Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    L'AG élective fixée au 2 février    Madoui prend le relais    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    "Nous ne sommes pas encore au maximum"    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron recevra Haftar la semaine prochaine
DEUX MORTS DANS UNE ATTAQUE DE DAESH AU CENTRE DE LA LIBYE
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2019


Une attention peu diplomatique
La rencontre, selon l'Elysée, a pour but d'examiner la situation qui prévaut sur le terrain, la France ayant apporté son soutien, plus ou moins discret, à l'ambitieux général à la retraite, depuis plusieurs années, tout en affichant publiquement son appui à la médiation onusienne.
Le président français Emmanuel Macron recevra la semaine prochaine le maréchal Khalifa Haftar, «l'homme fort de l'est libyen», à l'origine d'une offensive inattendue sur la capitale libyenne voici deux mois et dont l'Armée nationale libyenne autoproclamée est enlisée dans un conflit qui affecte principalement la population civile de Tripoli et de ses environs. La rencontre, selon l'Elysée, a pour but d'examiner la situation qui prévaut sur le terrain, la France ayant apporté son soutien plus ou moins discret à l'ambitieux général à la retraite depuis plusieurs années déjà tout en affichant publiquement son appui à la médiation onusienne conduite par Ghassan Salamé. Outre l'examen de la situation, il sera également question, ajoute le communiqué de la présidence française, de cerner «les conditions de reprise du dialogue politique, à la suite de la visite du Premier ministre (Fayez al-Sarraj), et en lien avec l'ONU et nos partenaires». Il faut dire qu'avant même d'entamer la tournée qui l'a conduit successivement à Rome, à Paris et à Bruxelles, Fayez al Serraj avait interpellé véhément le chef de l'Etat français en l'accusant ouvertement de partialité en faveur du maréchal Haftar, chose que Paris a bruyamment démenti.
Comme al Serraj, Haftar a tout d'abord été reçu jeudi dernier à Rome, certes de façon bien plus discrète mais néanmoins honorable puisqu'il a rencontré le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte. Une audience qui a conduit le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à déclarer, quelques jours plus tar, que le président Macron souhaitait recevoir à son tour le tumultueux maréchal libyen. «La situation en Libye est très préoccupante parce que la feuille de route, qui était proposée par les Nations unies (..) et qui avait failli trouver un aboutissement positif à Abou Dhabi (fin février), a été mise en échec à la fois par une initiative du maréchal Haftar et par une initiative, ou une non-initiative, du Premier ministre Sarraj», avait déclaré Le Drian à l'Assemblée nationale, dans un curieux amalgame mettant dos à dos l'agresseur et l'agressé, sans prendre parti en apparence. En recevant Al Serraj le 8 mai dernier à l'Elysée, le président Macron avait tenté de dissiper ses doutes, en affirmant haut et fort son appui à la feuille de route onusienne, c'est à dire au gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu et soutenu par l'ONU, et pour bien clarifier la donne il n'a pas manqué d'appeler à «un cessez-le-feu sans conditions». On ne peut pas dire, du moins à ce jour, que son appel ait été entendu par le maréchal Haftar dont les forces militaires piétinent aux portes de Tripoli et multiplient les bombardements des quartiers d'habitation, n'épargnant ni les écoles ni les hôpitaux, afin d'user la résistance des troupes loyales au GNA malgré la condamnation de l'UE, la semaine dernière.
«Sûr de lui et dominateur», le maréchal Khalifa Haftar qui est poussé dans son offensive par les Emirats arabes unis et par l'Egypte, cette dernière étant persuadée du «danger terroriste incarné par les milices libyennes aussi bien dans le sud qu'au nord du pays, a beau savoir que son attaque éclair contre Tripoli est en train de tourner au cauchemar, surtout pour la population, il n'en démordra pas pour autant dans sa quête désespérée d'un statut hors normes à la tête de la Libye. Statut dont ses «bienfaiteurs» entendent bien tirer, le moment venu, un profit conséquent. Pendant ce temps, Daesh a renouvelé les attaques contre les barrages de sécurité de l'ANL du maréchal Haftar, au centre du pays, égorgeant deux gardes et en enlevant quatre autres hier, près du champ pétrolier de Zella.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.