Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'année du renouveau avec le FC Metz
FARID BOULAYA
Publié dans L'Expression le 17 - 01 - 2019

Arrivé en Moselle lorsque le FC Metz touchait le fond en Ligue 1 la saison dernière, le milieu de terrain algérien a su se montrer patient avant de prendre sa chance au sein de la formation grenat.
Pari payant: il en est aujourd'hui un élément essentiel. L'ancien clermontois revient sur sa première moitié de championnat réussie, quelques jours avant d'affronter son ancienne écurie à domicile. Le passage de Farid Boulaya sous le maillot messin s'est soudainement assombri un soir de février 2018 à Saint-Symphorien, alors que son club disputait une place pour les quarts de finale de Coupe de France face au Stade Malherbe de Caen.
Devant le portier normand Brice Samba, le tout récent milieu du FC Metz s'attirait les foudres du public lorrain en se sabordant d'une panenka mal négociée. Point d'orgue d'une terne demi-saison pour le natif de Vitrolles, débarqué en Lorraine après deux saisons blanches minées par des blessures à gogo. Oubliés déjà les pépins physiques qui l'ont privé de temps de jeu ces dernières années, notamment lors de son passage spectral à Gérone en Espagne il y a deux ans. «Cette saison, j'ai pu faire une préparation complète avec le groupe. Ça a bien démarré», se satisfait un international fennec, titulaire à 16 reprises en Ligue 2 cette saison. Une régularité rare chez le joueur passé pro sous le maillot istréen en 2012, seulement auteur d'une saison complète à Clermont lors de l'exercice 2015-2016
(32 matchs). «J'ai toujours eu ce truc là, d'être irrégulier», relève Boulaya, qui promet de «travailler pour que ça paie en deuxième partie de saison». Pour le joueur de 25 ans, 2019 a en tout cas commencé sous les mêmes auspices que la fin d'année 2018. Buteur à Valenciennes pour la dernière des Grenats (2-0) avant la trêve hivernale, il a remis le couvert lors de la première sortie des Grenats en championnat depuis le passage au Nouvel An. À Orléans, il a offert la victoire à ses partenaires sur la plus petite des marges, allant inscrire son cinquième but depuis l'ouverture de l'exercice. À
19 journées du terme, le Vitrollais n'est plus qu'à deux petites unités de son meilleur total (7) enregistré à Istres. «Je suis plutôt dans un bon ratio sur cette première partie de saison. J'espère en mettre le double», table le deuxième meilleur scoreur messin, ex-æquo avec Ibrahima Niane. Une entame de championnat remarquée pour ce revanchard, qui admet vivre «l'année du renouveau». Très vite devenu un élément important depuis l'intronisation de Frédéric Antonetti au poste d'entraîneur de l'équipe première, le Fennec souligne une entente harmonieuse avec l'ancien coach du LOSC. «Il nous parle, nous fait beaucoup travailler. Il y est pour beaucoup dans ce qu'on a réussi à faire depuis le début de saison.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.