Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée sioniste encore et toujours
NOUVELLES VIOLENCES À LA FRONTIÈRE ENTRE GHAZA ET ISRAËL
Publié dans L'Expression le 14 - 04 - 2018

Baptisé «la marche du retour», le mouvement de protestation palestinien a été lancé le 30 mars. Il prévoit des rassemblements et campements durant six semaines près de la frontière pour réclamer «le droit au retour» de quelque 700 000 Palestiniens chassés de leurs terres.
Des heurts ont éclaté hier à la frontière entre Israël et la bande de Ghaza lors de protestations de milliers de Palestiniens pour le troisième vendredi consécutif, après des tirs de l'armée sioniste qui ont tué plus de 30 Palestiniens ces deux dernières semaines. Hier encore, ce sont plus de
30 Palestiniens qui ont été blessés par des tirs de soldats israéliens à balles réelles et de grenades lacrymogènes, selon le ministère de la Santé à Ghaza. L'un des blessés a été atteint à la tête. Lors des manifestations des deux derniers vendredis, des dizaines de milliers de Ghazaouis s'étaient rassemblés le long de la frontière. Vendredi à la mi-journée, le nombre de manifestants était moindre que celui des vendredis précédents.
L'armée sioniste a affirmé dans un communiqué, pour justifier ses tirs meurtriers, que des manifestants avaient tenté «d'endommager ou de faire une brèche» dans la clôture le long de la frontière et avaient lancé des cocktails Molotov et un «engin explosif». Des dizaines de drapeaux israéliens ont été brûlés à Jabalia dans le nord de la bande de Ghaza. Dans le sud de l'enclave palestinienne, près de Khan Younès, les manifestants ont brûlé des photos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du président américain Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, qu'ils considèrent comme proche d'Israël. Les protestations, commencées le 30 mars, posent un défi aux forces israéliennes, qui ont rejeté les critiques sur leur recours à des balles réelles, en expliquant que les consignes de tirs ne changeraient pas. Baptisé «la marche du retour», le mouvement de protestation palestinien a été lancé le
30 mars. Il prévoit des rassemblements et campements durant six semaines près de la frontière pour réclamer «le droit au retour» de quelque 700 000 Palestiniens chassés de leurs terres ou ayant fui lors de la guerre qui a suivi la création d'Israël le 14 mai 1948. Ce mouvement est censé être pacifique mais des groupes de jeunes Palestiniens s'approchent de la frontière où sont postés les soldats israéliens. Depuis le 30 mars, 33 Palestiniens ont été tués et des centaines blessés par l'armée israélienne, selon les secours à Ghaza. L'Etat hébreu a affirmé que les manifestations sont l'occasion de tentatives d'attaques, d'infiltration en Israël et de sabotage de la clôture et s'est engagé à stopper ces tentatives.
Mais les Palestiniens disent que les manifestants sont abattus alors qu'ils ne posent aucune menace pour les soldats. Parmi les Palestiniens tués vendredi dernier figurent le journaliste Yasser Mourtaja qui, selon des témoins, portait un gilet l'identifiant comme journaliste quand les soldats lui ont tiré dessus. Israël a affirmé qu'il s'agissait d'un membre du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Ghaza et ennemi juré de l'Etat hébreu, mais sans donner de preuve. Des groupes de défense des droits de l'homme ont vivement critiqué les forces israéliennes, en mettant en évidence les images, non vérifiées, de vidéos qui se sont propagées sur Internet montrant des soldats tirant sur des manifestants. Dans un communiqué publié vendredi, Amnesty International a exigé que les autorités israéliennes «mettent immédiatement fin à l'utilisation excessive et meurtrière de la force». Les responsables du Hamas ont indiqué qu'ils comptaient maintenir la mobilisation jusqu'au 14 mai, date prévue pour le transfert de l'ambassade des Etats-Unis à El Qods occupée. Cette relocalisation a profondément irrité les Palestiniens, qui considèrent la partie orientale de la ville occupée par Israël comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Les manifestations doivent officiellement prendre fin mi-mai, lorsque les Palestiniens célèbreront la Nakba, ou «catastrophe» que fut pour eux la création de l'Etat d'Israël. La bande de Ghaza est soumise à un blocus israélien depuis plus de 10 ans, tandis que sa frontière avec l'Egypte a été la plupart du temps fermée ces dernières années. Jeudi, l'Egypte a ouvert jusqu'à samedi son point de passage avec l'enclave palestinienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.