Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    La loi sur l'investissement dynamisera davantage la diversification économique    "Tels des esprits affables qui murmurent", Smaïl Yabrir signe son premier recueil de nouvelles    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Real : Eden Hazard ne lâche pas l'affaire    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Nouveau code de l'investissement: Les délais de traitement des dossiers considérablement réduits    Voirie, réfection des trottoirs, éclairage public...: Opération d'aménagement sur l'axe de Ras El-Aïn    Es-Senia: Aménagement et embellissement extérieur à la zone d'activité    Pour accompagner les hôtes d'Oran aux Iles Habibas: Une soixantaine de jeunes en formation de guides touristiques    Une coopération heureuse et profitable    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Nora, Saliha et les harkis    Tirage au sort jeudi en ligne    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    La méthode Ankara    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    La gauche tente de nouveaux visages    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    31 décès et 1.511 blessés en une semaine    Les raisons de l'union patronale    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un sous-traitant de seconde zone
RABAT IMPORTE AU MAGHREB LES DECHIREMENTS DU MOYEN-ORIENT
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2018


Un timing édifiant pour un Maroc aux abois
Le Maroc s'est toujours aligné sur les positions stratégiques saoudiennes depuis 2008, date de la constitution à Charm Echeikh, du front sunnite anti-iranien.
Le fait que la majorité des pays du Golfe se soit empressée à exprimer son soutien au Maroc à la suite de sa décision de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, renseigne sur les raisons réelles de cette option. Tous les observateurs se demandent pourquoi Rabat n'interrompt-il pas alors ses relations avec l'Algérie, l'Afrique du Sud et le Nigeria qui apportent un soutien fort au Polisario. Vraisemblablement, le Maroc a fini par céder aux pressions de l'Arabie saoudite, des Etats-Unis et d'Israël visant à isoler l'Iran dans l'espace islamique dans le but de le contraindre à accepter de renégocier l'accord nucléaire de 2015 et de réduire son influence régionale. Le Maroc s'est toujours aligné sur les positions stratégiques saoudiennes, notamment depuis que Riyadh pilote le wahhabisme et «les printemps arabes» comme une épée de Damoclès sur la tête des régimes musulmans récalcitrants. Mieux encore, Rabat a même demandé officiellement d'intégrer le Conseil de coopération du Golfe (CCG) lorsqu'il a constaté que l'UMA ne peut se construire sur le cadavre du Polisario. Le Maroc n'est pas à sa première rupture avec l'Iran. Les relations diplomatiques entre la République islamique et le royaume avaient été interrompues en mars 2009 de manière unilatérale par le Maroc.Là aussi, l'argument du Palais royal est disproportionné par rapport à une rupture de relations entre deux Etats. Officiellement, Rabat contestait la vision d'un haut responsable iranien qui avait déclaré que l'Etat du Bahreïn était «la quatorzième province iranienne». En solidarité avec le petit Etat du Golfe, le Maroc avait alors rompu tous ses liens avec la République islamique. En off, des diplomates évoquaient aussi l'ingérence de l'Iran, et des activités de prosélytisme chiite téléguidées par Téhéran.Cependant et selon le quotidien français Le Monde, qui avait mis la main en 2010 sur un câble diplomatique publié par WikiLeaks, l'Arabie saoudite aurait fait pression sur le royaume «dans sa stratégie globale d'opposition à l'influence iranienne».
La décision de 2009, de rompre les relations diplomatiques avec l'Iran avait déjà surpris les analystes et les observateurs. «On peut avancer l'hypothèse qu'en agissant ainsi, le Maroc cherche à se positionner comme un membre de l'axe anti-iranien qui est en train de se constituer au Moyen-Orient» estime Abdallah Rami, chercheur au Centre marocain des sciences sociales, Université Hassan II (Casablanca). Quelques indices permettent d'étayer cette hypothèse, estime le chercheur marocain qui s'interroge: «D'abord, pourquoi Mohamed Louafa, contrairement à tous les ambassadeurs mutés en janvier dernier (2009), n'avait-il pas été remplacé, laissant la représentation marocaine à Téhéran sous la coupe de seconds couteaux? Ensuite, peu de gens l'avaient relevé à l'époque, mais rétrospectivement, on peut s'étonner du fait que le Maroc ait participé, en novembre 2008, à une réunion à Charm Echeikh aux côtés du front sunnite formé par l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et la Jordanie, pour exprimer une inquiétude collective face à la menace iranienne». Cette analyse a été publiée par l'hebdomadaire marocain TelQuel, au lendemain de l'annonce de la rupture des relations maroco-iraniennes. Qu'y a-t-il de changé dans l'attitude et la politique extérieure de Téhéran pour que le Maroc décide en 2014 de reprendre ses relations diplomatiques avec l'Iran. Depuis que les pays du Golfe soutiennent la position marocaine sur la question du Sahara occidental, Rabat a décidé de faire partie de la coalition anti-iranienne et à ce titre, se positionne selon les voeux de Riyadh qui ne manque pas de monnayer le soutien de différents pays, y compris des Etats-Unis, pour diaboliser et isoler l'Iran. D'ailleurs, la réaction saoudienne ne s'est pas fait attendre. Hier, l'Arabie saoudite a déclaré se tenir aux côtés du Maroc face à «tout ce qui menace sa sécurité, sa stabilité et son intégrité territoriale».
«Le gouvernement saoudien condamne fermement l'ingérence iranienne dans les affaires intérieures du Maroc via son instrument, la milice terroriste du Hezbollah, qui entraîne les éléments du soi-disant groupe "Polisario" en vue de déstabiliser la sécurité et la stabilité» du Maroc, indique la source saoudienne.Les Emirats arabes unis et Bahreïn ont également exprimé leur solidarité avec le Maroc, publiant des déclarations similaires.
Le Qatar qui depuis son isolement et l'embargo que lui ont imposé ses «frères ennemis» du CCG, n'a cessé de faire du pied à Riyadh en appelant au dialogue, a lui aussi exprimé son soutien au Maroc alors que l'Iran est la cause première de sa mise en quarantaine par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Bahreïn et l'Egypte. Après l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn, le Qatar a également apporté son soutien au Maroc suite à la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran. Doha a fait part de «sa profonde et totale solidarité» avec le Maroc «dans la préservation de la sécurité et l'intégrité de son territoire face à toute tentative de saper cette intégrité, ou de viser sa sécurité et celle de ses citoyens». La diplomatie qatarie a ainsi souligné «l'importance du respect des principes régissant les relations entre les Etats, avec à leur tête le respect de la souveraineté», ainsi que «la non-ingérence dans leurs affaires intérieures [...].»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.