DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs
EN TUNISIE, LA PREPARATION DES SCRUTINS LEGISLATIF ET PRESIDENTIEL EST LANCEE
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

Les jeunes sont très attendus aux élections de 2019
Au total, 3.000 agents d'inscriptions ont été recrutés par l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie), chargée d'organiser les scrutins. Ils ont réussi à toucher la jeunesse, dont la participation a été particulièrement faible lors du dernier scrutin en date, les municipales.
Durant le mois du jêune de ramadhan, la vieille ville de Tunis s'anime la nuit. Après la rupture du jeûne, Shayma, 26 ans, file vers la médina de Tunis pour un nouveau défi nocturne: avec ses collègues recrutés comme elle pour mettre à jour les listes électorales, elle doit inscrire le maximum de jeunes pour les scrutins nationaux de fin 2019. Composée de cinq femmes de 22 à 29 ans, l'équipe de Shayma circule de café en concert, munie de tablette et de carnet, à la rencontre de jeunes pour les enrôler en quelques minutes.»Bonsoir! êtes-vous inscrits?», lance Shayma Kouki à un groupe de jeunes, attablés dans l'une des ruelles bondées du coeur de la médina de Tunis. Après cinq minutes de discussions, Shayma a conquis un nouvel électeur potentiel pour les législatives d'octobre et la présidentielle de novembre: Khalil Nefzi, 23 ans. Au total, 3.000 agents d'inscriptions ont été recrutés par l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie), chargée d'organiser les scrutins. Objectif: inscrire le maximum possible des 3,5 millions de Tunisiens non inscrits, en priorité les jeunes, d'ici à la clôture des listes, le 22 mai. Pour atteindre cet objectif, l'Isie a consacré 2,5 millions de dinars afin de sillonner le territoire tunisien: cafés, supermarchés, évènements culturels, usines, zones agricoles et rurales, centres de formation, etc. A deux jours de la fin de la campagne lancée le 10 avril, les agents sont parvenus à inscrire plus d'un million de nouveaux électeurs, dont 538.000 femmes, selon les récentes statistiques de l'Isie, publiées sur son site officiel. Ils ont réussi à toucher la jeunesse, dont la participation a été particulièrement faible lors du dernier scrutin en date, les municipales de mai 2018. Parmi les 18-20, plus de 80% des électeurs potentiels sont désormais inscrits, et plus 70% des 18-25 ans.»Le nombre total des nouveaux inscrits est très respectable», se réjouit le président de l'Isie, Nabil Baffoun, espérant, que cela permettra «un important taux de participation aux prochaines élections». Un pari difficile, alors que les Tunisiens, exaspérés par la corruption et les luttes de pouvoir, rejettent les principaux partis actuels - seuls 33,7% des électeurs inscrits ont voté en mai dernier. Huit ans après la chute de Zine el Abidine Ben Ali aux cris de «pain, travail, dignité», le pays peine à répondre aux attentes sociales de sa population touchée par un chômage persistant et une inflation à près de 7%. Face à un jeune de 20 ans qui rejette des «élections vides de tout intérêt», Marwa Fehri use de tous ses atouts avant de réussir à le convaincre de s'inscrire. «On avait un voleur, nous en avons maintenant 100!», lui lance un autre homme fumant la chicha, en référence à l'ancien président tunisien qui s'est exilé en Arabie saoudite après avoir été chassé du pouvoir en janvier 2011. «Il y a un manque de confiance incroyable de toutes les tranches d'âge envers la classe politique ils sont nombreux à dire qu'ils n'attendent rien des prochaines élections», regrette cette diplômée en droit. Parfois ce pessimisme se manifeste par des insultes envers les agents d'inscription, pris à partie comme s'ils représentaient l'ètat, racontent ces derniers. «Certains me disent 't'as pas honte de faire la propagande pour des politiciens qui détruisent le pays! Tu traînes la nuit pour ce genre de sale boulot''», ajoute Marwa. Malgré cela, elle dépasse largement les objectifs et parvient à inscrire 20 à 60 personnes durant les huit heures de tournée quotidienne - quatre heures le jour et quatre la nuit, ramadhan oblige. Ahmed, 27 ans, se réjouit de pouvoir changer de bureau de vote aussi facilement. «C'est bien de voir des services mobiles efficaces mis à notre disposition», dit-il. Les plus difficiles à convaincre sont les adultes de plus de 40 ans. Certains demandent à se désinscrire, regrettant d'avoir voté dans les précédents scrutins, rapporte un autre agent, Wided Hssin, 25 ans. «Bien que les jeunes soient plus aimables, certains demandent parfois de l'argent pour s'inscrire ou un rendez-vous amoureux en insistant à avoir nos numéros de téléphone», raconte-t-elle, amusée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.