JM/Volley-ball (Gr. C - 3e J): résultats et classement    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le film "Les Bienheureux" malheureux en Algérie
Publié dans L'Expression le 13 - 08 - 2018

Depuis quelques jours nous assistons à une polémique stérile sur la non- sélection du film «Les Bienheureux» au Festival du film arabe d'Oran. A l'époque, le commissaire du festival Brahim Seddiki avait répondu que le film n'était pas algérien. C'était sans doute la plus mauvaise réponse que pouvait donner un responsable de festival à un film quand il ne souhaite pas le sélectionner. La nationalité d'un film n'a jamais constitué un handicap pour sa sélection dans les festivals. Il aurait pu dire que le film n'a pas reçu le ticket de la commission de sélection. Sans doute la seule qui pouvait donner un jugement sur la qualité du film. En réalité, les producteurs français et belge du film et même sa réalisatrice n'ont jamais commenté leur mise à l'écart des autres festivals. Pourquoi viser un film algérien et accuser ses responsables de censure. Officiellement, le film «Les Bienheureux» n'est pas une production algérienne. Ses producteurs Serge Zeitoun et Patrick Quinet ne sont pas algériens, encore moins son financement. Sofia Djama n'a pas de production algérienne. Bachir Derraïs qui était un producteur exécutif a servi, notamment pour obtenir les autorisations de tournage du film à Alger. Il est certain aussi, que le film n'a jamais obtenu le financement du ministère de la Culture. Même si le film de Sofia Djama a été sélectionné dans la section «Horizon» du festival de Venise et le festival de Dubai, il n'a jamais été sélectionné par un festival en Algérie: ni au Festival du film engagé de Zehira Yahi et de Ahmed Bedjaoui, ni au Festival du film méditerranéen de Annaba de Saïd Ould Khelifa et encore moins au Festival du film arabe d'Oran avec qui il ne partage aucun critère de sélection. Le film a été présenté en Algérie seulement dans des salles de l'Institut français d'Algérie. Ce black-out sur le film en Algérie n'a rien à voir avec la nationalité de sa production et encore moins avec la réalisatrice Sofia Djama. C'est en réalité le sujet du film, ouvertement anti-islamique (et non anti-islamiste) et un discours foncièrement anti-algérien, qui dérange. Comme pour le film Nadir Moknache «Viva l'Algérie», Zeimeche «Bled Number One» et aujourd'hui «Les Bienheureux», le titre du film est à l'opposé de la trame de l'histoire et la situation des personnages du film. Donc, la majorité des personnages est malheureuse en Algérie et son seul souci c'est de changer de société et surtout changer de pays. Une image négative de l'Algérie qui est souvent véhiculée par des films financés par des producteurs français qui tendent à mettre en accusation le pouvoir et les services de sécurité comme les véritables responsables de la décennie noire en Algérie. Il faut préciser que l'histoire du film devait s'intituler «Un verre de trop», que Sofia Djama a écrit durant deux ans, s'inspirant de son expérience personnelle d'étudiante «bougiote» de passage à Alger. Heureuse d'avoir terminé son film et malheureuse de ne pas pouvoir le présenter devant un public algérien. C'est peut-être mieux ainsi, la réaction du public aurait pu être plus radicale que celle du Festival du film arabe d'Oran.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.