Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron recevra Haftar la semaine prochaine
DEUX MORTS DANS UNE ATTAQUE DE DAESH AU CENTRE DE LA LIBYE
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2019


Une attention peu diplomatique
La rencontre, selon l'Elysée, a pour but d'examiner la situation qui prévaut sur le terrain, la France ayant apporté son soutien, plus ou moins discret, à l'ambitieux général à la retraite, depuis plusieurs années, tout en affichant publiquement son appui à la médiation onusienne.
Le président français Emmanuel Macron recevra la semaine prochaine le maréchal Khalifa Haftar, «l'homme fort de l'est libyen», à l'origine d'une offensive inattendue sur la capitale libyenne voici deux mois et dont l'Armée nationale libyenne autoproclamée est enlisée dans un conflit qui affecte principalement la population civile de Tripoli et de ses environs. La rencontre, selon l'Elysée, a pour but d'examiner la situation qui prévaut sur le terrain, la France ayant apporté son soutien plus ou moins discret à l'ambitieux général à la retraite depuis plusieurs années déjà tout en affichant publiquement son appui à la médiation onusienne conduite par Ghassan Salamé. Outre l'examen de la situation, il sera également question, ajoute le communiqué de la présidence française, de cerner «les conditions de reprise du dialogue politique, à la suite de la visite du Premier ministre (Fayez al-Sarraj), et en lien avec l'ONU et nos partenaires». Il faut dire qu'avant même d'entamer la tournée qui l'a conduit successivement à Rome, à Paris et à Bruxelles, Fayez al Serraj avait interpellé véhément le chef de l'Etat français en l'accusant ouvertement de partialité en faveur du maréchal Haftar, chose que Paris a bruyamment démenti.
Comme al Serraj, Haftar a tout d'abord été reçu jeudi dernier à Rome, certes de façon bien plus discrète mais néanmoins honorable puisqu'il a rencontré le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte. Une audience qui a conduit le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à déclarer, quelques jours plus tar, que le président Macron souhaitait recevoir à son tour le tumultueux maréchal libyen. «La situation en Libye est très préoccupante parce que la feuille de route, qui était proposée par les Nations unies (..) et qui avait failli trouver un aboutissement positif à Abou Dhabi (fin février), a été mise en échec à la fois par une initiative du maréchal Haftar et par une initiative, ou une non-initiative, du Premier ministre Sarraj», avait déclaré Le Drian à l'Assemblée nationale, dans un curieux amalgame mettant dos à dos l'agresseur et l'agressé, sans prendre parti en apparence. En recevant Al Serraj le 8 mai dernier à l'Elysée, le président Macron avait tenté de dissiper ses doutes, en affirmant haut et fort son appui à la feuille de route onusienne, c'est à dire au gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu et soutenu par l'ONU, et pour bien clarifier la donne il n'a pas manqué d'appeler à «un cessez-le-feu sans conditions». On ne peut pas dire, du moins à ce jour, que son appel ait été entendu par le maréchal Haftar dont les forces militaires piétinent aux portes de Tripoli et multiplient les bombardements des quartiers d'habitation, n'épargnant ni les écoles ni les hôpitaux, afin d'user la résistance des troupes loyales au GNA malgré la condamnation de l'UE, la semaine dernière.
«Sûr de lui et dominateur», le maréchal Khalifa Haftar qui est poussé dans son offensive par les Emirats arabes unis et par l'Egypte, cette dernière étant persuadée du «danger terroriste incarné par les milices libyennes aussi bien dans le sud qu'au nord du pays, a beau savoir que son attaque éclair contre Tripoli est en train de tourner au cauchemar, surtout pour la population, il n'en démordra pas pour autant dans sa quête désespérée d'un statut hors normes à la tête de la Libye. Statut dont ses «bienfaiteurs» entendent bien tirer, le moment venu, un profit conséquent. Pendant ce temps, Daesh a renouvelé les attaques contre les barrages de sécurité de l'ANL du maréchal Haftar, au centre du pays, égorgeant deux gardes et en enlevant quatre autres hier, près du champ pétrolier de Zella.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.