Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre russe des AE à Pyongyong: Le président nord-coréen invité par Moscou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 06 - 2018

Le président russe Vladimir Poutine rencontrera son homologue nord-coréen. Moscou, qui a toujours appelé aux négociations pour la paix, œuvre pour l'instauration de la paix dans la péninsule coréenne. Le Kremlin a publié hier un communiqué dans lequel il a qualifié de probable la tenue d'un sommet entre le président russe, Vladimir Poutine, et le leader nord-coréen, Kim Jong-un.
Au terme de la rencontre hier entre Kim Jong-un et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite à Pyongyang, les deux parties se sont entendues sur un sommet russo-nord-coréen d'ici la fin de l'année. Lors d'un tête-à-tête avec le dirigeant nord-coréen, Lavrov lui a remis une lettre du chef du Kremlin l'invitant à Moscou. L'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA a souligné hier, jeudi, au chef de la diplomatie russe que la Corée du Nord souhaitait la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Kim Jong-un désire toutefois que la dénucléarisation de la péninsule se produise étape par étape. Il a espéré que les problèmes seraient résolus via un dialogue constructif. Sergueï Lavrov s'est rendu à Pyongyang à l'invitation de son homologue nord-coréen Ri Yong Ho, qui avait visité la Russie en avril dernier.
Le chef de la diplomatie russe a invité le président de la Corée du Nord, Kim Jong-un, à se rendre en en Russie. La visite du chef de la diplomatie russe intervient en pleine effervescence diplomatique à l'approche du sommet du 12 juin entre Donald Trump et Kim Jong-un, sommet qui semble remis sur les rails après avoir été annulé la semaine dernière par le président américain. Le général de la Corée du Nord, Kim Yong-chol, est arrivé à Washington en provenance de Pékin, pour les négociations. Il est le premier responsable nord coréen à se rendre à Washington depuis dix-huit ans. L'objectif de leurs discussions est de déterminer si les Etats-Unis et la Corée du Nord sont en mesure de fixer un ordre du jour partagé pour le sommet du 12 juin à Singapour, et d'accélérer donc les préparatifs une semaine après la lettre de Donald Trump à Kim Jong-un, dans laquelle il annulait leur rencontre. A ce revirement a succédé un tout aussi spectaculaire regain d'optimisme. «Il faut que la dénucléarisation de la Corée du Nord soit sur la table et au cœur de la rencontre», a toutefois prévenu la porte-parole de la présidence américaine, Sarah Sanders. «Et le président doit avoir le sentiment qu'on fait des progrès sur ce front». Mike Pompeo et Kim Yong-chol vont donc devoir tenter de concilier des attentes a priori inconciliables. Le président de la Corée du Nord refuse le sort d'El Kadhafi, assassiné après que la Libye a démantelé ses armes. Un haut fonctionnaire américain a estimé que le modèle libyen de Kadhafi devait servir d'exemple à la dénucléarisation promise par Kim Jong-un.
Un parallèle qui n'est pas pour rassurer ce dernier, à quelques semaines d'un sommet avec Donald Trump. Le conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis, le très néo-conservateur John Bolton, a son idée sur la façon de parvenir à la dénucléarisation de la Corée du Nord. D'après lui, Washington doit s'appuyer sur le programme qui a mené à l'abandon par la Libye de ses ambitions nucléaires, sous Mouammar Kadhafi. «Nous pensons au modèle libyen de 2003, 2004», a ainsi concédé John Bolton le 29 avril sur la chaîne Fox lorsqu'il était interrogé sur les négociations à venir entre Washington et Pyongyang, dont la dénucléarisation sera l'un des principaux enjeux. Dans l'optique d'améliorer ses relations avec les puissances occidentales, le colonel Mouammar Kadhafi avait en effet accepté fin 2003, d'abandonner son programme de développement d'armes chimiques, biologiques ou nucléaires. Ça n'a pas empêché l'assassinat du leader libyen. Le président de la Corée du Nord a exprimé sa colère conte les propos de John Bolton, et se dit non intéressé à être un deuxième Kadhafi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.