Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Quels scénarii pour les examens de fin d'année ?    La reprise de plusieurs activités professionnelles et commerce autorisée    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump menace les chefs militaires loyaux à Maduro
VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 20 - 02 - 2019


L'armée vénézuélienne défend la légalité
Livrant une diatribe enflammée contre «le socialisme», Donald Trump a estimé que «les jours du communisme étaient comptés au Venezuela, mais aussi au Nicaragua et à Cuba».
Le président américain Donald Trump a gravement mis en garde les chefs militaires du Venezuela, estimant qu'ils courraient à leur «perte» s'ils refusaient de se rallier à l'opposant et président autoproclamé Juan Guaido. «Les yeux de monde entier sont braqués sur vous aujourd'hui», a averti Trump, dans un discours prononcé à Miami devant la communauté vénézuélienne de Floride. Il a exhorté les officiers vénézuéliens, qui restent loyaux au président Nicolas Maduro, à laisser entrer l'aide humanitaire dans leur pays. «Vous pouvez choisir d'accepter l'offre généreuse d'amnistie du président Guaido et vivre en paix auprès des vôtres (...). Sinon vous pouvez choisir la seconde voie: continuer à soutenir Maduro. Dans ce cas vous n'aurez aucun endroit où vous réfugier, pas de sortie possible. Vous perdrez tout», a averti le président américain.
L'occupant de la Maison- Blanche, accompagné de son épouse et très applaudi par les exilés vénézuéliens, a qualifié le président socialiste Maduro, que Washington ne veut plus voir au pouvoir, de «marionnette cubaine». Livrant une diatribe enflammée contre «le socialisme», Donald Trump a estimé que «les jours du communisme étaient comptés au Venezuela, mais aussi au Nicaragua et à Cuba». Les autorités américaines savent où se trouvent «les milliards de dollars volés» par une petite poignée de membres du régime au pouvoir à Caracas, a-t-il poursuivi. Tout en disant préférer «une transition pacifique», Donald Trump a répété que «toutes les options» étaient sur la table concernant ce pays secoué par une grave crise économique qui a provoqué l'exil de plus de 2,3 millions de ses habitants, selon l'ONU. Nicolas Maduro rejette la responsabilité des pénuries sur les sanctions américaines, qui ont fait perdre 30 milliards de dollars à l'économie. Le Venezuela est entré lundi dans une semaine sous haute tension, Juan Guaido assurant que l'aide humanitaire américaine serait acheminée coûte que coûte samedi dans le pays, malgré le refus catégorique de Caracas. Maduro a, de son côté, annoncé l'arrivée mercredi de 300 tonnes d'aide humanitaire, en provenance de Russie. Il en a profité pour réitérer son opposition à l'envoi de l'aide en provenance des Etats-Unis, la qualifiant de «show politique» et de «piège attrape-nigaud». Juan Guaido a commencé à organiser des manifestations pour soutenir les volontaires qui se rendront en «caravanes» samedi aux frontières. Elles doivent convoyer l'aide humanitaire stockée aux portes du pays. L'opposant a promis que l'aide entrerait à cette date «quoi qu'il arrive». Au risque d'une épreuve de force avec l'armée loyale à Nicolas Maduro, qui pointe un prétexte pour une intervention militaire des Etats-Unis. Plusieurs dizaines de tonnes de vivres et de médicaments arrivés par avion des Etats-Unis sont stockés dans des entrepôts dans la ville colombienne de Cucuta, près du pont frontalier de Tienditas, bloqué par les autorités vénézuéliennes. Au Brésil, un des pays en pointe contre le régime vénézuélien, il n'y avait «rien de concret» lundi concernant la collecte et l'acheminement de l'aide humanitaire, a indiqué une source diplomatique brésilienne. Le coordinateur international de l'aide humanitaire de l'opposition vénézuélienne, Lester Toledo, a réaffirmé lundi que le Brésil s'était engagé, la semaine dernière, à collecter de l'aide humanitaire et à la transporter le 23 février jusqu'à la frontière. Mais des militaires préparant l'accueil d'éventuels réfugiés vénézuéliens dans l'état du Roraima, où était prévue l'installation d'un centre de stockage, ont affirmé n'avoir reçu aucune instruction en ce sens. L'arrivée de l'aide est une question sensible au Venezuela, avec une population démunie face aux pénuries de nourriture et de médicaments, et une hyperinflation record. Le pouvoir chaviste a répliqué lundi en annonçant l'organisation au même moment, du côté vénézuélien, d'un autre concert «pour dénoncer l'agression brutale à laquelle on tente de soumettre le peuple vénézuélien». Le conflit autour de la distribution de l'aide est au centre de l'échiquier diplomatique. Russie, Chine, Turquie, Iran et Cuba, soutiens de Nicolas Maduro, condamnent «l'ingérence» des états-Unis et d'autres gouvernements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.