Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une vie brève mais pleine
ABANE RAMDANE
Publié dans L'Expression le 26 - 12 - 2005

Abane avait cette idée que la Révolution ne doit pas être un simple soulèvement.
Le 27 décembre 1957 disparaissait Abane Ramdane, assassiné par ses compagnons d'armes, au Maroc. « Il ne dérangera plus » devaient-ils dire. Et pourtant, 48 ans après, il continue de déranger, de narguer, parce que pour lui, comme pour des milliers de chouhada, la révolution et la marche vers la liberté passent forcément par le sacrifice de soi. Comme dirait Rédha Malek, qui a bien connu Abane Ramdane: «Il était impératif pour les Algériens qu'ils changent le cours de l'histoire par une révolution armée, car pour lui ce qui a été pris par le feu ne peut être repris que par le sang , et Abane incarnait cette idée.»
Abane Ramdane n'est pas considéré comme le père de la révolution. Il ne fait partie ni du groupe des 22, qui ont créé le FLN dans une villa à Clôts Salembier, ni de celui des 6, qui en était le noyau dirigeant, pour la simple raison qu'il était en prison à la veille du déclenchement de la révolution.
Mais Abane Ramdane, dès sa libération en mars 1955, est devenu par la force des choses le théoricien de la révolution. Son esprit méthodique, son sens de l'organisation, ses capacités de stratège et son don de visionnaire, ont fait qu'il était l'un des premiers hommes de l'Etat de la future Algérie indépendante. Bien avant de songer à l'organisation du congrès de la Soummam, dont il a rédigé avec Larbi Ben M'hidi, les textes fondateurs, il a d'abord commencé par ouvrir les rangs du FLN aux autres forces politiques : les Oulémas, les amis du Manifeste, les communistes. Il ira encore plus loin en jetant les bases d'un vaste mouvement ouvrier (Ugta) activant sous la houlette du FLN. Il sera l'inspirateur de l'hymne national «Kassaman», dont le texte a été composé par le poète de la révolution Moufdi Zakaria. De l'avis des personnalités qui l'ont connu, comme Reda Malek, Abdelhamid Mehri, M'hamed Yazid, Benyoucef Benkhedda, Salah Boubnider, il était doué d'un sens de l'organisation extraordinaire et à ce titre, il était avant tout un rassembleur. Ses rencontres avec Ferhat Abbas, pour l'Udma, avec Larbi Tebessi pour les Oulémas, Sadek Hadjrès pour les communistes, Aissat Idir pour le mouvement ouvrier, vont contribuer à renforcer les rangs de la révolution, et bien sûr, à combattre le sectarisme. La patrie n'appartient pas à une sensibilité politique en particulier, mais à tous les Algériens, y compris, dans l'esprit de Abane, à l'époque, les Juifs et une catégorie de pieds-noirs qui étaient nés en Algérie et qui n'avaient pas fait de mal. Ceux qui l'ont côtoyé témoignent également de son sens moral élevé, de sa pureté, de sa foi dans la libération inéluctable du pays, de son nationalisme sans faille.
En fin de compte, le parcours de Abane Ramdane, depuis sa sortie de prison en mars 1955 jusqu'à sa mort en décembre 1957, a été très bref, soit deux ans et demi à peine, mais cette période très courte a été très riche, puisqu'elle a doté la révolution de ses textes fondateurs, de ses structures dirigeantes. Ses réseaux furent reconstitués ou renforcés. «Abane avait cette idée que la Révolution ne doit pas être un simple soulèvement. Il fallait lui donner des orientations justes, un cadre et une stratégie adaptée aux exigences de notre époque et à la détermination de tout un peuple à arracher l'indépendance en acceptant tous les sacrifices» dira Réda Malek au Forum d'El moudjahid.
On n'oubliera pas également que cet enfant de Azzouza, mathématicien de formation, a été aussi le fondateur du journal El Moudjahid, preuve de l'importance qu'il accordait à l'information et à la communication.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.