Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron recevra Haftar la semaine prochaine
DEUX MORTS DANS UNE ATTAQUE DE DAESH AU CENTRE DE LA LIBYE
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2019


Une attention peu diplomatique
La rencontre, selon l'Elysée, a pour but d'examiner la situation qui prévaut sur le terrain, la France ayant apporté son soutien, plus ou moins discret, à l'ambitieux général à la retraite, depuis plusieurs années, tout en affichant publiquement son appui à la médiation onusienne.
Le président français Emmanuel Macron recevra la semaine prochaine le maréchal Khalifa Haftar, «l'homme fort de l'est libyen», à l'origine d'une offensive inattendue sur la capitale libyenne voici deux mois et dont l'Armée nationale libyenne autoproclamée est enlisée dans un conflit qui affecte principalement la population civile de Tripoli et de ses environs. La rencontre, selon l'Elysée, a pour but d'examiner la situation qui prévaut sur le terrain, la France ayant apporté son soutien plus ou moins discret à l'ambitieux général à la retraite depuis plusieurs années déjà tout en affichant publiquement son appui à la médiation onusienne conduite par Ghassan Salamé. Outre l'examen de la situation, il sera également question, ajoute le communiqué de la présidence française, de cerner «les conditions de reprise du dialogue politique, à la suite de la visite du Premier ministre (Fayez al-Sarraj), et en lien avec l'ONU et nos partenaires». Il faut dire qu'avant même d'entamer la tournée qui l'a conduit successivement à Rome, à Paris et à Bruxelles, Fayez al Serraj avait interpellé véhément le chef de l'Etat français en l'accusant ouvertement de partialité en faveur du maréchal Haftar, chose que Paris a bruyamment démenti.
Comme al Serraj, Haftar a tout d'abord été reçu jeudi dernier à Rome, certes de façon bien plus discrète mais néanmoins honorable puisqu'il a rencontré le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte. Une audience qui a conduit le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à déclarer, quelques jours plus tar, que le président Macron souhaitait recevoir à son tour le tumultueux maréchal libyen. «La situation en Libye est très préoccupante parce que la feuille de route, qui était proposée par les Nations unies (..) et qui avait failli trouver un aboutissement positif à Abou Dhabi (fin février), a été mise en échec à la fois par une initiative du maréchal Haftar et par une initiative, ou une non-initiative, du Premier ministre Sarraj», avait déclaré Le Drian à l'Assemblée nationale, dans un curieux amalgame mettant dos à dos l'agresseur et l'agressé, sans prendre parti en apparence. En recevant Al Serraj le 8 mai dernier à l'Elysée, le président Macron avait tenté de dissiper ses doutes, en affirmant haut et fort son appui à la feuille de route onusienne, c'est à dire au gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu et soutenu par l'ONU, et pour bien clarifier la donne il n'a pas manqué d'appeler à «un cessez-le-feu sans conditions». On ne peut pas dire, du moins à ce jour, que son appel ait été entendu par le maréchal Haftar dont les forces militaires piétinent aux portes de Tripoli et multiplient les bombardements des quartiers d'habitation, n'épargnant ni les écoles ni les hôpitaux, afin d'user la résistance des troupes loyales au GNA malgré la condamnation de l'UE, la semaine dernière.
«Sûr de lui et dominateur», le maréchal Khalifa Haftar qui est poussé dans son offensive par les Emirats arabes unis et par l'Egypte, cette dernière étant persuadée du «danger terroriste incarné par les milices libyennes aussi bien dans le sud qu'au nord du pays, a beau savoir que son attaque éclair contre Tripoli est en train de tourner au cauchemar, surtout pour la population, il n'en démordra pas pour autant dans sa quête désespérée d'un statut hors normes à la tête de la Libye. Statut dont ses «bienfaiteurs» entendent bien tirer, le moment venu, un profit conséquent. Pendant ce temps, Daesh a renouvelé les attaques contre les barrages de sécurité de l'ANL du maréchal Haftar, au centre du pays, égorgeant deux gardes et en enlevant quatre autres hier, près du champ pétrolier de Zella.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.