L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UN SECTEUR DEFAILLANT
TRANSPORT URBAIN À BOUIRA
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2019


la prestation laisse à désirer
Il est pratiquement impossible de se déplacer en début de soirée. Les transporteurs en commun garent à 18 heures.
La ville de Bouira a pris de l'extension. Joindre l'extrémité est à l'ouest et le nord au sud nécessite des moyens de locomotion. Le projet de doter 13 wilayas du tramway doit toucher le chef-lieu de wilaya qui, avec le nouveau pôle universitaire qui s'étale sur 54 ha, le réaménagement de la forêt récréative de Errich, le lotissement Ouled Belil, éloigneront plus les citoyens du centre-ville. En attendant, plusieurs moyens de transport sont en place pour faciliter les déplacements. Malgré la mise en place d'un plan de circulation, la prestation laisse à désirer et les déplacements d'un point à un autre s'apparentent à des parcours du combattant, quand la météo se gâte.
Pour ce mois de Ramadhan où la vie s'anime la nuit, le transport n'active point. Mis à part quelques prestataires qui relient la place jouxtant la mosquée Ben Badis à la cité des 1100 Logements, aucune autre ligne n'est assurée après le ftour. Deux lignes restent les plus importantes. La liaison entre la gare routière et le centre-ville et la ligne qui relie la ville à la cité des 140 Logements en passant par les 1100 Logements dénommée la cinq. Les bus ne sont pas adaptés au transport urbain.
Les petits véhicules chinois communément surnommés les «capsules» n'offrent aucun confort à la montée et à la descente. Leurs propriétaires ne respectent pas les arrêts désignés par des abribus. Ils s'arrêtent à la demande du client faisant fi du règlement. L'Etub, une entreprise publique, dispose de bus à trois portes.
Ces personnels sont dotés de tenues. Cette entreprise a l'exclusivité sur la liaison entre la nouvelle gare routière et le centre-ville. Elle a mis quelques bus sur les autres lignes, mais ils sont boudés par les clients qui préfèrent le privé qui s'arrête partout et à la demande, sans aucun respect du Code de la route et du plan de circulation. Malgré plusieurs écrits, la situation demeure à son point initial. Aucun privé ne délivre des tickets aux voyageurs, les receveurs sont souvent des mineurs utilisés par les transporteurs à la journée.
Ces travailleurs occasionnels ne bénéficient d'aucune couverture ou assurance. Même les chauffeurs sont parfois des jeunes qui conduisent à leur guise, passant outre le confort des passagers. Le prix est aussi une entrave à une bonne prestation.
Le coût est unique, 25 DA, pour les bus et sur les petits véhicules chinois. Devant cette désorganisation et ses aléas, les fraudeurs ont trouvé une faille pour s'intégrer dans le circuit. Les transporteurs collectifs rodent autour du supermarché qui avait annoncé avant son ouverture la mise en place d'un transport gratuit.
Les taxieurs eux, sont partout, surtout que ceux qui sont dûment accrédités préfèrent les liaisons vers Alger, Sétif ou Béjaïa. La course vers une de ces villes équivaut à plusieurs journées de travail en ville. Voilà pourquoi il est difficile de trouver un taxi. Cette situation profite aux fraudeurs. Parce que tout le monde rentre chez lui tôt, il est pratiquement impossible de se déplacer en début de soirée. Les transporteurs en commun garent à 18 heures.
C'est à cette heure-là que les clandestins sont le plus demandés. Les responsables du secteur doivent intervenir pour mettre de l'ordre dans une activité plus que stratégique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.