«Dilapidation de deniers publics et privilèges indus»: Ouyahia et Loukal convoqués par la justice    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed    Le tribunal des chimères ?    Handball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le détenteur du trophée éliminé    Football - Ligue 1: La JSK met la pression sur l'USMA, le MCO dans la tourmente    NC Magra: Le président Benaceur toujours optimiste    Ils rejettent la présidentielle: Marche nationale des Syndicats autonomes le 1er mai    Adrar: 3 morts et 4 blessés dans une collision    Skikda: Une policière assassinée dans son domicile    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Le MPA en appelle à l'armée    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Le revers de trop    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    La date fixée au 21 juin    Feu vert officiel pour la mise en service    Session extraordinaire le 4 mai    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Début du référendum constitutionnel en Egypte    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghannouchi temporise
EGALITE HOMMES-FEMMES SUR L'HERITAGE EN TUNISIE
Publié dans L'Expression le 18 - 08 - 2018


Quelle sera sa position?
Le président d'Ennahdha a déclaré que son parti réagira à l'initiative du chef de l'Etat tunisien, une fois officiellement soumise au Parlement.
«Le mouvement politique tunisien Ennahdha réagira à l'initiative présidentielle sur l'égalité successorale, une fois officiellement soumise au Parlement», a indiqué le président du mouvement islamiste, Rached Ghannouchi. Dans le discours qu'il avait prononcé lundi dernier à l'occasion de la fête de la femme, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a proposé la consécration de l'égalité successorale, à travers l'institution d'une loi garantissant l'égalité dans l'héritage entre hommes et femmes et de réviser le Code du statut personnel (Csp) pour qu'il soit adapté à l'évolution de la société et à la législation en vigueur, conformément aux dispositions de la Constitution de la deuxième République. Selon Caïd Essebsi, le principe serait d'appliquer l'égalité dans l'héritage, sans pour autant écarter l'option de l'application de la chariaâ.
Le projet de loi sur l'égalité dans l'héritage sera soumis au Parlement, au démarrage de la prochaine session parlementaire. Dans un post publié jeudi sur la page officielle Facebook du Mouvement Ennahdha, à l'occasion du 5e anniversaire de la rencontre qui l'avait réuni dans la capitale française, Paris, avec le président de la République, Béji Caïd Essebsi qui était alors leader du Front du salut, Ghannouchi a jugé indispensable d'engager un dialogue pour aboutir à une solution consensuelle, à l'abri de toute forme de polémique et de division. «La voie du consensus était un choix stratégique pour le Mouvement Ennahdha, particulièrement en ce qui concerne la Constitution», a-t-il lancé. «Ennahdha avait voulu que la Constitution soit un instrument d'union et non de division ou de dissension», a-t-il ajouté dans son post intitulé «Rencontre de Paris: Leçons, défis et perspectives». A ce propos, Rached Ghannouchi a estimé judicieux d'adopter cette même stratégie de dialogue et de réflexion dans le traitement des questions d'actualité et de placer la communauté nationale à l'abri de tout ce qui risque de semer la division, de provoquer les frictions ou d'inciter à la haine. Tout en réaffirmant l'attachement absolu à la voie du consensus, appuyée par le président, le président du Mouvement Ennahdha a tenu à souligner que le consensus demeure le meilleur cadre de dialogue autour de toutes les questions pour aboutir à des solutions, à des alternatives et à des compromis, loin de la logique de la domination et de tyrannie d'opinion.
«La bonne gouvernance du consensus, instaurée au cours de ces dernières années demeure la clé du salut et un réservoir d'espoir et d'optimisme», a-t-il ajouté. Rappelons que face à la détermination du président tunisien de faire aboutir son projet de loi,des appels au rejet ont été lancés, notamment parmi les militants des mouvements dits islamistes.
L'annonce faite lundi dernier par le chef de l'Etat tunisien, Béji Caïd Essebsi, sur le dépôt d'un projet de loi accordant aux Tunisiennes les mêmes droits à l'héritage qu'aux hommes, avait provoqué de vives tensions dans le pays entre partisans et opposants à cette réforme recommandée par la Commission présidentielle des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe). Depuis le discours télévisé du président tunisien, lundi matin, au cours duquel il avait annoncé le dépôt d'un projet de loi faisant de «l'égalité entre hommes et femmes le principe par défaut, lors de la répartition de l'héritage», plusieurs appels à la tenue de sit-in et de manifestations ont été lancés, aussi bien par ceux qui soutiennent que par ceux qui dénoncent cette révision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.