Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pyongyang a testé une "nouvelle arme tactique guidée"
PREMIER SOMMET POUTINE - KIM EN RUSSIE FIN AVRIL
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2019

La charge de Pyongyang contre M. Pompeo est intervenue quelques heures après que KCNA eut rapporté que M. Kim avait supervisé l'essai d'une nouvelle «arme tactique guidée» avec une «puissante ogive».
Le Kremlin a annoncé jeudi la préparation d'un sommet inédit entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président Vladimir Poutine, prévu pour fin avril en Russie, signe du rôle accru que Moscou souhaite avoir dans ce dossier brûlant. Cette annonce intervient dans un contexte de tensions entre Pyongyang et Washington après un sommet raté en février, la Corée du Nord exigeant désormais le retrait du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo des discussions sur ses arsenaux nucléaires, quelques heures après avoir annoncé l'essai d'un nouveau type d'arme. La rencontre entre Kim Jong Un et Vladimir Poutine sera la première du genre. Le dirigeant nord-coréen aurait dû se rendre à Moscou en mai 2015 pour les 70 ans de la victoire des Alliés, lors de la Seconde guerre mondiale, mais il y avait renoncé quelques jours avant. Le sommet faisait depuis plusieurs jours l'objet de spéculations dans la presse russe, sud-coréenne et japonaise, selon lesquelles il pourrait avoir lieu à Vladivostok, dans l'Extrême orient russe.»La Russie se doit d'avoir au moins quelque contrôle sur la situation dans la péninsule coréenne. Les événements récents ont évincé presque tout le monde hormis la Corée du Nord et les Etats-Unis», relève Andreï Lankov, de l'université Kookmin de Séoul. Ces dernières années, des responsables russes se sont rendus à plusieurs reprises en Corée du Nord, et des responsables nord-coréens en Russie. Les deux pays entretiennent des relations amicales, Moscou prônant, comme Pékin, un dialogue avec Pyongyang sur la base d'une feuille de route définie par les deux puissances.
En 2011, le père de Kim Jong Un, Kim Jong Il, s'était rendu en Sibérie pour rencontrer Dmitri Medvedev, l'actuel Premier ministre russe qui était alors président. Mort peu après cette visite, Kim Jong Il s'était alors dit prêt à renoncer aux essais nucléaires. Le dossier nord-coréen a été abordé jeudi lors d'une rencontre «constructive» à Moscou entre l'émissaire américain pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, et un haut diplomate russe, selon l'ambassade américaine en Russie. La Corée du Nord a accusé jeudi Mike Pompeo de manquer de prudence et de maturité. Le département d'Etat américain a rétorqué que les Etats-Unis «restent prêts à dialoguer avec la Corée du Nord dans le cadre de négociations constructives». Après une année 2018 marquée par un spectaculaire rapprochement et un sommet historique entre Kim Jong Un et Donald Trump, la détente apparaît de plus en plus fragile. Pyongyang avait déjà accusé Pompéo, avec le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche John Bolton, d'être responsable de l'échec de Hanoi pour avoir «créé une atmosphère d'hostilité et de défiance». L'été dernier, la Corée du Nord avait dénoncé ses «méthodes de gangster». Depuis le début du processus diplomatique, Pyongyang a toujours préféré traiter directement avec M. Trump, qui présente M. Kim comme son «ami» et n'évoque quasiment plus jamais les violations massives des droits humains imputées au régime nord-coréen. La charge de Pyongyang contre M. Pompeo est intervenue quelques heures après que KCNA eut rapporté que M. Kim avait supervisé l'essai d'une nouvelle «arme tactique guidée» avec une «puissante ogive», contribuant aux doutes quant au processus diplomatique. Kim Jong Un a qualifié ce test d'»événement d'une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l'Armée populaire» nord-coréenne. La Corée du Sud n'a rien détecté sur ses radars, a indiqué un responsable militaire. La présidence sud-coréenne et des responsables du Pentagone ont refusé de s'exprimer. Le Centre des études stratégiques et internationales (CSIS), basé à Washington, a de son côté fait état mercredi de signes d'activité sur le complexe de Yongbyon, principal site nucléaire nord-coréen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.