Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les phrases assassines
DISCOURS RACISTES ET ATTAQUES CONTRE DES SYMBOLES HISTORIQUES
Publié dans L'Expression le 07 - 01 - 2019

Cette tendance haineuse à l'égard de nos particularismes et diversités historiques et culturelles a un seul nom, l'intégrisme islamiste et ses relents obscurantistes hostiles à toute pluralité, voire à l'identité propre d'une société et d'un pays.
La haine se fait exprimer ces derniers temps sous des formes les plus primitives qui puissent exister. Cette perverse attitude touche la scène politique comme elle cible aussi la vie sociétale en général.Ce nouveau «mode opératoire» exploite des espaces et profite des brèches qui se présentent sournoisement pour inonder la vie publique de ses fiels et de ses «excréments» les plus nauséabonds. C'est ce qui vient de se produire avant-hier avec l'intronisation de la fille de notre Grand Sud, Adrar, la nommée Khadidja Benhamou comme Miss Algérie de l'année 2018. Cette annonce n'a pas tardé pour que les langues commencent à se délier dans le sens le plus abject à l'encontre de la lauréate de ce titre honorifique de beauté et ces critères multiples en la matière. Les réseaux sociaux, les sites et autres supports médiatiques foisonnaient de propos racistes, xénophobes à l'égard de cette charmante femme qui porte les couleurs de notre magnifique Grand Sud et ses charmes les plus envoûtants et enivrants. Pour cause, sa peau qui ne fait pas l'«unanimité» de semblants puristes et créatures sorties de la cuisse de Jupiter. Cette facette qui écorne les valeurs universelles de l'humanité comme quintessence de la différence et une mosaïque qui constitue une source de richesse du genre humain, trouve son origine dans les déformations culturelles, politiques et sociales auxquelles fait face la société algérienne en proie à des approches censitaires, misogynes et monolithiques. Le climat délétère dont fait preuve la scène politique nationale et sociétale dans son ensemble, a permis l'émergence de ces relents de haine et de rejet de l'Autre, qui n'est que la face qui constitue le socle de notre «moi» collectif à nous tous. L'affaire de la Miss Algérie n'est que l'arbre qui cache la forêt de la misère culturelle et politique qui frappe de plein fouet les ressorts et les structures de la société livrée à une espèce d'hybridité qui s'annonce chaotique pour un pays qui est pluriel et multiple de par son histoire, sa géographie et sa nature.
C'est le cas de la néophyte et bigote de pacotille, à savoir l'innommable Naïma Salhi, une semblante de députée dépourvue de toute notion qui a trait à la pensée basique et à la culture rudimentaire. Quand cette inculte et islamiste version saugrenue et opportuniste de la manière des plus primaires s'attaque à l'histoire ancestrale de la Numidie et de son roi que l'on nommé «Aguelid» en le qualifiant de «chien des Romains», cela mérite une halte pour resituer l'histoire et redresser cette molosse en mal de dressage. Ce racisme primaire est porteur de tous les dangers ciblant la cohésion sociale et l'unité du pays. Cette esbroufe qui n'a pas appris des annales de l'histoire sur les guerres puniques et de l'histoire tout court, veut arrêter le temps de l'histoire et sa marche pour imbiber le processus historique de notre pays dans un carcan ubuesque d'une arabité omniprésente et omnipotente voire inaugurale. C'est dire que cette somme de vétilles et de miasmes est un danger pour la santé publique, elle frise la démence et la schizophrénie. Cette tendance haineuse à l'égard de nos particularismes et diversités historiques et culturelles a un seul nom, l'intégrisme islamiste et ses relents obscurantistes hostiles à toute pluralité et diversité, voire à l'identité propre d'une société. Depuis que l'amazighité de l'Algérie a été replacée dans son giron constitutionnel naturel, les voix discordantes de la «fitna» n'ont pas cessé de déverser leur venin et leur fiel sur tout ce qui fait référence à cette variante longtemps occultée et marginalisée par des politicards. Le racisme et l'intolérance se sont substitués à la norme du vivre ensemble en synergie et en coexistence harmonieuse en tant que nation homogène et soudée dans le cadre de l'unité nationale qui reste, au demeurant, la seule démarche et approche qui cimente l'identité du pays et sa personnalité. L'Etat doit assumer sa tâche en sa qualité de force légitime de facto dans le but de combattre ces déviations gravissimes qui visent la dislocation de l'entité nationale, la cohésion sociale et son harmonie. Pour stopper les démons du racisme qui se déchaîne avec ostentation, l'Etat se doit de sévir en recourant à la Loi fondamentale qui est claire et nette sur l'instrumentalisation du discours de la haine, de la ségrégation et du racisme sur fond d'une pensée rétrograde et réactionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.