Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron : "Votre économie ne s'est pas ouverte"
Investissements en Algérie
Publié dans Liberté le 07 - 12 - 2017

Le président français, Emmanuel Macron, a exigé le principe de réciprocité entre l'Algérie et la France sur tous les plans. À commencer par celui des investissements qui connaissent de moins en moins d'engouement. "On m'a dit que les Chinois font mieux que nous et sont plus dynamiques. Je suis prêt à motiver nos entreprises pour qu'elles viennent. Mais j'ai dit aussi que vous n'êtes pas un pays qui fait tout pour attirer les investisseurs", a déclaré M. Macron, dans un entretien accordé au site TSA. Selon lui, "le contrôle des changes contraignants et la règle des majorités (49/51, ndlr) sont là. On doit se dire les choses comme des partenaires. Votre économie ne s'est pas ouverte et, du coup, il y a un cadre de modernisation qui doit se faire (...) Moi, je souhaite aussi que des Algériens viennent investir davantage en France parce que vous avez de grands entrepreneurs", citant, à titre d'illustration, le patron du groupe Cevital. "M. Rebrab a acheté des marques et de grandes entreprises françaises", a-t-il dit, ajoutant : "Il faut qu'il y en ait d'autres." Mais "pour cela, il faut un cadre d'investissement plus ouvert et plus protecteur". Appelant les autorités algériennes à "moderniser l'économie algérienne pour les Algériens qui entreprennent en Algérie et pour les étrangers qui veulent investir en Algérie", M. Macron dira que les deux parties devront partager les responsabilités. "Il ne faut pas dire à l'autre c'est ta faute. Si ça ne va pas, c'est la faute à tous les deux !" Et de résumer sa pensée : "Si la France peut mieux faire, je m'en occuperai. Mais cela veut dire aussi que l'Algérie peut mieux faire !" Abordant l'objectif de sa visite, il dira qu'"il y a cette jeunesse algérienne issue de la France et il y a cette jeunesse algérienne qui regarde beaucoup la France et qui attend beaucoup d'elle. C'est cela le moteur de ma visite d'aujourd'hui". Annonçant l'ouverture d'une "Ecole 42" dédiée aux startuppers en informatique à Alger, M. Macron dit préférer, en guise d'alternative aux visas, que "la France vienne développer ces partenariats en Algérie pour que les jeunes réussissent ici". Abordant la question de la mémoire, le président Macron a réaffirmé sa position sur ce dossier, estimant qu'"il y a un espace, celui de reconnaissance mutuelle. Il n'y a ni déni ni repentance (...) Il n'y a pas chez moi de repentance. Nous sommes dans la librairie de l'Emir Abdelkader qui a su ne pas s'enfermer dans le passé et qui était devenu ami de la France. Aujourd'hui, je suis président et je n'ai que 39 ans. Je regarde la jeunesse algérienne, je lui dis : ‘Aie la force de caractère de tes héros'". Sur le sujet de la restitution des crânes des résistants algériens tués dans les années 1850, Macron a dit y être prêt, mais exige toutefois la réciprocité : "Il y a des personnes qui sont nées en Algérie et qui veulent y revenir. Parmi elles, des harkis et des fils de harkis. Ce serait un geste fort de réconciliation."
FARID BELGACEM

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.