Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Naples: Ghoulam le grand retour    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Clôture du festival international du cinéma engagé d'Alger: Le Grand Prix pour «L'autre côté de l'espoir»    Eclaireurs des temps obscurs…    Selon le Pape François: «Un grand signe de fraternité de l'Algérie»    Brahimi buteur face à Portimonense    «Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    Sept victimes dont quatre morts en 24 heures    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington et Pyongyang communiquent directement
Rencontre entre le chef de la CIA et Kim Jong-Un
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2018

Le règlement de la crise nord-coréenne semble être en bonne voie au vu des derniers développements marqués notamment par la rencontre à Pyongyang entre le leader nord-coréen et le patron de la CIA.
Entre les Etats-Unis et la Corée du Nord les choses évoluent rapidement, et le sommet attendu entre Donald Trump et Kim Jong-un pourrait se tenir à la fin mai ou au début juin. Ce qui était impensable, il y a quelques années, comme une visite du chef de la CIA à Pyongyang, est devenu réalité.
Et c'est le président américain qui a confirmé hier que le patron du renseignement US avait rencontré le leader nord-coréen Kim Jong-un lors d'une visite secrète à Pyongyang la semaine dernière. "Mike Pompeo a rencontré Kim Jong-un en Corée du Nord la semaine dernière. La rencontre s'est bien déroulée et une bonne relation s'est établie. Les détails du sommet sont à l'étude", a écrit Donald Trump sur Twitter.
Il a également ajouté que "la dénucléarisation sera un grand événement pour le monde, mais aussi pour la Corée du Nord". Par ailleurs, le président des Etats-Unis avait déclaré mardi que le sommet entre Kim Jong-un et le président sud-coréen Mon Jae-in pourrait servir, avec sa "bénédiction", à discuter d'un traité de paix.
"Ils ont ma bénédiction pour discuter de la fin de la guerre. Les gens ne réalisent pas que la guerre de Corée n'est pas terminée", a expliqué Donald Trump. L'autre développement important est cette proposition sud-coréenne d'ouvrir des discussions pour déclarer officiellement la fin de la guerre de Corée (1950-53).
Ces deux faits relancent l'espoir que les prochains sommets entre les deux Corées, puis entre le Nord et les Etats-Unis, débouchent sur des percées. Ainsi, le troisième sommet intercoréen depuis la fin de la guerre, prévu le 27 avril, pourrait être l'occasion d'aborder la question d'une déclaration officielle pour clore le conflit sur la péninsule. "Nous examinons la possibilité de remplacer le régime de l'armistice sur la péninsule coréenne par un régime de paix", a déclaré à la presse un haut responsable de la présidence sud-coréenne. Cette source a toutefois souligné : "Mais ce n'est pas quelque chose que nous pouvons faire seuls. Il faut des discussions serrées avec les parties pertinentes, dont la Corée du Nord."
Rappelons que Pyongyang et Séoul revendiquent tous deux la souveraineté sur la péninsule tout entière. Un traité pourrait vouloir dire que les deux Corées se reconnaissent l'une l'autre. Le Nord demanderait probablement le retrait des soldats américains déployés sur la péninsule. Le conseiller sud-coréen à la sécurité nationale, Chung Eui-yong, a déclaré hier que Séoul et Washington voulaient que Pyongyang renonce à ses ambitions atomiques. Concernant son sommet avec son homologue nord-coréen, le président américain a abordé les préparatifs en cours avec un certain optimisme.
"Ils nous respectent. Nous les respectons. L'heure est venue de parler, de résoudre les problèmes. Il y a une véritable chance de résoudre un problème mondial", a-t-il affirmé. Il a parlé de "cinq lieux" possibles pour ce sommet, qui aura lieu début juin "si tout se passe bien".
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.