L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le caractère obligatoire sera-t-il imposé?
ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE AMAZIGHE
Publié dans L'Expression le 17 - 07 - 2018

Comme langue «nationale et officielle», tamazight n'est toujours pas généralisé dans l'enseignement
Alors que des partis plaident pour un enseignement facultatif, d'autres exigent qu'il soit obligatoire.
La question de l'enseignement de tamazight va être relancée. Ce débat qui est encore prématuré risque de passionner les esprits. Maintenant qu'elle a été officialisée et décrétée langue nationale au même titre que la langue arabe, un autre problème se pose. Deux années après son inscription dans la Constitution de février 2016 comme langue «nationale et officielle», tamazight n'est toujours pas généralisé dans l'enseignement. Alors que des partis plaident pour un enseignement facultatif, d'autres exigent qu'il soit obligatoire. La question des caractères de transcription de la langue n'a pas encore été tranchée, mais elle fait déjà polémique. Lors du débat sur le projet de loi portant sur la création de l'Académie algérienne de la langue amazighe, les représentants des partis étaient partagés sur cette question. Le Parti des travailleurs qui a reconnu que ce projet est un acquis est revenu sur le caractère obligatoire de l'enseignement de tamazight. Il a même plaidé pour la création d'un ministère délégué pour la promotion de cette langue. Le député de Béjaïa, Braham Benadji, a déposé, il y a plus de trois mois, une proposition de loi portant sur l'amendement de la loi n°08-04 du 23 janvier 2008 portant loi d'orientation sur l'Education nationale. «Cette proposition porte sur l'introduction du caractère obligatoire dans l'enseignement et l'utilisation de la langue amazighe à travers tout le territoire national», avait-il plaidé à plusieurs reprises. Le parti du Front des forces socialistes appelle également à l'élaboration d'une loi organique portant sur la mise en application de la promotion de la langue amazighe. «Le Parlement vote une loi organique sur l'Académie algérienne de langue amazighe, alors que la Constitution parle d'une loi organique de mise en application et de la promotion de tamazight», a déploré Djamel Baloul, député FFS.
Le Rassemblement pour la culture et la démocratie a rejeté carrément le projet de loi portant sur la création de l'académie de tamazight. «Le projet de loi portant sur la loi organique de l'Académie algérienne de langue amazighe s'est avéré, en fin de compte, un véritable recul. Au lieu de proposer une loi pour la mise en oeuvre de l'article 4 consacrant l'officialité de la langue amazighe, le gouvernement réduit le texte à une académie en évitant d'aborder les questions de missions et de moyens à mettre en oeuvre pour consacrer tamazight comme langue d'usage au niveau des institutions pour lui assurer un meilleur développement», a souligné le RCD dans un communiqué.
Le parti de Mohcen Belabes a plaidé pour le retrait de ce texte et a appelé ses rédacteurs à se conformer aux dispositions de la Constitution pour garantir une meilleure prise en charge de la langue amazighe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.