DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un fléau politique
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

La majorité des citoyens, de quelque région qu'ils soient, n'a jamais été dupes, en ce qui concerne la genèse d'un fléau qui a failli saper les fondements même de la société, avec ses tentacules nourries au régionalisme, au népotisme et au clientélisme. La corruption est, indéniablement, un fait politique et si les images offertes, ces dernières semaines, d'un Hirak rédempteur contribuent à entretenir l'espoir que le combat sera effectif et que la justice suivra, contre vents et marées, son cours, il n'en faut pas moins souligner que les prétendus capitaines d'industrie sont tous, sans exception, les créatures des potentats qui dirigeaient le pays à leur guise et distribuaient la rente, selon leur bon vouloir. Ces faits du ou des princes sont, donc, à la source même du problème et leurs auteurs ne peuvent certainement pas arguer d'une quelconque bonne foi, sachant de quelle nature et à quel niveau les rapines endurées par le peuple tout entier et, plus prosaïquement, par le Trésor national, relevaient arbitrairement.
Pour l'heure, les enquêtes suivent leur processus habituel et les convocations des «témoins» se multiplient. L'impatience du Hirak et, en général, de la population toute entière est compréhensible, tant leur rancoeur remonte à de nombreuses années. Mais telle est la justice, lente, méthodique, procédurière et, c'est tant mieux si l'on veut des procès absolument transparents. Car le peuple, en tant que victime expiatoire du phénomène, a le droit de tout savoir, ne serait-ce que parce que les jugements seront rendus en son nom et qu'il a, lui aussi, été, longtemps, le témoin silencieux de ces innombrables turpitudes, à tous les échelons et dans presque toutes les institutions. Qui ignore, en effet, comment certains dirigeants d' entreprises publiques assuraient leur maintien, face aux contraintes ou aux menaces, à peine voilées, de leur hiérarchie? La chose était devenue à ce point «normale» que plus personne n'osait s'élever contre ces pratiques relevant d'une vassalité moyenâgeuse et on en était arrivé au point que lesdites hiérarchies «disparaissaient» avec les fruits du mandat achevé dans telle ou telle institution, la conscience en paix et les dents encore plus aiguisées. Ce sont ces inqualifiables comportements qu'il faudra, d'abord, cerner et punir avant d'en arriver aux «fautes» des gestionnaires qui ont confondu les entreprises avec leur compte en banque personnel. Mais cela ne signifie pas qu'on doive mettre la charrue avant les boeufs: chacun sait que, pour consolider le dossier des premiers concernés, il faut déjà parvenir à identifier les immenses préjudices causés par tous les hommes d'affaires, miraculeusement apparus, en moins de deux décennies.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.