Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    "Non à la criminalisation de l'acte politique"    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Le syndicat des pharmaciens réagit    Paidoyer pour une conférence de concertation    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Les joueurs en grève    La semaine de Dame justice    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Timide avancée dans le discours marocain
APRÈS LA LIBERATION DES DETENUS MAROCAINS
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2005

Le palais royal nourrit l'espoir d'une révision de tout le processus qui a conduit à la décision de l'autodétermination du peuple sahraoui.
La libération par le Polisario des 404 derniers prisonniers marocains a véritablement donné un coup d'accélérateur à la diplomatie pour le règlement du la question du Sahara occidental. Après les réactions de satisfaction des principales capitales, Rabat affiche clairement sa disponibilité à oeuvrer pour une solution pacifique du conflit dans le cadre de l'ONU. Cette nouvelle évolution dans le discours marocain constitue une avancée, quoique timide, de la position marocaine, du fait que le palais royal continue à conditionner l'implication directe de l'Algérie dans la résorption dudit conflit. Ainsi, dans une déclaration rendue publique hier, Rabat a montré une grande satisfaction par rapport à ce que le palais royal considère comme des «appels lancés pour la relance du dialogue entre Alger et Rabat». C'est là, l'interprétation que fait le Maroc des réactions émanant de Madrid, Paris, Londres et Washington. En se basant surtout sur les déclarations du sénateur américain Richard Lugar, superviseur de la libération des prisonniers le 18 août, qui a exhorté Rabat et Alger à «créer un climat régional propice à un règlement de la question du Sahara occidental», Rabat saisit l'occasion pour faire un autre appel du pied à l'Algérie, à la différence cette fois, que la donne onusienne est prise très au sérieux. «Le Maroc se félicite des multiples appels lancés (...) par les partenaires de la région du Maghreb en faveur de la recherche, sous l'égide de l'ONU, d'une solution politique définitive et acceptable par toutes les parties», a en effet indiqué le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué.
Intervenant également au lendemain de la lettre adressée par le président de la République au roi Mohammed VI, à l'occasion de son anniversaire, la déclaration du chef de la diplomatie marocaine sonne comme une énième tentative de sauver la face et, partant, obtenir une renégociation du dossier sahraoui depuis le début. Il faut dire que l'implication directe des Etats-Unis d'Amérique dans la région du Maghreb a de quoi susciter quelque espoir au trône chérifien qui, de fait, nourrit l'espoir d'une révision de tout le processus qui a conduit à la décision de l'autodétermination du peuple sahraoui.
Cela dit, la libération des derniers prisonniers marocains ne semble pas clore définitivement la campagne médiatique lancée par le Maroc pour détourner l'opinion mondiale de la justesse de la cause du Polisario. En effet, dans le même communiqué, le ministre marocain des Affaires étrangères soulève une autre question, relative celle-là, aux «cas de plus de 210 disparus marocains communiqués au Comité international de la Croix-Rouge (Cicr) et qui attendent d'être élucidés». Une nouvelle «épine» que le palais royal entend sans doute injecter dans le corps de la région, juste pour ne pas avoir à affronter l'incontournable référendum d'autodétermination auquel l'Algérie, au même titre que la majorité de la communauté internationale, accorde beaucoup d'importance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.