Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestations pour la sécurité
CENTRE DU MALI
Publié dans L'Expression le 06 - 04 - 2019

Plusieurs milliers d'habitants du «pays dogon», dans le centre du Mali, ont manifesté jeudi pour réclamer que l'Etat assume ses responsabilités en matière de sécurité, a-t-on appris auprès des organisateurs. Par ailleurs, l'armée malienne a annoncé dans un communiqué avoir repoussé mercredi soir des attaques dans une série de villages de ce secteur. «L'intervention rapide des hélicos FAMa (des forces armées maliennes, NDLR) a mis en déroute les assaillants, pendant que les forces terrestres intervenaient» dans deux villages, selon le texte, faisant état de «la mort d'un civil». Les assaillants ont incendié des maisons avant l'intervention de l'armée, a indiqué Adama Djiguiba, chef d'un de de ces villages. Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs «groupes d'autodéfense». Ces violences ont culminé le 23 mars avec la tuerie d'Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso, de quelque 160 villageois peuls par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons.
Plusieurs milliers de jeunes Dogons ont manifesté jeudi dans les localités de Bandiagara, Bankass et Koro. Le but de ces marches était de «rappeler à l'Etat sa responsabilité exclusive par rapport la sécurisation du pays dogon. Au lendemain de la tuerie d'Ogossagou, le gouvernement a prononcé le 24 mars la dissolution de l'association de chasseurs «Dan Nan Ambassagou», qui selon lui «s'est écartée de ses objectifs initiaux, en dépit des mises en garde répétées des autorités administratives locales». Le groupe a démenti toute implication dans la tuerie mais son chef militaire, Youssouf Toloba, a rejeté cette dissolution et refusé de «déposer les armes». Depuis mars 2018, les «agressions intercommunautaires» dans la région de Mopti (centre) ont fait quelque 600 morts et des milliers de déplacés, a indiqué le 26 mars le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.