POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Place à l'intelligence et à la connaissance
CELEBRATION DU DOUBLE ANNIVERSAIRE DU 24 FEVRIER
Publié dans L'Expression le 25 - 02 - 2019

Le défunt président Boumediene et sa fameuse phrase «KARARNA»
«...Je proclame officiellement, au nom du Conseil de la révolution et du gouvernement, que les décisions suivantes sont applicables à compter de ce jour: la participation algérienne dans toutes les sociétés pétrolières françaises est portée à 51 pour cent, de façon à en assurer le contrôle effectif; la nationalisation des gisements de gaz naturel; la nationalisation du transport terrestre, c´est-à-dire de l´ensemble des canalisations se trouvant sur le territoire national.»
Discours du Président Boumediene le 24 Février 1971
24 Février 1971, un coup d'éclair dans un ciel serein. Peu de personnes savaient que le Président Boumediene allait annoncer la nationalisation des hydrocarbures, Que resterait-il, en effet, de cette notion de souveraineté, dernier rempart contre une recolonisation qui nous revient sous le couvert de la mondialisation et brade notre maillon fort constitué par les hydrocarbures? Sous toutes les latitudes, sous tous les régimes, le pétrole et le gaz sont considérés comme ressources stratégiques, défenses immunitaires vitales, pour l´économie du pays, que l´Etat doit impérativement préserver et exploiter rationnellement. Souvenons-nous, les accords du 29 juillet 1965- remise en cause des accords d´Evian- qui avaient permis à l´Algérie de cesser d´être un simple percepteur d´impôts, de bakchich et de remettre en cause le système de concessions, puis de se lancer dans l´aventure industrielle en prenant directement en main, sur le terrain, les opérations d´exploration et de production. Afin d´affirmer son indépendance vis-à-vis des puissances les plus influentes en Algérie, les Etats-Unis et la France, le régime de Houari Boumediene avait développé une coopération très dense avec l´Union soviétique également. Le 24 Février 1971, lors d´un discours mémorable prononcé devant les cadres de l´Ugta, après avoir dressé un constat d´échec des discussions algéro-françaises menées jusque-là,
Faut-il ne plus commémorer le 24 Février?
Cette sentence provocatrice pour susciter le débat n'est pas de moi. En tant qu'ancien du pétrole, faisant partie, à la marge, du Club Energie des anciens du pétrole qui ont capitalisé une expérience globale de 2000 ans, en regrettant qu'elle ne soit pas sollicitée, je me sens interpellé et je me propose d'y répondre. Le 24 Février il n'y eut ni coup d'Etat externe ni arrestation ni des morts, Ce fut un coup d'Etat scientifique qui surprit les compagnies concernées. On rapporte qu'il n''y eut que peu de personnes à être au courant. Ceci rappelle la nationalisation du canal de Suez par Nasser. Mohamed Hassanne Heykel, le grand journaliste, ami du président Nasser, raconte dans son ouvrage: «Les Documents du Caire» comment l'opération fut préparée. Nasser devait tenir un discours dans lequel il donnerait par la prononciation d'une phrase le feu vert pour la prise en charge du fonctionnement du canal par les ingénieurs et les techniciens égyptiens aidés par l'armée.
Les pionniers fondateurs de l'IAP
Parmi les pionniers de l'après-nationalisation, qui ont donné un sens à cette aventure pétrolière, citons les pionniers de la formation dans le domaine pétrolier et dans le domaine académique. Il faudrait citer d'abord notre aîné l'honorable Djelloul Baghli, ancien ministre. Il fut l'artisan de la formation des hommes qui eurent à prendre en charge les destinées pétrolières de l'Algérie. Il nous raconta en termes simples comment il contribua pendant la guerre de Libération à envoyer des étudiants partout dans le monde. Monsieur Baghli nous apprit que la Révolution a permis la formation de près de 900 cadres à comparer avec les 580 diplômés formés en 132 ans par la France. L'IAP-créé, lui aussi, à partir de rien et ayant démarré six mois après sa création, fut à bien des égards l'un des pourvoyeurs en cadres. Il démarra l'IAP Dar Beida à partir de rien... Ni structure ni budget, avec quelques mois pour le faire démarrer avec l'aide de l'Institut français du pétrole (IFP). L'histoire retiendra que c'est le professeur Abdelaziz Ouabdesselam, premier recteur de l'Algérie indépendante et premier directeur de l' Ecole polytechnique qui mit à la disposition de l'IAP naissant, le hall de génie chimique de l'Ecole pendant la première année scolaire.
