Santé de Bouteflika et relations algéro-françaises : Quand Bajolet se lâche…    ANP : Gaïd Salah installe le nouveau commandant des forces terrestres    «Nous craignons un règlement de comptes»    Le RCD réaffirme sa position    Reddition de deux terroristesà Tamanrasset    ETRHB va obtenir la totalité des actifs du groupe espagnol Villar Mir dans Fertial : Les travailleurs protestent et interpellent le ministre de l'energie    Entre les menaces de Trump et les divisions au sein de l'OPEP : Difficile et houleuse sera la réunion d'Alger    Allemagne : Alstom lance l'aventure du train à hydrogène    CMAE: Zerouati examine avec ses homologues africains les défis de l'environnement dans le continent    Caisse nationale des assurances sociales La situation financière de l'institution est "équilibrée"    L'Algérie "resserre l'étau sur les groupes armés terroristes dans la région"    Syrie : Un sommet russo-turc pour déterminer l'avenir de la province d'Idlib    Sahara occidental : Le Front Polisario dépose plainte au Tribunal de Paris contre une société française    Guerre commerciale : La Chine ne dévaluera "jamais" le yuan    L'Algérie suspend la protection policière    Jaafari dénonce l'agression israélienne    Le MCA en péril à Oran    Engloutissement de deux enfants dans l'oued Mellah    2 morts et sauvetage de 11 personnes bloquées dans leurs voitures    Coups de couteau, viols et rixes mortelles… c'est l'été meurtrier La France est-elle devenue un pays violent ?    Pluies torrentielles à Bouira : Routes coupées et commerces inondés à Ighrem    Catastrophes naturelles en Algérie : 25 milliards de dinars de pertes en 2018    La bravoure des habitants d'El Kantouli    "Achoura" noire à Constantine    A Alger, les femmes ne sont en sécurité nulle part !    Maurice Audin revient cette semaine !    «Le GPRA, précurseur d'une diplomatie révolutionnaire et moderne»    Témoignage sur le parcours de Boualem Bessaïh :    Les promesses des dirigeants déjouent la grève des joueurs    Le supporter serait-il pris par la mauvaise gestion ?    Bendjemil désigné nouvel entraîneur national    Un appel au don de sang entendu    Les gagnants du Leapfrog Hack intègrent Sofrecom Tunisie pour un stage d'été    Des milliers d'employés de l'Unrwa manifestent à Ghaza contre des licenciements    Plus de prérogatives aux élus ?    Les habitants de Djanet fêtent la S'beiba    Gaïd Salah à l'installation du nouveau commandant des Forces Terrestres: «La sécurité de l'Algérie est au centre de nos priorités»    Ligue 1 Mobilis MCO – MCA, gare au perdant!    Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?    Leader de la Ligue 1 Mobilis: La JSK enfonce le CRB    La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    Le football national… au plus bas    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Djamel Allam vu par ses proches et ses amis : Un poète d'une grande sensibilité et immense générosité    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    L'histoire est écrite par les vainqueurs mais l'histoire des vainqueurs n'est pas l'histoire qui finit, tôt ou tard, par reprendre ses droits    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un face-à-face continu
SEOUL VEUT UN TRAITE METTANT FIN À LA GUERRE DE COREE EN 2018
Publié dans L'Expression le 19 - 06 - 2018


Une relation presque harmonieuse
La Corée du Sud coopère étroitement avec les Etats-Unis en vue de préparer cette déclaration de fin de guerre, a dit la ministre des AE, non sans ajouter que la Chine peut jouer un «rôle très important» dans la mise en place d'un régime pacifique dans la péninsule.
La Corée du Sud aimerait parvenir à une déclaration signifiant la fin de la guerre de Corée (1950-1953), d'ici à la fin 2018, même si la date et la forme exacte de cet accord peuvent être déterminées avec une certaine flexibilité. C'est ce qu'a annoncé hier la ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, Kang Kyung-Wha qui est longuement revenue sur les promesses sous-tendues par la rencontre historique entre les deux chefs d'Etat nord et sud- coréens, au niveau de la zone de démarcation, voici trois semaines à peine.
Le président sud-coréen, Moon Jae-In et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un ont en effet convenu de changer l'accord d'armistice actuel en traité de paix d'ici à la fin de l'année 2018, après avoir tenu le troisième sommet inter-coréen de l'histoire, le 27 avril dernier. Décision qui fut à la base d'un autre engagement, cette fois entre le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump, tous deux soucieux de bâtir un régime de paix durable dans la péninsule coréenne et d'établir de nouvelles relations bilatérales au sortir de leur premier sommet, à Singapour, le 12 juin dernier. La péninsule reste toujours «techniquement» en état de guerre puisque la guerre de Corée s'est achevée avec un armistice et non pas par un véritable traité de paix. Mme Kang a déclaré, lors du point-presse, que la Corée du Sud coopère étroitement avec les Etats-Unis en vue de préparer cette déclaration de fin de guerre, non sans ajouter que la Chine peut jouer un «rôle très important» dans la mise en place d'un régime pacifique dans la péninsule. Elle a de ce fait insisté sur la volonté de la Corée du Sud, qui entend travailler en étroite collaboration avec la Chine sur cette question. La diplomate sud-coréenne s'est entretenue plus tôt dans la journée par téléphone avec le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, dans le cadre des consultations régulières qui lient Séoul à Washington, particulièrement en cette phase délicate des relations avec Pyongyang. Au cours de leur discussion, M. Pompeo a indiqué à Mme Kang qu'il rencontrerait son homologue nord-coréen en «face-à-face dès que possible» et que cela devrait permettre de mesurer avec une certaine exactitude la bonne volonté des dirigeants nord-coréens pour ouvrir rapidement la voie du dialogue. Mme Kang a estimé de ce fait que les discussions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis vont certainement se poursuivre dès lors que les deux parties ont réussi à organiser un sommet pour «échanger en toute franchise et bâtir la confiance». Elle en déduit, non sans une certaine confiance, que ce sommet a posé les fondations d'une relation apaisée et constructive entre la Corée du Sud et celle du Nord, d'une part, et d'un rapport vertueux entre une Corée nouvelle qui serait alors en gestation et les Etats-Unis devenus des mentors de l'une et l'autre partie d'autre part. Une vraie gageure, en fin de compte. Surtout quand on sait que les réactions aux Etats-Unis demeurent assez tièdes, compte tenu des «résultats» du sommet de Singapour au point de pousser les médias à critiquer l'administration Trump coupable de se livrer à des manifestations exagérées d'auto-satisfaction, selon eux, et de taire les «insuffisances» que recèlerait la déclaration finale entre les deux délégations, américaine et nord-coréenne. Le 12 juin, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ont eu un tête-à-tête historique à Singapour qui a abouti à la signature d'une déclaration commune, sans percée majeure sur la question cruciale de l'arsenal nucléaire de la Corée du Nord. Deux jours après ce sommet, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a réaffirmé le maintien des sanctions jusqu'à la dénucléarisation complète. En vain, de sorte que ces attitudes et critiques ont eu pour effet de chagriner le président Donald Trump, pleinement convaincu d'avoir réussi son pari et d'être sur la bonne voie quant à la conclusion prochaine d'un engagement «complet, vérifiable et immédiat» de dénucléarisation de la part du dirigeant Kim Jong-Un.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.