Ce sera le 8 juin au stade Mustapha-Tchaker    Les clubs de la région sud-est menacent de boycotter le championnat    ACTUCULT    Pain boulou    Barquettes au poulet et à la moutarde    Le douteux voisinage du Soudan    Présentation d'une exposition sur le patrimoine culturel islamique    Le patrimoine culturel des wilayas du Centre à l'honneur    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Le GS Pétroliers passe en finale    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Comme en 1962? Comme en 1992?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Des médecins algériens au chevet des Rohingyas    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington prêt à sanctionner ses alliés
POUR FERMER LE ROBINET DU PETROLE IRANIEN
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2019


Les états-Unis ont encore renforcé leur campagne de «pression maximale» pour faire plier l'Iran, annonçant des sanctions contre tout pays qui continuerait à acheter du pétrole iranien, au risque de tensions avec plusieurs alliés. Donald Trump a décidé de mettre fin dès le 2 mai aux dérogations qui permettaient à huit pays (Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Taïwan, Italie et Grèce) d'importer du brut iranien, pour «porter à zéro les exportations» et «priver le régime de sa principale source de revenus». Cette mesure, qui a provoqué une forte hausse des cours du pétrole, s'annonce particulièrement délicate pour Pékin, engagé dans de complexes négociations commerciales avec l'administration Trump, et pour New Delhi, allié stratégique des états-Unis et troisième importateur mondial de pétrole, dont un 1/10 vient d'Iran. «Si vous ne respectez pas, il y aura des sanctions», a mis en garde Mike Pompeo. La Turquie et la Corée du Sud, autres alliés de Washington, ont vivement déploré la décision américaine. «Nous n'accepterons pas de sanctions unilatérales et de contraintes sur la manière dont nous gérons nos relations avec nos voisins», a lancé le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. La diplomatie sud-coréenne a promis de continuer «à faire tout son possible» pour obtenir un «renouvellement de l'exemption».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.