Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





5 films algériens au programme
13E FESTIVAL CINEMAS D'AFRIQUE À LAUSANNE
Publié dans L'Expression le 12 - 08 - 2018

Il se tiendra du 23 au 26 août prochain avec au menu plus de 60 films des plus récents en provenance des pays africains dont l'Algérie et, notamment une carte blanche aux RCB.
Le Festival cinémas d'Afrique oeuvre comme son l'indique, pour la promotion et la diffusion des cinémas africains, le soutien aux cinéastes, la sensibilisation artistique, tout en conservant sa dimension de divertissement culturel et convivial pour le public. Au programme, plus de 60 films: fictions, documentaires, dessins animés, de la comédie grand public à l'enquête historique plus pointue, en passant par des courts-métrages ou des premières oeuvres de jeunes cinéastes. Le Festival permet au public romand de découvrir des oeuvres cinématographiques récentes, inédites ou peu diffusées, et de rencontrer les cinéastes, artistes et professionnels invités. Débats, rencontres, soirées thématiques, expos photos, concerts, gastronomie et convivialité viennent enrichir l'offre cinématographique et compléter la toile de fond des projections, en salle et en open air. Le Festival est aussi une plateforme favorisant les rencontres entre professionnels. La section Panorama constitue le coeur du programme et présente une sélection de 58 films en provenance de 25 pays d'Afrique. Composée de longs et courts métrages de tous genres- fictions, animations, documentaires produits entre 2016 et 2018, cette section offre une vision large de la production récente où les films à gros budget, célébrés internationalement, côtoient des découvertes rarement, voire jamais, présentées en Europe. Deux coproductions suisses primées, Des moutons et des hommes de l'Helvético-Algérien Karim Sayad (prix de Soleure) et Imfura du Rwandais Samuel Ishimwe (Ours d'argent du meilleur court métrage à Berlin), seront également à l'affiche. Au programme on y découvre aussi un hommage à Idrissa Ouédraogo, cinéaste burkinabé né en 1954, décédé en février dernier. Il est l'un des réalisateurs africains les plus marquants de sa génération. Il a inspiré et accompagné toute une génération de cinéastes. Sa carrière de cinéaste commence dès 1981. Il a été le récipiendaire de plusieurs prix, notamment avec Yaaba (1989, prix de la Critique à Cannes et Prix du public au Fespaco), Tilaï (1990, Grand Prix du Jury à Cannes, Grand Prix du Fespaco) et Samba Traoré (1992, Ours d'argent à Berlin). Le Festival lui rend hommage avec la projection de son film préféré, Kini & Adams. A l'honneur aussi, le cinéma soudanais qui a connu un essor important dès l'indépendance du pays en 1956, en particulier grâce à la figure historique du réalisateur Gadalla Jubara, qui a réalisé plus de cent documentaires et quatre films de fiction au long de ses 50 ans de carrière; un court montage de sa production sera présenté en ouverture de séance. Dans les années 80, le Soudan comptait plus de 60 salles de cinéma, dont 16 dans sa capitale, Khartoum. Cependant, dans les années 90, les difficultés économiques et politiques ont mis un frein à leur exploitation. En 2018, il ne subsiste qu'une salle de cinéma dans la capitale. Sans soutien institutionnel, les cinéastes soudanais tentent de créer des oeuvres indépendantes. Le festival présente le travail de ces auteurs qui se battent au quotidien pour faire exister le cinéma soudanais. Un des moments phares de ce festival sera en outre la carte blanche aux Rencontres cinématographiques de Béjaïa qui sont organisées annuellement depuis 2003 par l'association Project'heurts. Elles ont pour objectif de réconcilier le public algérien avec le cinéma en lui proposant des films récents en provenance de plusieurs pays, suivis de débats pointus avec les cinéastes. Les RCB c'est aussi aujourd'hui des ateliers d'aide à la post-production et à l'écriture de scenario. Les films qui seront projetés grâce à cette carte blanche sont Je te promets de Mohamed Yargui, Jusqu'à la fin des temps de Yasmine Chouikh La Vague (Lmuja) de Omar Belkacimi Et enfin de That Lovely Life de Rami Aloui. L'Algérie sera présente également avec la présentation du dernier film de Malek Bensmail La bataille d'Alger, un film dans l'histoire mais aussi avec le film En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui qui clôturera le festival. Au menu aussi une table ronde sur les liens entre les cinémas et les littératures africaines, mais aussi rétrospective autour de Nelson Mandela et la lutte anti-Apartheid. En effet, en l'honneur du 100e anniversaire de sa naissance (18 juillet 1918), une sélection de sept films (fictions et documentaires) est proposée, qui illustrent sa résistance et sa lutte contre l'apartheid. Parmi ces films on citera Cry freedom de Richard Attenborough, Indians can't fly d'Enver Samuel, I talk about me, I am Africa de Chris Austin et Peter Chappell, Sarafina! de Darrell Roodt, Mandela: Son of Africa, Father of a nation de Angus Gibson et Jo Menell, Mandela: Pong walk to freedom de Justin Chadwick, Long nights, Journey into day de Frances Reid et Deborah Hoffmann». Enfin on relèvera aussi un concert du sextet éthio-jazz Arat Kilo accompagné de la diva malienne Mamani Keïta et du rappeur slameur américain Mike Ladd, une très belle expo photo signée Osbone Macharia, un café-rencontre, des débats et des délices culinaires. Un événement très riche à saluer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.