Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un face-à-face continu
SEOUL VEUT UN TRAITE METTANT FIN À LA GUERRE DE COREE EN 2018
Publié dans L'Expression le 19 - 06 - 2018


Une relation presque harmonieuse
La Corée du Sud coopère étroitement avec les Etats-Unis en vue de préparer cette déclaration de fin de guerre, a dit la ministre des AE, non sans ajouter que la Chine peut jouer un «rôle très important» dans la mise en place d'un régime pacifique dans la péninsule.
La Corée du Sud aimerait parvenir à une déclaration signifiant la fin de la guerre de Corée (1950-1953), d'ici à la fin 2018, même si la date et la forme exacte de cet accord peuvent être déterminées avec une certaine flexibilité. C'est ce qu'a annoncé hier la ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, Kang Kyung-Wha qui est longuement revenue sur les promesses sous-tendues par la rencontre historique entre les deux chefs d'Etat nord et sud- coréens, au niveau de la zone de démarcation, voici trois semaines à peine.
Le président sud-coréen, Moon Jae-In et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un ont en effet convenu de changer l'accord d'armistice actuel en traité de paix d'ici à la fin de l'année 2018, après avoir tenu le troisième sommet inter-coréen de l'histoire, le 27 avril dernier. Décision qui fut à la base d'un autre engagement, cette fois entre le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump, tous deux soucieux de bâtir un régime de paix durable dans la péninsule coréenne et d'établir de nouvelles relations bilatérales au sortir de leur premier sommet, à Singapour, le 12 juin dernier. La péninsule reste toujours «techniquement» en état de guerre puisque la guerre de Corée s'est achevée avec un armistice et non pas par un véritable traité de paix. Mme Kang a déclaré, lors du point-presse, que la Corée du Sud coopère étroitement avec les Etats-Unis en vue de préparer cette déclaration de fin de guerre, non sans ajouter que la Chine peut jouer un «rôle très important» dans la mise en place d'un régime pacifique dans la péninsule. Elle a de ce fait insisté sur la volonté de la Corée du Sud, qui entend travailler en étroite collaboration avec la Chine sur cette question. La diplomate sud-coréenne s'est entretenue plus tôt dans la journée par téléphone avec le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, dans le cadre des consultations régulières qui lient Séoul à Washington, particulièrement en cette phase délicate des relations avec Pyongyang. Au cours de leur discussion, M. Pompeo a indiqué à Mme Kang qu'il rencontrerait son homologue nord-coréen en «face-à-face dès que possible» et que cela devrait permettre de mesurer avec une certaine exactitude la bonne volonté des dirigeants nord-coréens pour ouvrir rapidement la voie du dialogue. Mme Kang a estimé de ce fait que les discussions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis vont certainement se poursuivre dès lors que les deux parties ont réussi à organiser un sommet pour «échanger en toute franchise et bâtir la confiance». Elle en déduit, non sans une certaine confiance, que ce sommet a posé les fondations d'une relation apaisée et constructive entre la Corée du Sud et celle du Nord, d'une part, et d'un rapport vertueux entre une Corée nouvelle qui serait alors en gestation et les Etats-Unis devenus des mentors de l'une et l'autre partie d'autre part. Une vraie gageure, en fin de compte. Surtout quand on sait que les réactions aux Etats-Unis demeurent assez tièdes, compte tenu des «résultats» du sommet de Singapour au point de pousser les médias à critiquer l'administration Trump coupable de se livrer à des manifestations exagérées d'auto-satisfaction, selon eux, et de taire les «insuffisances» que recèlerait la déclaration finale entre les deux délégations, américaine et nord-coréenne. Le 12 juin, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ont eu un tête-à-tête historique à Singapour qui a abouti à la signature d'une déclaration commune, sans percée majeure sur la question cruciale de l'arsenal nucléaire de la Corée du Nord. Deux jours après ce sommet, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a réaffirmé le maintien des sanctions jusqu'à la dénucléarisation complète. En vain, de sorte que ces attitudes et critiques ont eu pour effet de chagriner le président Donald Trump, pleinement convaincu d'avoir réussi son pari et d'être sur la bonne voie quant à la conclusion prochaine d'un engagement «complet, vérifiable et immédiat» de dénucléarisation de la part du dirigeant Kim Jong-Un.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.