L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran va augmenter sa capacité à enrichir l'uranium
NUCLEAIRE
Publié dans L'Expression le 06 - 06 - 2018

Une centrale nucléaire en Iran
«Ces démarches ne veulent pas dire que les négociations avec l'Europe ont échoué», a dit M. Salehi, faisant référence aux discussions entre l'Iran et l'Union européenne (UE), l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne pour tenter de garder l'accord de Vienne, malgré le retrait américain.
L'Iran a notifié lundi à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la mise en route d'un plan pour augmenter sa capacité à enrichir l'uranium en accroissant le nombre de ses centrifugeuses, a déclaré le vice-président iranien Ali Akbar Salehi. «Ce que nous faisons ne viole pas l'accord» sur le nucléaire iranien conclu en juillet 2015 à Vienne et dont les Etats-Unis se sont retirés le 8 mai, a précisé M.Salehi, cité par l'agence de presse iranienne Fars. Selon le vice-ministre, qui est également président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), «une lettre a été déposée à (l'AIEA) hier (lundi) sur le commencement de certaines activités». «Si les conditions le permettent, peut-être que demain soir à Natanz (centre) nous pourrons déclarer l'ouverture du centre de production de nouvelles centrifugeuses», a-t-il ajouté.
Cité par Fars, M. Salehi a également déclaré que l'annonce de la production de centrifugeuses «ne veut pas dire que nous allons commencer l'assemblage des centrifugeuses» en vue de leur utilisation. «Ces démarches ne veulent pas dire que les négociations avec l'Europe ont échoué», a encore dit M. Salehi, faisant référence aux discussions entre l'Iran et l'Union européenne (UE), l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne pour tenter de garder l'adhésion de la République islamique à l'accord de Vienne malgré le retrait américain.
Dans un discours public tenu lundi, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a indiqué que «l'Iran (avait) le devoir de se préparer rapidement» à augmenter sa capacité de production d'uranium enrichi.
L'enrichissement de l'uranium permet de produire du combustible pour les centrales nucléaire de production d'électricité atomique ou peut avoir d'autres applications civiles, dans le domaine médical par exemple. Mais hautement enrichi, et en quantité suffisante, l'uranium peut aussi permettre la fabrication d'une bombe atomique. Accusé par les Etats-Unis et Israël de chercher à vouloir de doter de l'arme atomique, l'Iran a toujours affirmé que son programme nucléaire était uniquement à visée pacifique et civile.
Au moment même où le Premier ministre israélien tente de rallier à son combat l'Allemagne et la France où il effectue une visite de quarante huit heures, un ministre israélien réclame une coalition armée si l'Iran enrichit à des fins militaires la formation d'une coalition militaire contre l'Iran si celui-ci se désengage de l'accord international sur ses activités nucléaires et se met à enrichir l'uranium à des fins militaires. Dans cette dernière hypothèse, «il faudrait une prise de position de la part du président des Etats-Unis et de toute la coalition occidentale -les (pays) Arabes et Israël seraient sûrement de la partie- signifiant de manière claire que, si les Iraniens reprennent (l'enrichissement à un niveau militaire), une coalition militaire sera formée contre eux», a dit Yisrael Katz (Renseignement).
Ce ministre s'exprimait sur la radio publique sur fond de profondes incertitudes après l'annonce par les Etats-Unis de leur retrait de l'accord conclu en 2015 par les grandes puissances avec l'Iran, censé tenir ce dernier éloigné de l'arme nucléaire. Les Européens, la Chine et la Russie, autres signataires de l'accord, veulent le sauvegarder. Pour l'instant, l'Iran reste dans l'accord, mais il a prévenu qu'il relancerait son programme d'enrichissement à «l'échelle industrielle» si l'accord périclitait. Alors que Téhéran a prévenu qu'il pourrait «reprendre l'enrichissement d'uranium «, cette «menace (...) témoigne de la panique totale à laquelle sont en proie les dirigeants iraniens», a encore jugé M. Katz. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est l'un des plus ardents détracteurs de l'accord de 2015, qui ouvre la voie, selon lui, à un Iran doté de l'arme nucléaire. Israël s'acharne à se présenter comme une cible désignée dans une telle éventualité, prétextant la volonté du Guide suprême iranien Ali Khamenei d'«éradiquer» l'Etat hébreu du Moyen Orient.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.