Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Le ministère des Affaires étrangères célèbre la journée nationale du Chahid    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Une fatalité ou un choix de facilité ?    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    La diseuse de choses «vraies» !    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    DRB Tadjenanet: Le Difaâ dans l'œil du cyclone    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Situation d'urgence
PENURIE DE MEDICAMENTS
Publié dans L'Expression le 04 - 05 - 2019

Le recours à l'importation complémentaire de ces médicaments, qu'il a qualifiés de «vitaux», en cas de manque aux engagements pris par les producteurs auxquels un délai de trois mois a été accordé pour assurer leur disponibilité.
Le DG de la pharmacie et des équipements médicaux au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djaoued Bourkaïb, a annoncé, jeudi dernier à Alger, que «des mesures urgentes» ont été prises pour pallier la pénurie de médicaments, notamment ceux destinés aux maladies chroniques. Le ministère a en effet, pris des mesures urgentes pour pallier la pénurie des médicaments a indiqué Bourkaib, lors d'une conférence de presse animée avec les membres de la commission des cellules de veille pour la gestion des médicaments. Parmi ces mesures, le représentant du ministère a cité le recours à l'importation complémentaire de ces médicaments, qu'il a qualifiés de «vitaux», en cas de manque aux engagements pris par les producteurs auxquels un délai de trois mois a été accordé pour assurer leur disponibilité. S'ils n'y parviennent pas, le ministère aura recours à un programme d'importation complémentaire et prendra des mesures coercitives à l'encontre des défaillants, a-t-il fait savoir. Il a fait état également de la consolidation du contrôle, en coordination avec le ministère du Commerce, de toute la chaîne nationale de production de médicaments ainsi que des transactions commerciales y afférentes.
Bourkaïb a également annoncé un renforcement de la concertation au sein de la commission des cellules de veille ainsi qu'une révision du programme d'importation, à partir de 2020. Il y a lieu de rappeler la libération à partir de juillet, au lieu d'octobre de cette année, du programme d'importation afin de garantir tous types de médicaments.
Bourkaib a, par ailleurs, mis en exergue les efforts du ministère pour «aplanir les entraves subies par les producteurs locaux et l'amélioration du cadre juridique de gestion du marché des médicaments». Il a ainsi rappelé les efforts déployés pour le développement de la politique pharmaceutique, l'élaboration de la liste des médicaments essentiels, selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la promotion de la production nationale. «Le ministère de la Santé apporte son appui à l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (Anpp) pour la garantie et l'accréditation de produits sains et sûrs», a-t-il souligné faisant état de la «révision et l'actualisation des prix» de certains produits locaux, qu'il a jugés, «très bas», afin d'encourager les producteurs à ne pas les abandonner. La hausse des prix de ces produits «n'affectera pas le pouvoir d'achat» a-t-il rassuré précisant que c'est la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) qui la prendra en charge. La facture du marché national des médicaments, entre locaux et importés, s'est élevée, en 2018, à 3,8 milliards de dollars, dont 55% de produits locaux. De leur côté, les représentants des cellules de veille pour la gestion des médicaments ont salué les mesures d'urgence prises par le département de la santé qui a «reconnu, pour la première fois, l'existence de réelles perturbations au niveau du marché pharmaceutique, optant ainsi à un dialogue clair avec ses partenaires». Le vice-président de l'Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop), le docteur Malik Aït Saïd a fait savoir que l'industrie pharmaceutique englobe quelque 90 producteurs locaux et plus de 100 projets en cours d'élaboration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.