Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2018: le chaos devient structurel
BILAN DE LA TERREUR
Publié dans L'Expression le 30 - 12 - 2018


Emmanuel Macron
A présent mon coeur A présent mon coeur est devenu capable de toute forme: Il est prairie pour les gazelles, cloître pour les moines chrétiens, Temples pour les idoles, et Kaâba pour les pèlerins. Il est les tables de la Torah, et le livre saint du Coran. Je professe la religion de l'amour, et partout où se dirigent ses caravanes. l'amour est ma religion et ma foi. Poème d'Ibn Arabi.
Il est connu qu' à l'approche de la fin de chaque année grégorienne, le monde occidental est pris d'une fièvre acheteuse qu'il transmet par médias interposés puissants. Dans les pays du Sud encore mentalement colonisés, on pense à des repères religieux qui appartiennent à l'Occident, il en est ainsi de l'invention du Père Noël réinvesti par le marché et de l'An Nouveau grégorien depuis que le pape Grégoire a confié à un obscur moine Denis le Petit le soin de réétalonner le temps à partir de la naissance présumée du Christ. Les calculs montrent qu'il y aurait un décalage de 5 à 6 ans avec cette date et qu'en fait nous serions en 2024.
Je me souviens avoir écrit un article vers la fin du mois de décembre 1999 dans le quotidien Liberté et ceci pour dédramatiser ce passage à l'an 2000 où tous les scénarios étaient copieusement étalés par une presse à sensation (bouleversement, du monde, analogie avec la terreur de l'an 1000); je l'avais intitulé: «L'an 2000, un non-événement.» J'écrivais que le temps n'avait que faire de la segmentation que lui fait subir l'homme, imperturbable, il passe et j'avais cité à titre d'exemple l'Egypte qui ne fêtait pas le passage à l'an 2000 mais, comme l'avancent les Egyptiens, le passage à l'an 5000, englobant les dynasties pharaoniennes... j'avais expliqué que le découpage du temps était arbitraire et que nous devions fêter l'an nouveau à partir de nos propres repères. C'est pour les Chinois l'année du cochon qui commence en février; Pour les Iraniens c'est Norouz, (20 mars) pour les juifs le premier jour 5777 c'est Rosh Ashanna (Ras Essena?) correspondant à la période 9-11 septembre 2018. Pour les musulmans le calendrier démarre avec l'Hégire Aouel Moharrem qui a correspondu au 11 septembre 2018. Et enfin, la fête des lumières 22 Novembre 2018 en Inde.
Le bilan de la Terreur en 2018
Que peut-on dire de l'année 2018? Qu'elle fut à bien des égards une année horrible!(Horribilis annus). L'expression reprise par Elisabeth II, qui qualifia ainsi l'année 1992 d'Horrible pour l'Angleterre reprenant ainsi l'annus mirabilis, année miraculeuse de 1666 illustrée par un poème de John Dryden. Elle fut en effet, à plus d'un titre horrible pour les peuples d'en bas qu'ils soient d'ailleurs dans les pays du Sud où ils sont les plus nombreux, mais aussi dans les pays occidentaux où les sans dents se révoltent avec des Gilets jaunes contre l'ordre établi. En France, la protestation des Gilets jaunes, n'est pas seulement d'ordre social, mais aussi du rejet du mépris par les présidents gardiens de l'ordre injuste. Les propos d'Emmanuel Macron sur les «gens qui ne sont rien», «les gaulois réfractaires» «les fainéants et les cyniques» ont blessé les Français et cristallisé le ressentiment sur sa personne. Les présidents avant Macron avaient eu eux aussi des sorties «malheureuses» telles celle de Nicolas Sarkozy qui voulait «karchériser» la banlieue ou gîtent ces Français entièrement à part, ou encore François Hollande qui, en privé, nommait les pauvres les «sans dents». L'arrogance et le mépris de classe sont très mal supportés par les besogneux. Ces hommes et ces femmes dont le quotidien est fait de souffrance sont le vrai corps social et sont pourtant le sel de la terre. Ainsi va le Monde!
L'année 2018 année du terrorisme contre les musulmans
140 actions terroristes qui ont pratiquement touché que des pays musulmans et quelques pays européens en dehors des Etats-Unis dont 108 dans des pays musulmans et plus de 38 en Afghanistan qui ont fait 770 mors soit 40% du total de 1900. En Algérie cette comptabilité a retenu neuf morts dans deux attentats. Ghaza à elle seule a eu 52 morts en un mois pour la marche du retour. Tous les pays européens et les Etats-Unis totalisent 33 morts sur leur territoire.
