Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un résistant à part entière
MUSTAPHA EL AKED
Publié dans L'Expression le 22 - 11 - 2005

Il a su faire rayonner le message de l'islam et la résistance libyenne par l'image à travers le monde.
La semaine dernière, le monde artistique, arabe et musulman en particulier, et le monde entier en général, ont perdu en la personne de Mustapha El Aked, cinéaste américano-syrien, une figure de proue qui a marqué pour toujours le cinéma arabe, par ses deux grandes réalisations faites dans les années 1970, Errissala et Omar El Mokhtar, il a su faire rayonner le message de l'islam et la résistance libyenne par l'image à travers le monde, dans les coins les plus reculés. Elles demeurent aujourd'hui des références et des chefs-d'oeuvre difficilement égalables. Connaisseurs et amateurs lui sont reconnaissants et lui rendent unanimement hommage pour ce qu'il a réalisé. Elles retracent la grandeur de la civilisation islamique d'un côté et l'aspiration à la liberté et l'attachement d'un peuple frère à sa terre spoliée par la force, de l'autre. En signe de reconnaissance et de compassion, la Télévision algérienne a rediffusé Omar El Mokhtar, permettant aux téléspectateurs de redécouvrir avec la même ardeur l'art et le contenu.
Les Algériens, les intellectuels en particulier, ont été sensibles aux travaux de ce grand génie moderne du cinéma en lui vouant respect et considération. Aussi, ils ont profondément compati à sa mort brutale et dramatique en se comptant parmi les victimes d'un acte terroriste sauvage et inhumain.
C'est le destin d'un homme extraordinaire qui, pour nous Algériens, a laissé un souhait et un voeu, celui de s'intéresser à la longue histoire de la résistance algérienne depuis l'invasion et l'occupation jusqu'à la libération, en vue de retracer les grandes épopées et contribuer à immortaliser ce patrimoine national aux dimensions universelles. Toutefois, il a emporté à tout jamais avec lui le secret jaloux et le désir ardent de voir un jour son souhait se matérialiser. Si donc cela se réalise et cela devra venir Inch'Allah, voeu de tout Algérien, ce ne sera pas donc avec El Aked, mais bien un autre que nous espérons à la hauteur de la mission historique.
Beaucoup a été dit sur l'attachement d'El Aked à ce projet. Pour des raisons qui restent à élucider et des considérations objectives ou subjectives, le célèbre cinéaste avait donné ses priorités à la réalisation de Omar El Mokhtar en lieu et place d'El Emir Abdelkader à la place et à la grandeur reconnue par tous. Peut-être que le pouvoir politique à l'époque n'avait pas accordé l'attention nécessaire jugeant encore le moment inopportun et pas encore mûr. Peut-être n'avait-il pas établi des contacts solides avec le réalisateur. Peut-être aussi était-ce une question de financement et de scénario solide. Certaines mauvaises langues disent même que le célèbre réalisateur avait opté finalement pour le premier qui avait été guillotiné sur la place publique à quelqu'un qui a été contraint à l'exil.
L'on sait aussi que l'émir a des ennemis irréductibles tant à l'intérieur qu'à l'extérieur et notamment en Syrie en lui reprochant, à tort du reste, d'avoir été un maçonnique et de tenter réduire son oeuvre à une simple collaboration; en échange d'un exil doré pour le reste de sa vie.
Une récente émission diffusée sur une chaîne orientale très suivies à l'orientation bien visible, a fait siennes ces thèses erronées, mais qui continuent malheureusement d'avoir cours par manque de réponses adéquates. On se rappelle également que de pareilles positions ont des échos chez nous, notamment chez certains intellectuels mal intentionnés ou en panne d'idées porteuses.
La nature a horreur du vide, dit-on. Certes, il y a maintenant une association qui milite pour la restauration de l'image de marque du premier fondateur de l'Etat algérien moderne et qui permet de mieux connaître son oeuvre et son militantisme pour la cause algérienne, arabe et musulmane, à un moment crucial de l'histoire. Des écrits sont maintenant disponibles. Des intellectuels plus motivés, plus inspirés et plus aptes sont mobilisés pour la réécriture de ce pan de l'histoire. Mais en matière de film historique, il y a encore le manque flagrant. Pire, aucune initiative, aucune proposition n'est en vue malgré le besoin et la nécessité. Où réside le mal? Dans la faiblesse de nos scénaristes. De nos historiens. De nos réalisateurs et cinéastes. Ou dans l'absence d'une volonté politique de la part notamment de ceux qui ont en main les moyens de communication. On sait maintenant que les premiers cités ne cessent de crier leur malaise pour le cinéma en général et pour la réalisation de grands films qui demandent des moyens conséquents et une volonté politique à haut niveau en particulier. Donc, la balle semble être dans le second camp qui doit se sentir responsable de ce vide. Si par le passé et notamment durant la décennie noire, il y avait une excuse pour l'arrêt de toute action dans ce sens et ailleurs, aujourd'hui la conjoncture est tout autre. Le moment est venu pour réagir et vite. Il y va de notre honneur et de notre salut. Et puis, il s'agit de s'acquitter d'une dette et de faire un devoir contre l'oubli pour sauvegarder la mémoire. La vraie, l'authentique, en répondant aux tentatives et thèses falsificatrices et tendancieuses. On sait aussi que l'Emir n'a pas que des ennemis là-bas. Il a aussi tissé des amitiés solides et reconnaissantes autrement plus importantes et fidèles. De par le monde, on retiendra que les Américains ont baptisé une ville El Kader dans l'Etat de l'Ohio à la gloire de l'Emir algérien. Bref, il faut souligner l'action historique de feu président Boumediène dont le premier geste après être monté au pouvoir, est de rapatrier les cendres de l'Emir de Damas pour qu'elles soient enterrées dans sa terre natale et parmi son peuple pour lesquels il avait tout donné et sacrifié. Ce geste est hautement symbolique puisque Boumediène avait ainsi réparé une injustice et relevé un défi devant l'histoire.
La période du président Chadli a été marquée par une grande et unique réalisation en immortalisant le combat légendaire de cheikh Bouamama. Récemment, la Télévision algérienne a pris l'initiative de retracer une autre épopée tout aussi prestigieuse en portant à l'écran le récit émouvant de la dame du Tell et de la Kabylie, Fadhma N'soumer face au colonialisme français. A part cela, les Abdel Kader, El Mokrani, le Bey de Constantine, Ibn Badis et tant d'autres peuvent attendre. Quant aux premiers leaders de la renaissance politique, des insurgés de 1945 et des chefs historiques de la Révolution, qu'est-ce qu'il y a lieu de dire. L'autre défi lancé par El Aked demeure le film religieux dont c'est le début chez nous, mais qui demeure l'apanage des Orientaux. Les réalisations sont timides mais encourageantes. Cela nécessite aussi des mesures incitatives pour de meilleures productions consistantes.
Le président Abdelaziz Bouteflika a souligné, s'adressant récemment aux étudiants, la nécessité de mieux connaître l'histoire de notre pays et notamment celle des temps modernes tant par l'écrit que par les autres moyens de communication. Si l'orientation existe, il faudra par conséquent s'exécuter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.