Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouveau secrétariat national pour le FFS    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    La présidentielle, un scrutin disqualifié d'avance    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manoeuvres et jeux de coulisses
MEDIATION AMERICAINE ENTRE ALGER ET RABAT
Publié dans L'Expression le 20 - 08 - 2005

La sous-région maghrébine prend une importance inusitée dans la nouvelle politique de redéploiement des Etats-Unis.
L'annonce de la libération, mercredi, par le Front Polisario de 404 prisonniers marocains coïncidait avec l'arrivée à Alger, le même jour, du sénateur américain, Richard Lugar, -président de la Commission des Affaires étrangères au Sénat des Etats-Unis-, accompagné d'une importante délégation parlementaire américaine et du général John Johnes, commandant en chef des forces américaines en Europe et commandant suprême des forces alliées en Europe. Ce concours de circonstances est loin d'être fortuit et résulte d'un timing savamment mis au point. Quoique le sénateur Lugar ne se soit pas mis en avant, c'est grâce à sa médiation active, certes discrète, que les prisonniers marocains ont pu être élargis. La présence à Alger du chef de la Commission des Affaires étrangères du Sénat américain indique aussi, en filigrane, l'importance qu'accordent aujourd'hui les Etats-Unis à des relations exemplaires avec l'Algérie. Il faudra sans doute replacer tout ce processus dans le cadre de la nouvelle politique « arabe » du président Bush, et du redéploiement qu'entreprennent les Etats-Unis pour redorer une image de marque passablement altérée dans le monde arabe par leur envahissement, et l'occupation, de l'Irak. Outre cet aspect spécifique de la question, les Etats-Unis se trouvent aujourd'hui en phase avec l'Algérie, sur la problématique du terrorisme islamique, Alger ayant été, longtemps, seule à en dénoncer la nuisance, avant que ne survienne le 11 septembre 2001 et l'attaque anti-américaine contre le World Trade Center de New York. Depuis, Washington, singulièrement sur cette question, s'est rapproché d'Alger et a engagé une coopération, à tout le moins, fructueuse pour les deux parties. Toutefois, la coopération que les Etats-Unis envisagent au niveau du Grand Maghreb, notamment dans la lutte contre le terrorisme, -dont les activités dans la région du Sahel ne manquent pas d'inquiéter- et la revalorisation de leurs relations commerciales avec les pays de l'UMA, se heurte au problème, jusqu'ici non résolu, du Sahara occidental. Aussi, une solution définitive et équitable de la question sahraouie est-elle devenue, pour Washington, la pierre angulaire de sa politique maghrébine, d'où l'impératif pour les Etats-Unis de contribuer à un règlement pacifique du contentieux sahraoui pour pouvoir concrétiser leur nouvelle stratégie au Maghreb. Outre la solution à la problématique sahraouie, des relations apaisées entre Alger et Rabat, -les deux pays piliers du Grand Maghreb-, entre en droite ligne des efforts que déploient ces dernières semaines Washington dans la région. Assainir la situation au Sahara occidental est du coup devenu pour les Etats-Unis un paramètre tactique de leur politique au Maghreb. Se félicitant de la libération des prisonniers marocains par le Front Polisario, le porte- parole du département d'Etat, Sean McCormack, a estimé que celle-ci était «une occasion pour faire progresser l'unité et la stabilité du Maghreb». A quelque chose près, c'est ce que déclarait à Alger le sénateur Richard Lugar qui a appelé l'Algérie et le Maroc à en profiter pour relancer leur dialogue, améliorer leurs relations bilatérales et créer un climat régional permettant de résoudre enfin le conflit du Sahara occidental. Toutefois, sur ce point M.Lugar précisera aussi que la solution au problème sahraoui doit se faire conformément aux résolutions de l'ONU. Ainsi, dans une déclaration à la presse, après l'audience que lui a accordée le président Bouteflika, M.Lugar a réaffirmé «l'appui des Etats-Unis pour une solution politique dans le cadre des Nations unies» du conflit du Sahara occidental qui oppose depuis 1975 le Maroc au Front Polisario. Si l'amélioration des relations entre Alger et Rabat est souhaitée par les Etats-Unis, un tel raffermissement des rapports entre les deux pays maghrébins ne doit pas se faire pour autant au détriment du droit international et du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Le règlement pacifique du problème du Sahara occidental ouvrira de nouvelles opportunités pour les pays de la région et donnera, en sus, aux Etats-Unis de devenir un partenaire incontournable du Grand Maghreb, d'où les manoeuvres en coulisses mises en branle par Washington. Et la visite de M. Lugar et sa délégation dans cette région est un signe quant à la détermination des Etats-Unis à contribuer à la stabilité d'une région qui entre de plain-pied dans leur nouvelle stratégie d'équilibre pour le monde arabe et la Méditerranée, dont le Maghreb en est un élément moteur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.