Feux de forêt: 37 morts, poursuite des efforts pour endiguer les flammes    Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Panaf oublie les «grands» cinéastes algériens
Publié dans L'Expression le 11 - 07 - 2009

«Le public est le capital d´un cinéaste indépendant»
Claude Lelouch
Si vous ne le savez pas encore, l´Algérie accueille le Festival international d´Alger du 6 au 19 juillet, un festival qui a bénéficié de quatre salles et quatre cinébus itinérants à travers quatre wilayas. Un Festival international où ne sont programmés que les Africains qui sont invités dans le cadre du Panaf. Aucune nouvelle production algérienne ou internationale n´est présentée à l´occasion de ce Festival international. Pour l´ouverture de ce festival, les organisateurs ont cru bon programmer le monstre sacré du cinéma algérien: Mohamed Lakhdar Hamina et son film Vent des Aurès, premier prix pour le cinéma algérien à Cannes en 1966, et le jeune loup du cinéma algérien, Khaled Benaïssa et son court métrage Sektou, qui a décroché le prix du meilleur court métrage au dernier Fespaco.
Première panne de l´organisation, Vent des Aurès a été projeté en l´absence du réalisateur Lakhdar Hamina, et des comédiens principaux: Keltoum et Mohamed Chouikh, tous deux malades et qui nécessitaient bien des égards. Au lieu de quoi, c´est Khaled Benaïssa, un jeune loup du cinéma algérien, qui a pris la vedette et qui est en train de «s´imposer» grâce au soutien du ministère de la Culture en décrochant tous les projets cinématographiques accordés à cette nouvelle génération, celle de la production de court métrage et surtout de premier assistant dans le documentaire officiel du Panaf, réalisé par l´inconnu Kherroubi et le célèbre producteur Salem Brahimi. Le Festival international d´Alger est passé inaperçu, comme l´est le cinéma algérien sur la scène internationale. Absence du public lors des projections et surtout des cinéastes algériens, visiblement ignorés et pas informés par les organisateurs. Ainsi, les films des grands cinéastes algériens sont absents de la programmation du Festival du Panaf: Mohamed Lakhdar Hamina, Merzak Allouache, Nadir Moknache, Belkacem Hadjadj et surtout Ahmed Rachedi qui a vu son dernier Benboulaïd sélectionné au prochain Festival du film arabe d´Oran, absent du programme du Festival Panaf. Que reste-t-il alors à voir dans le cinéma algérien? Mascarades de Lyès Salem, qui vient de sortir en DVD à Alger et qui n´a pas le succès escompté, le film Leïla et les autres en l´absence de son réalisateur Sid-Ali Mazif ou encore le Moineau de Youcef Chahine en l´absence de Mariane et Gabriel Khouri, les héritiers du patrimoine cinématographique de Youcef Chahine.
Mais où sont passés les Abdou B., Boudjemaâ Karèche ou encore les Amar Laskri, Bachir Derraïs, Mahmoud Zemmouri, qui ont contribué eux aussi à l´essor du cinéma et qui se retrouvent aujourd´hui ignorés et exclus d´une manifestation qui était censée leur appartenir? Le cinéma algérien est plus que jamais divisé en associations, en mouvements et en clans, partagé entre soutien de la ministre de la Culture et de l´Entv, entre les partisans de Toumi et les anciens amis de HHC. Cette situation est due à la dépendance financière des réalisateurs qui fait qu´à un moment donné ou à un autre, il faut choisir un camp au détriment de l´autre.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.