieur sont de fait assignés à résidence à ce stade». De son côté, le brigadier Saleh al-Sayyed, qui dirige des troupes combattant depuis dimanche avec les séparatistes, a annoncé que ses unités avaient pris le contrôle de la 4e Brigade qui inclut la garde présidentielle à Aden.
Les combats ont fait au moins 36 morts et 185 blessés depuis dimanche, selon le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr). La coalition sous commandement saoudien, qui intervient militairement au Yémen depuis 2015, a appelé dans la nuit à un cessez-le-feu immédiat.
Le ministère de l'Intérieur a lui aussi déclaré avoir donné pour instruction à toutes les unités d'arrêter les combats et dit espérer que l'autre camp répondrait «positivement à l'appel de la coalition». Les séparatistes du sud du Yémen n'ont pas encore réagi à cette requête.
La coalition a affirmé qu'elle prendrait «toutes les mesures nécessaires pour rétablir la sécurité à Aden», où le gouvernement s'est réfugié après avoir été chassé de la capitale Sanaa par les rebelles Houthis en 2014. Jusqu'ici, les principales composantes de la coalition -émiraties et saoudiennes- ne sont pas intervenues militairement à Aden pour faire cesser les combats. Lundi soir, le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, qui est réfugié à Riyadh, a présidé une réunion avec ses conseillers et des responsables politiques, rejetant «le coup de force (séparatiste) et les actions terroristes à Aden», selon l'agence Saba. Les séparatistes étaient précédemment alliés à M.Hadi, mais la relation s'est tendue après le limogeage en 2017 du gouverneur d'Aden, Aidarous al-Zoubaidi, qui a formé un Conseil de transition du sud (STC), une autorité parallèle dominée par des séparatistes. Le Yémen du Sud était un Etat indépendant avant sa fusion avec le Nord en 1990 et les séparatistes y sont restés puissants. Depuis dimanche, ils ont acheminé des renforts vers Aden et, dans certains quartiers, ils semblaient en bien meilleure position que les unités gouvernementales, selon des habitants. Le STC avait fixé un ultimatum la semaine dernière à M. Hadi, exigeant le départ du Premier ministre Ahmed ben Dagher et «des changements au gouvernement», accusé de «mauvaise gestion» et de «corruption» Cet ultimatum a expiré dimanche matin et des combats ont aussitôt éclaté en ville, aboutissant à la prise du siège transitoire du gouvernement et d'autres installations par les séparatistes. Après avoir été chassé de Sanaa en 2014 par les rebelles Houthis, le gouvernement a déclaré l'année suivante Aden «capitale provisoire» du Yémen. Les Emirats, élément clé de la coalition dirigée par Riyadh, ont entraîné et appuient une force appelée «Ceinture de sécurité» dans le Sud.
Cette force soutient le Conseil de transition du Sud créé par les séparatistes. Ce mois-ci, Riyadh a annoncé qu'elle transférait deux milliards de dollars à la Banque centrale du Yémen, contrôlée par le gouvernement Hadi, pour sauver l'économie. Lors d'un point de presse lundi soir à Riyadh, le porte-parole saoudien de la coalition au Yémen, le colonel Turki al-Maliki, a appelé les séparatistes à «la retenue et à parler avec le gouvernement légitime». Dans le même temps, a-t-il ajouté, «nous appelons le gouvernement légitime à examiner les demandes du mouvement social et politique» des séparatistes. Entre-temps, les civils à Aden se terrent chez eux, redoutant d'être pris sous des tirs croisés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.