Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ce que nous reconnaît le monde"
MESSAGE DU PRESIDENT BOUTEFLIKA À L'OCCASION DE LA PROCLAMATION DE «LA JOURNEE DU VIVRE ENSEMBLE EN PAIX»
Publié dans L'Expression le 16 - 05 - 2018

Le message du président Bouteflika a rappelé que l'action de l'Algérie en direction de son voisinage immédiat et de l'ensemble de ses partenaires a toujours été guidée par «les principes de paix, de coexistence, de coopération et de bon voisinage»
«Notre peuple peut s'enorgueillir de l'appel précurseur de son pays, voilà cinq décennies, pour un dialogue mondial visant à fonder des relations économiques plus équitables lors d'une assemblée générale extraordinaire convoquée par l'ONU.»
Dans son message à l'occasion de la célébration de la Journée internationale du vivre ensemble, le président Bouteflika a affirmé, hier, que la proclamation de cette journée «traduit la reconnaissance par la communauté internationale du rôle de l'Algérie dans la promotion de la paix». Le chef de l'Etat a souligné que «les efforts consentis par l'Algérie en faveur de la promotion de la culture de la paix expriment le fort engagement de notre peuple pour que ces valeurs universelles prennent la place qui doit être la leur dans les relations entre les Nations et les peuples du monde entier».
Le président a rappelé que la Journée internationale du vivre ensemble, le 16 mai de chaque année a été proclamée le 8 décembre 2017 par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies, à l'initiative de l'Association internationale soufie alawiyya, avec le soutien de son pays l'Algérie. En second lieu, cette initiative, a poursuivi le président de la République, «est portée par des valeurs morales, culturelles, sociales et humaines auxquelles notre peuple modéré est foncièrement attaché». De même qu'elle exprime tout autant «le fort engagement de notre peuple pour que ces valeurs universelles prennent la place qui doit être la leur dans les relations entre les Nations et les peuples du monde entier». En troisième lieu, a ajouté le président Bouteflika, cette proclamation «traduit l'engagement de l'Algérie et de la communauté internationale à oeuvrer davantage à la promotion de la culture de la paix et du dialogue tant au sein des sociétés qu'entre les Nations, ceci à un moment où les lignes de rupture et les facteurs de division se multiplient».
L'Algérie ne fait pas de la paix internationale qu'un simple slogan creux. Elle a constamment prôné le dialogue et la coopération entre les religions et les cultures, ce qui est pour le président Bouteflika «une des références dans les enseignements de notre sainte religion l'islam, religion qui prône la paix et la coexistence ainsi que le montrent des siècles d'histoire de l'humanité, à travers les continents». Plus explicite à ce sujet, le message du président Bouteflika a rappelé que l'action de l'Algérie en direction de son voisinage immédiat et de l'ensemble de ses partenaires a toujours été guidée par «les principes de paix, de coexistence, de coopération et de bon voisinage». Cette philosophie a conduit l'Algérie, a-t-il expliqué, a être parmi les tout premiers pays à «appuyer les efforts consentis pour que prévale entre les peuples la culture de la paix, de la solidarité, de la tolérance et du dialogue». Ces principes qui s'expriment à la fois dans «le règlement des conflits politiques que dans l'instauration de relations économiques plus équilibrées», a souligné le chef de l'Etat. A cet égard, le président de la République a estimé que notre peuple peut s'enorgueillir de l'appel précurseur de son pays, voilà cinq décennies, pour un dialogue mondial visant à fonder des relations économiques plus équitables et plus intégrées entre les pays développés et les peuples moins nantis lors d'une Assemblée générale extraordinaire convoquée par l'ONU». Cette première célébration dans le monde entier de la journée du vivre ensemble est «un motif de légitime satisfaction pour l'Algérie» qui a initié cette action qui s'inscrit dans la durée. «Elle vise à créer pour nos générations futures un monde meilleur fondé sur la tolérance, le respect mutuel dans la différence, la diversité et la solidarité», a affirmé le président de la République. Dans son message, le président a particulièrement insisté sur le grand projet de la réinitialisation nationale. Pour le chef de l'Etat, le seul objectif qui vaille la peine à travers la politique de la Réconciliation nationale est celui du «renforcement de l'unité nationale, de la consolidation de la cohésion de notre peuple, de la protection de notre souveraineté nationale et de la construction, ensemble dans une démarche solidaire, d'une Algérie moderne à laquelle chacune et chacun d'entre nous est fier d'appartenir».
Ainsi, il conviendrait d'inscrire dans ce même esprit de la Constitution, des composantes de l'identité nationale que sont l'islam, l'arabité et l'amazighité. Il fallait bien soustraire ces constantes «aux exploitations politiques et politiciennes», insiste le message du président. C'est sur cette voie aussi que s'inscrit, a encore souligné le président Bouteflika, la dynamique de promotion «de notre jeune démocratie par le renforcement de l'Etat de droit, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.