Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déluge sur les trois "b"
SEPTIÈME VENDREDI:ILS ETAIENT DES MILLIONS À DEMANDER LE DEPART DE BELAIZ, BENSALAH ET BEDOUI
Publié dans L'Expression le 06 - 04 - 2019

Le départ de Bouteflika n'a pas sonné le glas de la contestation. Une nouvelle démonstration de force a été enregistrée pour ce 7e vendredi de mobilisation. Une déferlante humaine s'est abattue sur le pays repeignant toutes ses artères en blanc, vert et rouge avec comme seul message: «Trouhou gaà.»
La rue ne décolère pas! Le premier vendredi après la démission du Président Bouteflika n'a pas dérogé aux six précédents: des millions d'Algériens ont envahi les rues du pays pour réclamer le départ de tout le système! «Bouteflika tu es parti, prends avec toi tes amis», est un message qui résonnait dans les quatre coins du pays. La capitale a encore une fois été le théâtre d'une démonstration de force du Hirak. Une déferlante humaine s'est abattue sur la «Blanche» repeignant toutes ses artères en blanc vert et rouge. Des millions d'Algériens venus de plusieurs wilayas, certains même à pied, ont défilé sur Alger. Pourtant, beaucoup ont été empêchés de gagner «El Mahroussa» qui n'a jamais aussi bien porté son nom. Des barrages filtrants, pour ne pas dire bloquants, ont été placés aux entrées d'Alger, notamment du côté est, à Dar El Beïda. Les forces antiémeute déployées en masse ont commencé à faire arrêter tous les véhicules touristiques, mais surtout les bus venant d'autres wilayas. Les passagers des bus ont été descendus pour des «contrôles» d'identité. La situation était au début «cool», mais plus la foule arrivait plus ça chauffait! Des affrontements ont même été enregistrés entre les manifestants et les forces de l'ordre qui ont lancé du gaz lacrymogène pour disperser la foule.
«Echauffements» entre Dar El Beida et Alger...
Néanmoins, cela n'a aucunement touché au pacifisme des marcheurs, et encore moins à leur détermination. Puisque leur moyen de locomotion a été bloqué, ils ont fait à pied les 26 km qui les séparent du centre de la capitale. L'occasion de s'échauffer où durant presque deux heures ils marchaient sous les chants du Hirak et des champs patriotiques, entrecoupés par les «Ulech Smah» (Pas de pardon) et «trouhou Gaa» (vous partirez tous). Ce périple ne les a pas fatigués puisqu'ils ont continué avec la même hargne dès qu'ils ont rejoint leurs compères qui eux ont gagné les rues d'«El Bahdja» dès 9 h du matin pour y mettre une ambiance de fête et de révoltes. Ils se sont d'abord réjouis du départ du chef de l'Etat et de sa smala en chantant des slogans hostiles aux Bouteflika. Toutefois, ils n'ont pas cessé de répéter qu'ils avaient gagné une bataille, mais pas la guerre. C'est dans ce sens qu'ils ont adapté les slogans à l'évaluation de la situation. Les «3B» (Bensalah, Bedoui et Belaïz), comme aiment les appeler les Algériens, en ont pris pour leurs grades. «Le peuple refuse Bensalah, Bedoui et Belaiz + tout le système», un slogan qui était parmi les banderoles que portaient fièrement les manifestants. Le Premier ministre Noureddine Bedoui et son gouvernement étaient, cependant, en ligne de mire. «Les Bedoui matzidche dkika» (Bedoui tu ne rajouteras pas une minute, Ndlr) ou encore «dégage et prends ton gouvernement de Pokémon. On veut un vrai gouvernement de transition nationale», étaient parmi les messages le plus gentils adressés par les présents... Bensalah a lui aussi eu droit à son lot de «gentillesse» à l'image du «Ya el Maroki» (le Marocain) ou d'autres qui ont symboliquement offert du cachir à son portrait! Tout comme Rachid Nekkaz qui a été hué et renvoyé par la foule. Les habitants d'Alger qui ont eux, «décoré» leurs balcons de l'emblème national, mais également de banderoles réclamant le départ du reste du système pour apporter le vrai changement.
Les «3B» et le gouvernement ont en eu pour leurs grades!
À la place Maurice Audin, des centaines de manifestants déploient une immense banderole: «Goulna ga3 c'est ga3» (nous avons dit tous, c'est tous). Des slogans sont scandés: «FLN dégage!», «Chaâb yourid tetnahaw ga3» (le peuple veut que vous partiez tous). Toutefois, cela n'a aucunement touché au caractère «silmiya» de la marche, marque de fabrique «made in bladi» depuis sept semaines déjà! La présence des forces antiémeute, de la police et de la gendarmerie, plus importante que les autres semaines n'a pas changé la donne. Même quand les premiers manifestants ont été bloqués au niveau du boulevard Mohammed V par la police, cela n'a aucunement dégénéré. Bien au contraire, les «Djeich Chaâb, Khawa, Khawa» (Armée, peuple frères) où encore les «Chorta, Chaâb, Khawa, Khawa» (Police, peuple frères) fusaient de partout. On a même revu les belles images de communion entre les forces de l'ordre et la population qui ont fêté ensemble cette nouvelle journée historique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.