Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Zeroual fait don d'un mois de sa pension de retraite    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Un député français saisit le procureur de Paris    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    3 personnes interpellées    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    On vous le dit    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un fléau politique
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

La majorité des citoyens, de quelque région qu'ils soient, n'a jamais été dupes, en ce qui concerne la genèse d'un fléau qui a failli saper les fondements même de la société, avec ses tentacules nourries au régionalisme, au népotisme et au clientélisme. La corruption est, indéniablement, un fait politique et si les images offertes, ces dernières semaines, d'un Hirak rédempteur contribuent à entretenir l'espoir que le combat sera effectif et que la justice suivra, contre vents et marées, son cours, il n'en faut pas moins souligner que les prétendus capitaines d'industrie sont tous, sans exception, les créatures des potentats qui dirigeaient le pays à leur guise et distribuaient la rente, selon leur bon vouloir. Ces faits du ou des princes sont, donc, à la source même du problème et leurs auteurs ne peuvent certainement pas arguer d'une quelconque bonne foi, sachant de quelle nature et à quel niveau les rapines endurées par le peuple tout entier et, plus prosaïquement, par le Trésor national, relevaient arbitrairement.
Pour l'heure, les enquêtes suivent leur processus habituel et les convocations des «témoins» se multiplient. L'impatience du Hirak et, en général, de la population toute entière est compréhensible, tant leur rancoeur remonte à de nombreuses années. Mais telle est la justice, lente, méthodique, procédurière et, c'est tant mieux si l'on veut des procès absolument transparents. Car le peuple, en tant que victime expiatoire du phénomène, a le droit de tout savoir, ne serait-ce que parce que les jugements seront rendus en son nom et qu'il a, lui aussi, été, longtemps, le témoin silencieux de ces innombrables turpitudes, à tous les échelons et dans presque toutes les institutions. Qui ignore, en effet, comment certains dirigeants d' entreprises publiques assuraient leur maintien, face aux contraintes ou aux menaces, à peine voilées, de leur hiérarchie? La chose était devenue à ce point «normale» que plus personne n'osait s'élever contre ces pratiques relevant d'une vassalité moyenâgeuse et on en était arrivé au point que lesdites hiérarchies «disparaissaient» avec les fruits du mandat achevé dans telle ou telle institution, la conscience en paix et les dents encore plus aiguisées. Ce sont ces inqualifiables comportements qu'il faudra, d'abord, cerner et punir avant d'en arriver aux «fautes» des gestionnaires qui ont confondu les entreprises avec leur compte en banque personnel. Mais cela ne signifie pas qu'on doive mettre la charrue avant les boeufs: chacun sait que, pour consolider le dossier des premiers concernés, il faut déjà parvenir à identifier les immenses préjudices causés par tous les hommes d'affaires, miraculeusement apparus, en moins de deux décennies.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.