Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils récidivent
BEJAIA
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2019


Sur fond de chants, de cris et surtout de joie
Pour le deuxième mardi consécutif, les étudiants de l'université Abderahmane-Mira de Béjaïa sont descendus dans la rue, accompagnés, cette fois-ci, de leurs enseignants.
Béjaïa n'a pas dérogé à la règle. Hier encore elle a été le théâtre d'une grande manifestation de rue, qui s'inscrit dans le large mouvement de protestation du 5e mandat et pour le changement de régime, qui touche l'ensemble du pays. Avec les mêmes slogans, brandis ou criés à tue-tête, les étudiantes et les étudiants étaient des milliers à battre le pavé des boulevards qui séparent le campus de Targa Ouzemour et le siège de la wilaya. Organisés en plusieurs carrés, les manifestants ont réitéré les revendications que l'ensemble des manifestants à travers le pays ont exprimées depuis le 22 février. Sur fond de chants, de cris et surtout de joie, les étudiants de l'université de Béjaïa ont fait honneur à la réputation de la région, bastion des luttes démocratiques et pour la liberté. «Non au 5e mandat», «pour une Algérie libre et démocratique», «les étudiants pour le changement»; ce sont là quelques slogans soulevés, hier, par des milliers de gorges dans une manifestation qui se singularise encore une fois par sa maturité et son pacifisme. Du campus Targa Ouzemour jusqu'au siège de la wilaya et par la suite jusqu'au théâtre régional de Béjaïa, les milliers d'étudiants ont marché pour «l'Algérie de demain», celle de «la liberté, du plein emploi et de l'envie de vivre». «Nous marchons pour qu'il n'y ait plus de harraga afin que les jeunes Algériens puissent vivre en paix chez eux, à travailler et fonder leurs familles», soutient un étudiant un espoir largement partagé hier et depuis quelques jours par les milliers d'Algériens sortis dans la rue depuis le début de la crise.
Dans la matinée ce sont les lycéens qui ont déserté leurs établissements pour, eux, aussi exprimer leur ras-le-bol de la situation qui perdure durant des années. Les lycéens du lycée Ibn Sina et ceux des autres lycées comme le polyvalent, Annani, se sont donné rendez-vous devant le siège de la wilaya, tôt dans la matinée après de longues marches reprenant les slogans de leurs aînés dans un climat marqué par une sérénité et une vigilance à toute épreuve.
Une journée particulière à Béjaïa. Une journée printanière faite de manifestations au pluriel avec les mêmes slogans. Tous veulent une Algérie de fraternité, du développement et du bon vivre. Aucun incident ne s'est produit. La marche continue pour un «avenir et un devenir meilleur».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.