Des pays et des peuples continuent à souffrir. Il en est ainsi du conflit centenaire qui oppose les Palestiniens aux Israéliens et que le monde occidental, notamment avec le président Trump, non seulement ne veut pas résoudre, mais est en train de détricoter les dernières repères des Palestiniens en transférant l'ambassade américaine à Jérusalem. Sous l'oeil impuissant de la communauté des 196 Etats qui composent les Nations unies.
Mieux, les pays arabes du Golfe, tétanisés, font aussi de bonnes dispositions envers l'Empire, à l'exemple de l'Arabie saoudite qui développe une coopération avec Israël ce qui lui a permis entre autres d'étouffer le meurtre abject, sauvage, primaire, du Saoudien Jamal Khashoggi. Mieux, cette immunité lui permet avec les armes de l'Empire, de la France, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne de décimer le peuple yéménite de trois façons différentes: les bombes, des bombardements, la famine et le choléra. On dit que près de deux tiers des Yéménites sont touchés par les fléaux.
Quant au conflit syrien, il semble que l'on s'achemine vers la paix maintenant que les troupes américaines vont être retirées; il reste le problème du Sahara occidental qui est toujours pendant depuis 43 ans et qui attend toujours d'être résolu. Enfin, il faut le souligner, ce qui se passe en Birmanie est scandaleux avec la complicité de la dame de Rangoon à qui les Occidentaux ont attribué le hochet du prix Nobel de la paix et qui s'avère être complice assidue des militaires tortionnaires avec lesquels elle partage le pouvoir avec mission de défendre le nettoyage ethnique.
La défaite de l'humanité concernant le climat
L'une des grandes tristesses de 2018 fut la bataille perdue contre le climat. La COP 24 a été un échec flagrant. Mais en fait, tout vient du canular de la COP 21, on a fait croire au monde avec des médias aux ordres conciliants et cocardiers que la France avait résolu le problème du climat. Laurent Fabius, l'homme au marteau vert, qui a présidé cette grande zerda, a tout fait pour arracher un accord non contraignant. La meilleure preuve est que le président Trump conséquent avec lui-même a décidé de se retirer de l'accord mascarade malgré le baroud d'honneur du président Macron:
«Make our planet great again.» Les études ayant montré que la pollution a augmenté de 2,5% depuis décembre 2015 en trois ans c'est près de 2 milliards de tonnes de CO2 qui ont été jetées dans l'atmosphère avec un total de 38 milliards de tonnes. Le CO2, le dioxyde de carbone, a atteint un nouveau record à 405,5 ppm (parties par million de molécules d'air) en 2017, contre 403,3 un an plus tôt et 400,1 en 2015. Sa concentration dans l'atmosphère a progressé de 146% depuis le début de l'ère industrielle. «La dernière fois que la Terre avait connu une teneur comparable de CO2, c'était il y a 3 à 5 millions d'années. La température était 2°C à 3°C plus élevée et le niveau des mers était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport aux niveaux actuels», a précisé Petteri Taalas, le secrétaire général de l'agence des Nations unies pour la météorologie.
La science avance sans état d'âme
En dehors des rapports alarmants sur le climat avec notamment des chiffres concernant la disparition des espèces. En 2018 la science a fait parler d'elle, Le 6 février, SpaceX a frappé un grand coup lors du vol inaugural de sa Falcon Heavy, la fusée actuellement la plus puissante, la fusée envoya vers l'orbite de Mars son cabriolet Tesla rouge, En novembre, des scientifiques chinois ont annoncé qu'ils ont manipulé le génome d'embryons pour les prémunir contre des maladies. La naissance des jumeaux fut normale, mais elle a donné lieu à des critiques de scientifiques occidentaux qui mettent en avant l'éthique, la nécessité d'un moratoire pour l'utilisation de la méthode CRISP CaS9 dénommée le couteau suisse de la génétique qui problématise sérieusement la condition humaine en ouvrant la boîte de Pandore qui ne pourra plus être refermée. De fait, nous ne savons pas où nous mène la science et il me semble que les protestations des scientifiques occidentaux s'expliquent plus par leur retard par rapport aux Chinois que par des considérations éthiques.
El les religions dans tout ça?
De plus en plus elles perdent du terrain et paradoxalement elles sont instrumentalisées dans les pays européens avec de nouveaux chevaux de bataille: les migrants, la peur du grand remplacement avec comme leitmotiv la perte de l'identité et de la religion chrétiennes, fond rocheux de tous ces pays malgré des laïcités de façade et de droits de l'homme. Il est à prévoir un durcissement de plus en plus affirmé des politiques des pays européens et aucun pays n'est épargné. Les nationalismes joints à l'austérité, la récession, la diminution du niveau de vie font que les variables d'ajustement seront toujours les mêmes. Les migrants, qui se trouvent être pour la plupart des musulmans, des noirs, des Arabes. Bref, l'année 2019 verra une prise de pouvoir par l'extrême droite dans pratiquement tous les pays européens. Pourtant, les Européens d'en bas, ne savent pas que leurs adversaires ne sont pas les épaves des pays du Sud venus mourir au pied de la forteresse Europe ou sous les murs longeant le Rio Grande, leur ennemi, pour paraphraser François Hollande, c'est la haute finance.
