Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toujours déterminés
TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2019

Un cycle de conférences a été établi avec des personnalités de divers horizons.
Pour le 9e mardi, les étudiants de l'université Mouloud-Mammeri ont marché pour réclamer le départ du système. Aux environs de 11h, ils étaient des milliers à se rassembler devant l'entrée principale du campus Hasnaoua 1, choisi depuis longtemps comme point de départ de toutes les marches. Les slogans habituels, avec d'autres plus d'actualité, ont été exhibés par de nombreuses pancartes. Le drapeau national accroché à l'emblème amazigh devient de plus en plus fusionnel.Une heure plus tard, la marche a commencé à s'ébranler, empruntant l'avenue de l'hôpital. «Yatanahaw gaâ!» «Pouvoir assassin», «Bensalah dégage», scandaient les étudiants qui ont formé des carrés bien organisés jusqu'à la fin de la marche. Durant leur parcours, les marcheurs ont scandé tous les noms des....... accusés de corruption, tout en appelant à une justice indépendance. A rappeler par ailleurs que les services de sécurité étaient invisibles durant la marche comme avant son départ du portail de l'université. Il est à rappeler que les marches de l'université de Tizi Ouzou drainent des milliers d'étudiants bien qu'une bonne partie de ces derniers rejoigne chaque mardi la capitale, pour prendre part à la marche des étudiants. Chaque mardi, dans la matinée, des étudiants rejoignent par bus et véhicules, Alger. Leur lieu de rendez-vous est la Grande Poste, avant de se joindre aux étudiants des différentes facultés de la capitale. Les slogans sont les mêmes que ceux scandés à Tizi Ouzou. Par ailleurs, notons que l'université de Tizi Ouzou a accompagné le mouvement, dès son début, avec le refus du recteur de fermer les campus pour raison de vacances prématurées. Ce dernier, pour rappel, avait refusé d'exécuter l'instruction de l'ex-ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ce qui a fait revenir le ministère sur sa décision et laisser les étudiants dans les campus. Le lendemain de ce refus, les enseignants de la même université ont organisé une réunion conjointe avec les étudiants, pour décider des voies et des moyens d'accompagner le mouvement. Aussi, une déclaration de soutien a été rendue publique, avec comme projet de donner une traduction intellectuelle et politique au mouvement populaire. L'université ne pouvait se permettre de rester en marge de ce mouvement historique. C'est ainsi qu'un cycle de conférences a été programmé avec des personnalités de divers horizons. Chaque jeudi, l'auditorium du campus Hasnaoua 1 abrite des interventions très intéressantes devant une salle archicomble. Zoubida Assoul, Saïd Sadi, Arab Aknine, Hand Sadi, Tassadit Yacine, Karim Tabbou et bien d'autres se sont succédé pour débattre avec les étudiants, sur de nombreuses questions politiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.