Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Le déconfinement divise les Algériens    Dr Mohamed Bekkat Berkani évoque un "déconfinement territorial"    Plus de 5.000 poursuites judiciaires    Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Plus de 10 000 agriculteurs sans carte professionnelle    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les habitants de la cité Makhat protestent    4 826 individus arrêtés à Mascara    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    The mask    Irresponsables !    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Regard, autrement
NASREDDINE BRAHAMI EXPOSE AU BASTION 23
Publié dans L'Expression le 17 - 07 - 2018

C'est en tant que cartophile-collectionneur de cartes postales et de photos anciennes, possédant une photothèque importante, que tout naturellement, l'artiste Nasreddine Brahami exploite ce matériau à des fins picturales.
Sous la thématique de Regard, autrement l'artiste peintre Nasreddine Brahami vous convie à une picturale le 26 juillet prochain au Bastion 23, une expérience plastique réalisée au cours de ces dernières années. Il s'agira comme nous pouvons lire dans le dossier de presse d' «Appréhender dans la culture visuelle les différents éléments et matériaux pour exprimer la lutte face à la platitude du quotidien et tenter de représenter les diverses perceptions de nos émotions». Aussi, l'expo part du regard «cet acte et ce mouvement intime avec lequel l'homme, cet animal artiste, échange une puissance émotionnelle et une influente relation avec les autres. «Le regard est le caractère non verbal de nos émotions» et comme certains le définissent, «le miroir de l'âme». nous fait -savoir. Et de rajouter: «Les enfants ont besoin du regard de leurs parents.
Dans la rue, au marché, nous nous échangeons des regards sans même nous en rendre compte. Le regard peut être une offense, une animosité dans certains cas, un sentiment de sympathie, une opinion, un signe de confiance et d'assurance chez d'autres. Réciproque ou mutuel entre deux êtres, il révèle parfois une admiration ou de l'amour. L'iconographie et la propagande coloniale ont imposé un ensemble de codes imagés et colorés pour répondre à l'imaginaire métropolitain avide de ses stéréotypes raciaux. Le message ainsi diffusé n'est pas encore parvenu à effacer ou refouler le fonds culturel et civilisationnel de notre nation. Comme pour la langue française, nous considérons la masse du matériau-image en notre possession comme un butin de guerre et nous estimons qu'il est de notre devoir de le récupérer et de le décoloniser. Certes, ce sont leurs archives, mais c'est de notre mémoire, de notre histoire et de notre différence qu'il s'agit.» C'est donc en tant que cartophile-collectionneur de cartes postales et de photos anciennes, possédant une photothèque importante, que tout naturellement l'artiste Nasreddine Brahami exploite ce matériau à des fins picturales. Sa première tentative dans cet évènement est indique-t-on «de présenter avant tout «Un art de voir et de percevoir», une manière colorée de magnifier le souvenir par une pratique personnelle et par l'exercice d'une technique picturale moderne afin de consolider, par la magie et l'enchantement, une mémoire trop souvent escamotée. Le but est d'appréhender dans la culture visuelle les différents éléments et matériaux en sa possession pour exprimer notre lutte face à la platitude du quotidien et tenter de représenter les diverses perceptions de nos émotions, avec modestie.». Dans cette exposition, l'artiste Nasreddine Brahami propose des toiles qui s'articulent sous la thématique du Regard, composée ainsi de trois sujets, à savoir les personnages, connus et méconnus, les édifices religieux, mosquées et mausolées faisant partie de notre histoire architecturale et enfin les symboles visuels exprimant la dimension intellectuelle et notre héritage civilisationnel, culturel et social.
Une exposition ainsi riche en témoignages et connaissances sur notre culture nationale captée par l'oeil d'un professionnel sur un passé, mais aussi un présent qui se lit encore et se doit être revisité pour la postérité car cela relève éminemment de notre patrimoine à préserver.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.