Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Zone de libre-échange africaine actée aujourd'hui
SOMMET EXTRAORDINAIRE DE L'UA
Publié dans L'Expression le 21 - 03 - 2018

Le Sommet extraordinaire de l'Union africaine (UA) revêt un caractère exclusivement économique
La création de cette zone peut constituer une sérieuse opportunité pour l'Algérie qui aura ainsi l'occasion de développer davantage ses exportations hors hydrocarbures.
Le Sommet extraordinaire de l'Union africaine (UA) dont les travaux s'ouvrent aujourd'hui à Kigali, la capitale du Rwanda, revêt un caractère exclusivement économique. A ce sommet, convoqué par le chef d'Etat rwandais, Paul Kagamé, président en exercice de l'UA, est présent le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, pour représenter le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, accompagné de Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères, et Mohamed Benmeradi, ministre du Commerce.
La délégation algérienne, aux côtés des délégations des pays africains, devra valider certaines mesures permettant de surmonter les obstacles qui entravent les échanges commerciaux entre les Etats du continent africain. Il s'agit entre autres de la signature du Protocole sur la libre circulation des personnes et le passeport africain, adopté par le sommet de janvier 2018 à Addis-Abeba. Mais la mesure «star» est le lancement aujourd'hui de la zone de libre-échange africaine (Zleca). Approuvée par les dirigeants africains, la Zleca est un projet phare de l'Agenda 2063, dont le but est de faire de l'intégration économique de l'Afrique une réalité. Il faut dire que la création de la Zleca peut constituer une sérieuse opportunité pour l'Algérie qui aura ainsi l'occasion de développer davantage ses exportations hors hydrocarbures.
Le marché africain peut être porteur pour le produit algérien. Et le Forum des chefs d'entreprise (FCE) en a conscience. Faut-il rappeler que le FCE a organisé, en décembre dernier à Alger, le premier forum d'affaires algéro-africain.
Une rencontre qui a donné naissance à des contrats entre les entreprises algériennes et leurs partenaires du Tchad, Mali, Mauritanie ou encore le Kenya et l'Afrique du Sud. Sur ce plan donc, l'Algérie, dirigeants et opérateurs économiques, soutiennent cette initiative dont la mise en oeuvre va générer des résultats très bénéfiques pour tout le continent non seulement sur le plan socio-économique, mais permettra aussi de donner plus de confiance aux Africains et renforcera leur engagement et leur appropriation de l'Agenda 2063. Avec le lancement de la zone de libre-échange qui devra inclure le marché commun de l'Afrique orientale et australe (Comesa) ainsi que toutes les communautés d'Afrique (CAE, Sadc, Ceeac, Cedeao...) et l'Union du Maghreb arabe, les pays africains vont démontrer toute leur volonté d'aller vers une intégration réussie permettant la concrétisation de projets en commun. Outre les bénéfices qui en découleront, la mise en oeuvre d'un accord sur la Zone de libre-échange est considérée par des experts en économie comme «un signal de la détermination du continent à rompre avec les récits négatifs du passé pour se tourner vers un avenir fondé sur une prospérité partagée». Selon une étude de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, la conclusion et la mise en oeuvre fructueuses d'un accord sur la zone de libre-échange, complétées par des efforts visant à améliorer les infrastructures liées au commerce et les procédures douanières, ainsi qu'à réduire les coûts de transit et autres coûts des échanges, pourraient entraîner une hausse de 52%, soit environ 35 milliards de dollars du commerce intra-africain d'ici 2022. Et concernant les infrastructures de base qui jouent un rôle fondamental dans la stimulation et la facilitation du commerce et l'investissement, il y a lieu de souligner à ce propos, les efforts consentis par l'Algérie, notamment sa participation à la réalisation de la route transsaharienne qui reliera, dès 2018, Alger à Lagos au Nigeria. Il y a également lieu de souligner la réalisation de la liaison fibre-optique Alger-Lagos, de même que le gazoduc transsaharien entre l'Algérie, le Niger et le Nigeria, incluant des bretelles vers d'autres pays de la sous-région ou encore la réalisation de multiples réseaux routiers et de chemins de fer. Ces projets auront des retombées positives sur le commerce intra-africain, le commerce extérieur de l'Afrique, ainsi que le développement du continent en général. Rappelons enfin que les négociations en vue d'établir une zone de libre-échange continentale ont été lancées lors du Sommet de l'UA qui s'est tenu en juin 2015 à Johannesburg.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.