Le discours de Boumediene avec son fameux «Kararna te'mim el mahroukate» nous l'avons écouté à l'Académie militaire de Cherchell (deuxième promotion). Quinze jours après, tout ce qu'il y avait comme matière grise futs envoyé sur le front du développement. C'est ainsi qu'une centaine d'ingénieurs et de techniciens furent envoyés en renfort dans le Sud pétrolier, des ingénieurs furent envoyés sur le Barrage Vert, d'autres sur la Transsaharienne, d'autres enfin sur le chantier des 1000 Villages agricoles qui devaient contribuer à reconstituer le tissu social de la paysannerie, détruit par les bombardements sauvages de l'aviation coloniale. Avec quelques condisciples, je fus envoyé enseigner dans un lycée militaire et contribuer ainsi à la formation des hommes, autre défi majeur de l'Algérie. J'ai rappelé au passage que l'Ecole polytechnique fut aussi la colonne vertébrale de l'encadrement du secteur de l'énergie et de Sonatrach; elle donna au pays plus de 2000 ingénieurs dont certains occupèrent de hauts postes (ministres, P-DG, DG...).
Parmi les milliers de pionniers sur le front pétrolier, il me plaît aussi de citer Mohamed Fechkeur créateur de l'IAP de Hassi Messaoud (devenu Naftogaz): «Il n'y a de richesse que d'homme, dit le dicton. El Hadj Mohamed Fechkeur fait partie de cette richesse algérienne. Il vaut, à lui seul, avec ses qualités humaines, son accueil, son endurance, sa consécration à la formation d'hommes... tous les gisements de la terre. Mohamed Fechkeur, qui a consacré sa vie entière au service de la jeunesse et de sa formation dans un domaine vers lequel peu d'Algériens osaient s'orienter: le forage pétrolier, métier éprouvant et présentant des risques pouvant être mortels. Il a su, grâce à sa force de persuasion et à ses grandes qualités humaines et de management faire adhérer à son projet des milliers de jeunes qui, une fois terminée leur formation au sein de l'institut algérien du pétrole de Hassi Messaoud, ont occupé et occupent toujours des postes importants de cadres techniques dans le secteur des hydrocarbures en Algérie et dans les pays du Golfe. une école reconnue au plan arabe et africain, comme l'une des meilleures écoles de formation de techniciens et d'ingénieurs dans le domaine du forage pétrolier. La rigueur et la discipline sont les fondements de son management et de sa conduite des hommes.» (1) (2)
«Quelques sagesses et une lueur d'espoir: «Dans la vie, nous sommes tout le temps au maquis», me confie-t-il. Nous avons appris beaucoup de choses.
Ce que nous recherchions, c'était d'avoir des opérationnels. La formation se déroulait carrément sur le terrain. De 1967 à 1998.31 années dans la formation. J'étais surtout intéressé par le Sahara, le pétrole et l'exploration. Nous étions envoyés dans le temps, par le GPRA, c'était avant l'indépendance. J'ai d'abord fait mes études en Allemagne. «Les gens formés étaient prêts pour aller se battre et on avait un règlement intérieur où tout était interdit. Pour manipuler un appareil de forage, il fallait porter un sac de ciment. Je leur disais que c'est comme cela que vous construirez votre propre maison de demain. Il fallait des hommes convaincus. Il y avait beaucoup d'anciens P-DG qui étaient des anciens élèves de l'IAP. Tout au long de ma carrière, j'ai formé plus de 5000 techniciens. On n'avait pas besoin de tous les moyens qu'il y a aujourd'hui, tout a été fait en ramassant par-ci et par-là les ingrédients de la réussite. Monsieur Fechkeur restera unique.» Il est de la trempe des hommes exceptionnels dont la devise a toujours été: servir, servir et encore servir et ne rien attendre en retour si ce n'est la satisfaction de Dieu et sa conscience.» (1) (2)
La situation actuelle des hydrocarbures
Depuis 1971, nous avons extrait du sous-sol près de 2 milliards de tep. Si on continue à ce rythme de production débridée, sans nouvelle découverte significative, nous en aurons pour une vingtaine d'années. De 1965 à 1978, l'Algérie a engrangé 22,5 milliards de dollars. Il y eut la création d'une trentaine d'entreprises d'envergure internationale dont la Sonatrach, la Sonelgaz et la Snvi. L´essentiel de l´industrie date de cette époque. Nous sommes bien contents d´avoir une capacité de raffinage de 24,5 millions de tonnes. Nous n'avons développé que l'amont uniquement pour rendre disponible les hydrocarbures et rien de significatif dans l'aval Depuis, nous avons engrangé plus de 1000 milliards de dollars. Rente qui ne nous a pas permis de sortir du sortilège du farniente trompeur de la rente qui a donné à l'Algérien que «tout lui est dû sans effort».
Comment se présente le futur?
