L'INTERSYNDICALE BOYCOTTE LA RENCONTRE AVEC LA MINISTRE : La menace plane sur les écoles d'Oran    Abderrazak Dourari, professeur de linguistique au Temps d'Algérie : « Pourquoi j'ai quitté l'Académie Tamazight »    Projet d'une «Route de l'olivier» pour développer le tourisme rural    La déclaration de la main-d'œuvre étrangère, un autre souci pour la Cnas    Dieu peut-il offrir une Ferrari ?    Tirs de gaz lacrymogènes sur des manifestants près du Parlement    Le WA Tlemcen retrouve le podium, l'ASO Chlef trébuche à Kouba    Nette victoire du CS Constantine devant le TP Mazembe (3-0)    L'ES Sétif s'enfonce dans la crise    La démarche prudente de Ali Benflis    Terrible accident entre deux autobus à Sidi Amar    Vers le remboursement des sondes urinaires    Baisse sensible des candidats aux cours d'alphabétisation    Convocation du corps électoral : fin de récréation ?    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Ich Liebe Dich Frau Angela !    Accidents de la route : Moins de décès en 2018    Le Mossad se déploie au Sahel via le Tchad    Migration: Mettre en place une nouvelle gouvernance    En 2017 en Algérie: Le salaire net moyen à plus de 40.300 dinars    Ouled Rahmoune: 26 milliards pour l'aménagement urbain    Relizane: Projets AADL attendent réalisation    Coupe d'Algérie «Réserves» : 1/8e de finale: PAC - WAT et NAHD - ASO, principaux duels    La présidentielle lancée    Tiaret: Un ancien bâtonnier tire sa révérence    « L'Année miraculeuse » présenté à l'hôtel «Liberté»: Débats divergents autour du dernier roman de Mohamed Magani    El-Bayadh: 25 milliards pour la restauration du ksar de Boussemghoun    Des organisations appellent à la mobilisation citoyenne    Une production de plus de 1 000 tonnes en 2018    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    Dix chargeurs et une quantité de munitions saisis à Jijel    APN : La convocation du corps électoral a barré la route aux aventuristes    Le FLN salue la décision du Président Bouteflika    Accord Maroc-UE : Un processus entaché d"'irrégularités et d'illégalité"    RDC : La Cour constitutionnelle proclame Félix Tshisekedi président de la République    Russie : Le procureur Mueller qualifie d'"inexactes" des allégations explosives contre Trump    Iñigo Errejon s'affranchit de Podemos    La police se dote du systéme afis    Chine : La croissance devrait avoir freiné à 6,4% au 4e trimestre    Retour sur le CES 2019 : À Las Vegas, du concret pour ménager la planète    Le chef de la diplomatie allemande : "Personne ne peut arrêter" le Nord Stream 2    La Haute instance indépendante de surveillance des élections installée    La JS Saoura n'avait pas bien compris le jeu adverse    Le MCO a sorti la tête de l'eau, mais le plus dur reste à faire    Darfalou se blesse au genou    L'Algérie favorable...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghannouchi temporise
EGALITE HOMMES-FEMMES SUR L'HERITAGE EN TUNISIE
Publié dans L'Expression le 18 - 08 - 2018


Quelle sera sa position?
Le président d'Ennahdha a déclaré que son parti réagira à l'initiative du chef de l'Etat tunisien, une fois officiellement soumise au Parlement.
«Le mouvement politique tunisien Ennahdha réagira à l'initiative présidentielle sur l'égalité successorale, une fois officiellement soumise au Parlement», a indiqué le président du mouvement islamiste, Rached Ghannouchi. Dans le discours qu'il avait prononcé lundi dernier à l'occasion de la fête de la femme, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a proposé la consécration de l'égalité successorale, à travers l'institution d'une loi garantissant l'égalité dans l'héritage entre hommes et femmes et de réviser le Code du statut personnel (Csp) pour qu'il soit adapté à l'évolution de la société et à la législation en vigueur, conformément aux dispositions de la Constitution de la deuxième République. Selon Caïd Essebsi, le principe serait d'appliquer l'égalité dans l'héritage, sans pour autant écarter l'option de l'application de la chariaâ.
Le projet de loi sur l'égalité dans l'héritage sera soumis au Parlement, au démarrage de la prochaine session parlementaire. Dans un post publié jeudi sur la page officielle Facebook du Mouvement Ennahdha, à l'occasion du 5e anniversaire de la rencontre qui l'avait réuni dans la capitale française, Paris, avec le président de la République, Béji Caïd Essebsi qui était alors leader du Front du salut, Ghannouchi a jugé indispensable d'engager un dialogue pour aboutir à une solution consensuelle, à l'abri de toute forme de polémique et de division. «La voie du consensus était un choix stratégique pour le Mouvement Ennahdha, particulièrement en ce qui concerne la Constitution», a-t-il lancé. «Ennahdha avait voulu que la Constitution soit un instrument d'union et non de division ou de dissension», a-t-il ajouté dans son post intitulé «Rencontre de Paris: Leçons, défis et perspectives». A ce propos, Rached Ghannouchi a estimé judicieux d'adopter cette même stratégie de dialogue et de réflexion dans le traitement des questions d'actualité et de placer la communauté nationale à l'abri de tout ce qui risque de semer la division, de provoquer les frictions ou d'inciter à la haine. Tout en réaffirmant l'attachement absolu à la voie du consensus, appuyée par le président, le président du Mouvement Ennahdha a tenu à souligner que le consensus demeure le meilleur cadre de dialogue autour de toutes les questions pour aboutir à des solutions, à des alternatives et à des compromis, loin de la logique de la domination et de tyrannie d'opinion.
«La bonne gouvernance du consensus, instaurée au cours de ces dernières années demeure la clé du salut et un réservoir d'espoir et d'optimisme», a-t-il ajouté. Rappelons que face à la détermination du président tunisien de faire aboutir son projet de loi,des appels au rejet ont été lancés, notamment parmi les militants des mouvements dits islamistes.
L'annonce faite lundi dernier par le chef de l'Etat tunisien, Béji Caïd Essebsi, sur le dépôt d'un projet de loi accordant aux Tunisiennes les mêmes droits à l'héritage qu'aux hommes, avait provoqué de vives tensions dans le pays entre partisans et opposants à cette réforme recommandée par la Commission présidentielle des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe). Depuis le discours télévisé du président tunisien, lundi matin, au cours duquel il avait annoncé le dépôt d'un projet de loi faisant de «l'égalité entre hommes et femmes le principe par défaut, lors de la répartition de l'héritage», plusieurs appels à la tenue de sit-in et de manifestations ont été lancés, aussi bien par ceux qui soutiennent que par ceux qui dénoncent cette révision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.