De la lutte des classes à la lutte des races, pour le plus grand bonheur des banquiers
Dans une belle contribution signée Amar, la façon dont l'oligarchie mondialiste crée des guerres civiles pour échapper aux colères populaires et s'enrichit ensuite en prêtant pour la reconstruction, il écrit: «Il y a des choses que nous ne comprenons pas toujours et que ne voyons pas venir car celles- ci, malheureusement, s'inscrivent dans le temps long comme l'érosion s'écrit sur la roche.. (...) Combien d'entre nous ont fait le rapprochement tactique-émotionnel entre le torpillage du Lusitania en 1915, l'attaque de Pearl Harbour en 1941 et les démolitions des tours du World Trade Center en 2001? Très peu. On étudie très peu les causes à l'origine des massacres et Dieu sait qu'il y en a eu. Si les plus intelligents d'entre nous avaient un jour compris que ce qui avait amené Hitler au pouvoir n'était pas la haine des juifs, mais la combinaison des intérêts de l'oligarchie américaine et l'humiliation radicale du peuple allemand, son oppression économique et la ruine du mark et du pays en raison déjà de l'usure pratiquée par ces Khazars à l'instar de Meyer Amschel Rothschild, nous n'aurions jamais cautionné le Quantitative Easing de Mario Draghi. (...) Les médias et les journaux appartiennent tous à des milliardaires, mais on croit dur comme fer dans tout ce qu'ils délivrent. On croit dans cette nouvelle religion, la télé, qui nous rabâche en boucle mensonge sur mensonge, de chaîne en chaîne jusqu'à en faire des vérités». (1)
Axant principalement son plaidoyer sur le sort peu enviable de la France, il ajoute: «Alors pourquoi Macron détruit-il la sécu, l'emploi, le pays et continue-t-il de brader nos actifs les plus rentables comme par exemple la Française des jeux et que personne ne s'y oppose? François Mitterrand, peu de temps avant de mourir, a confié ces paroles: «La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l'Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C'est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment, mais une guerre à mort.» John Adams, le premier vice-président et second président des Etats-Unis disait: «Il n'existe que deux seules façons d'asservir les nations, l'une par l'épée, l'autre par la dette.» Il avait raison. La conclusion de cette étude est éloquente: «Nous devons reprendre le contrôle de l'Etat car, et il ne faut pas l'oublier, l'Etat c'est Nous! Les «élus» devront travailler pour le bien commun et si nous aussi nous devons tous travailler pour notre bien commun, nous n'avons pas à travailler pour des élus. N'ayons pas peur de l'avenir et battons-nous pour nos enfants, pour que eux aussi, à leur tour, ils vivent heureux et héritent d'un avenir correct.» (1)
Conclusion
Si l'humanité continue sur sa lancée, la Terre de 2030 ne ressemblera plus à grand-chose. Beaucoup d'espèces auront disparu. Que sera le monde du futur. La montée en puissance de l'individualisme et du libéralisme sauvage est évidente. Que va devenir la solidarité au milieu de cette jungle qu'on nous construit? Peut-on expliquer pourquoi, en cinquante ans, la population mondiale n'a que doublé, la famine étant multipliée par dix? Comment se préparer alors, ou préparer nos enfants au futur, Il faut avant tout, explique le professeur Albert Jacquart, leur enseigner la lucidité. L'hypothèse d'un suicide collectif se manifeste sous deux formes majeures. La forme brutale d'une guerre et une deuxième forme plus insidieuse qui consiste en une lente et irrémédiable destruction du climat de la planète. Paul Valéry parlant des limitations physiques de notre système énonçait: «Le monde du temps fini commence.»...La sagesse est d'admettre que nous sommes définitivement assignés à résidence sur Terre. Il nous faut un projet pour demain sur place. Les hommes devraient retrouver le goût de se rencontrer, il faut enseigner l'art de la rencontre et l'apprendre toute la vie. J'essaie de décrire une société où les humains sont constamment occupés à s'interroger et à interroger l'autre.»(2)
1. 1.http://lesakerfrancophone.fr/de-la-lutte-des-classes-a-la-lutte-des-races
2.Albert Jacquart: L'utopie ou la mort. Propos recueillis par Julie Chupin. Le Monde de l'Education p. 49. N° 338, Juillet août 2005.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.