CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Turquie juge "dangereuses" les sanctions
ELLE REFUSE DE LES APPLIQUER ET MET EN GARDE WASHINGTON
Publié dans L'Expression le 07 - 11 - 2018

«La Turquie est contre les sanctions, nous ne pensons pas qu'un résultat peut être obtenu par des sanctions», a-t-il ajouté. «Je pense qu'au lieu de sanctionner l'Iran, il est beaucoup plus utile de dialoguer sérieusement avec lui et de l'impliquer», a déclaré le MAE turc.
La Turquie a mis en garde Washington contre les nouvelles sanctions américaines à l'égard de l'Iran, estimant «dangereux» d'isoler la République islamique, selon le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, en visite hier à Tokyo. L'administration de Donald Trump, qui avait claqué la porte en mai de l'accord de 2015 censé empêcher l'Iran de fabriquer la bombe atomique, a terminé lundi de rétablir toutes les sanctions levées après sa signature. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a par ailleurs dévoilé une liste de huit pays autorisés, pendant encore six mois au moins, à continuer d'acheter du pétrole à Téhéran: la Chine, l'Inde et la Turquie (les premiers importateurs de brut iranien avec l'Union européenne), ainsi que le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce. «Tout en demandant aux Etats-Unis une dérogation, nous avons été très francs avec eux sur le fait qu'il n'est pas judicieux d'acculer l'Iran. Isoler l'Iran est dangereux et punir le peuple iranien est injuste», a déclaré le chef de la diplomatie turque au cours d'une conférence de presse dans la capitale japonaise. «La Turquie est contre les sanctions, nous ne pensons pas qu'un résultat peut être obtenu par des sanctions», a-t-il ajouté. «Je pense qu'au lieu de sanctionner l'Iran, il est beaucoup plus utile de dialoguer sérieusement avec lui et de l'impliquer». Les nouvelles sanctions ont déclenché l'ire de Téhéran et le président iranien Hassan Rouhani a déclaré que son pays avait l'intention de les «contourner avec fierté». L'accord sur le nucléaire iranien avait été conclu à Vienne le 14 juillet 2015 entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni), plus l'Allemagne. Il a permis de mettre fin à des années d'isolement de Téhéran en levant une partie des sanctions économiques internationales. En échange, l'Iran a accepté de limiter drastiquement son programme nucléaire afin de garantir qu'il ne cherche pas à se doter de l'arme atomique. Mais le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de cet accord et le rétablissement des sanctions contre l'Iran. Malgré le départ des Etats-Unis, les autres signataires de l'accord de 2015 se sont engagés à tout faire pour le préserver et pour que l'Iran ne le quitte pas à son tour. Les inspecteurs internationaux ont affirmé à moult reprises que Téhéran respectait ses engagements en la matière.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.