Le monde de l'énergie est plus chaotique que jamais. Les guerres pour l'énergie vont continuer, il y aura des guerres qui seront dues au climat, des guerres de l'eau, des guerres pour la nourriture. La situation est totalement différente de 1971 où le marché était plus cohérent, sans contrainte en termes d'approvisionnement. Imaginons un gouvernement fasciné par l´avenir, Imaginons que nous ayons des dirigeants fascinés par l´avenir et par la nécessité de graver dans le marbre un itinéraire pour l´Algérie dans un monde de plus en plus fluctuant. Le premier secteur à secourir est l´éducation qui n´arrête pas de péricliter. L´enseignement supérieur devrait être revu pour impliquer l'université. Un autre défi majeur que connaîtra notre pays dans une génération, du fait que le pétrole et le gaz auront disparu de notre paysage énergétique d´une façon significative, est celui de l´approvisionnement en énergie et la réponse appropriée aux changements climatiques. Posons-nous très concrètement la question de savoir comment nous allons nous en sortir si nous n´avons pas, à titre d´exemple, une vision d´avenir. Nous avons une population de 43 millions d'habitants, des habitudes de consommation de pays riches que l'on se permettait tant que le baril valait 100 dollars et plus. En 2014, nous avons perçu 55 milliards de dollars de rente et en 2018, 35 milliards. Dans une conjoncture marquée par la conjugaison des prix erratiques, une production nationale qui stagne et la hausse de la consommation, l'Algérie se trouve devant un dilemme. Comment satisfaire la demande locale tout en préservant ses parts de marché à l'export? La consommation d'électricité augmente de 8% par an, la consommation de gasoil a triplé entre 2000 et 2014, et celle de l'essence a plus que doublé durant cette période. Imaginons que nous sommes en 2030. La population sera de 52 millions de personnes. Pour la consommation interne, en supposant un modeste développement qui nous fera passer de 1 tonne de pétrole consommée par habitant et par an à seulement 2 tonnes, c'est 100 millions de tonnes à mobiliser. Nous les aurons de moins en moins, ce qui va se ressentir d'une façon drastique sur notre rente car étant mono-exportateur. A ce rythme de gaspillage frénétique de nos ressources, l'Algérie aura épuisé sans discernement ses ressources, véritables défenses
Un gouvernement fasciné par l´avenir, misera sur l´intelligence et le savoir. Nous avons le soleil, donc l'énergie, l'eau, le sol et une jeunesse nombreuse et capable de relever le défi en opérant de fait un nouveau premier novembre du XXIe siècle. Il s'agit de se battre pour exister dans un monde de plus en plus impitoyable. Le développement durable permettra la création de villes nouvelles dans le Sud. Il nous faut donner des opportunités pour les jeunes en leur donnant les moyens de verdir le Sahara. Pourquoi pas un réseau ferré dans le Sud avec la disponibilité de la motorisation électrique (voitures, camions bus, rails...)?
Il est nécessaire d´imaginer un modèle énergétique qui s´inscrive dans la durée, inciter d´une façon ou d´une autre les opérateurs à investir en aval et enfin de miser sur la formation des hommes et la recherche en impliquant de façon déterminante l'université algérienne. Si un cap mobilisateur qui transcende les courants, était tracé, nous aurions la conviction que nous sommes assurément dans la ligne du défunt président, quand il prononça la fameuse phrase: «Kararna taemime el mahroukate». Au risque de nous répéter, la meilleure banque du pays est son sous-sol, et il faut être bien naïf pour croire que les multinationales «une fois que nous n´avons plus de défense immunitaire», pourraient venir au secours de l´Etat. Le vrai défi pour le pays, est celui de réussir la mutation de son économie en améliorant progressivement ses perfor-mances et sa compétitivité. Nous avons besoin plus que jamais d'un nouveau souffle. De nouvelles légitimités basées sur le savoir et l'amour du pays devraient prendre en main le destin du pays car le monde actuel nous commande d'avoir un cap, un système de gouvernance pour préparer le futur. C'est dire si les défis sont immenses et si des décisions courageuses qui transcendent les logiques partisanes et rentières doivent être prises ici et maintenant pour donner une chance à cette jeunesse en panne d'espérance et qui ne demande qu'à donner la pleine mesure de son talent. L'Algérie est une conquête de tous les jours, qu'il y a toujours un avenir si on a la foi chevillée au corps. Pourquoi pas alors un nouveau 24 février de l'intelligence qui permette au pays de sortir de la malédiction de la rente, en militant inlassablement pour une Algérie du travail bien fait, de la sueur, comme l'ont fait ces pionniers qui disent n'avoir fait que leur devoir pour le pays.
1.S. Méhalla https://www.cresus.dz/entretiens/2538-hadj-fechkeur-fondateur-du-groupe-redmed
2. Mohamed Fechkeur. Il n'y a de richesse que d'hommes par M. Khiati.Editions A.C.COM 2018


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.