Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    La réunion périodique présidée par Tebboune    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    L'infrangible lien...    Après le choc, la colère !    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pire crise du quinquennat
9ÈME SAMEDI DE MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES
Publié dans L'Expression le 13 - 01 - 2019


Une mobilisation qui ne faiblit pas
Les autorités s'attendaient à une mobilisation «plus forte» et «plus radicale» hier et ont prévu un fort dispositif sécuritaire, en déployant 80.000 policiers et gendarmes à travers la France, et près de 5000 à Paris.
A trois jours du grand débat lancé par Emmanuel Macron pour tenter d'apaiser la colère des «gilets jaunes», plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi en France, près de deux mois après le début de la contestation, régulièrement émaillée de violences. Partis du ministère de l'économie et des finances, situé dans l'est parisien, plusieurs milliers de «gilets jaunes» se sont rassemblés à la mi-journée sur la place de la Bastille où des drapeaux français flottaient au dessus de la foule. Les manifestants criaient «Macron démission», sifflant ou tapant sur des barrières de chantier. Les autorités ont dit ces derniers jours craindre des violences et ont tenté de dissuader les participants à ce neuvième samedi de manifestations, symptômes de la plus grave crise traversée par le gouvernement d'Emmanuel Macron depuis son accession au pouvoir en 2017. Sous le mot d'ordre «On va faire les soldes à Paris!», le rassemblement, relayé notamment par Eric Drouet, l'une des figures du mouvement, doit rejoindre la place de l'Etoile, en haut des Champs-Elysées vers 17h00. Les premiers gilets jaunes sont arrivés en début de matinée au coeur d'un périmètre ultra-sécurisé dans ce quartier chic de l'ouest parisien où de spectaculaires violences s'étaient déroulées au pied de l'Arc de Triomphe le 1er décembre.
Un important dispositif policier était déjà déployé avec la présence notamment de quatre véhicules blindés à roues de la gendarmerie. Les «gilets jaunes» ont prévu lors de leur parcours, de s'arrêter sur les grands boulevards, dans le centre de Paris, à proximité du lieu où est survenue hier matin une forte explosion dans un immeuble due au gaz, qui a fait deux morts, selon un dernier bilan. Ailleurs en France, les manifestants commençaient à se rassembler dans les centres des principales villes, notamment à Bourges, une ville de 66.000 habitants située dans le centre, où des nombreux «gilets jaunes» s'étaient donnés rendez-vous. A la mi-journée, ils étaient environ 1200 à manifester dans le calme dans le centre historique de Bourges, alors que la préfète de la région y avait interdit tout rassemblement. Alors que le mouvement avait connu un essoufflement en fin d'année, la mobilisation d'hier parait retrouver le niveau d'avant Noël, selon le patron de la police nationale. Le 15 décembre, 66.000 personnes avaient été décomptées en France, selon des chiffres officiels contestés par les «gilets jaunes». Les autorités s'attendaient à une mobilisation «plus forte» et «plus radicale» samedi et ont prévu un fort dispositif sécuritaire, en déployant 80.000 policiers et gendarmes à travers la France, et près de 5000 à Paris.
Dans la matinée, 30 personnes ont été interpellées à Paris, notamment pour port d'arme prohibée. «Ceux qui appellent aux manifestations demain savent qu'il y aura de la violence et donc ils ont leur part de responsabilité», avait déclaré vendredi le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Cette journée a valeur de test pour Emmanuel Macron et son gouvernement. Le mouvement, dont l'impact économique sur l'économie française est sévère d'après les autorités, reste populaire dans l'opinion publique malgré les violences croissantes, qui ont émaillé régulièrement les mobilisations. Depuis le 17 novembre, des Français issus des classes populaires et moyennes dénoncent la politique fiscale et sociale du gouvernement, qu'ils jugent injuste, et réclament plus de pouvoir d'achat. Ces «gilets jaunes» sont restés insensibles aux concessions annoncées par M. Macron pour tenter d'apaiser la crise.»
Vendredi, le chef de l'état s'est attiré des critiques en déclarant que «les troubles que notre société traverse sont parfois dus au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir» quelque chose «sans que cet effort soit apporté». L'exécutif doit lancer mardi un grand débat national pour rapprocher la population des décideurs politiques. L'exécutif a fait de cette consultation sa priorité des premiers mois de l'année, y voyant une porte de sortie de la crise sociale, mais aussi la possibilité de reprendre la main politiquement. L'enjeu est de taille, au moment où la défiance vis-à-vis des institutions politiques et des acteurs de la vie démocratique en France, au premier chef Emmanuel Macron, est au plus haut, selon une enquête d'un institut français de recherches politiques, le Cevipof.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.