Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Lancement d'une application permettant aux retraités de connaître le jour de virement de leurs pensions    Coronavirus : 585 nouveaux cas, 315 guérisons et 12 décès en Algérie durant les dernières 24h    Tentative d'agression à l'hôpital de Bouira : 2 personnes sous mandat de dépôt et 5 autres sous contrôle judiciaire    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    La double peine !    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    L'infrangible lien...    Le NAHD saisit le TAS    L'énigme Bouchouareb    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les bénéficiaires reviennent à la charge    3 personnes décédées par asphyxie    Les guichets itinérants rétablis    Les habitants soulagés    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée doit écouter l'élite et les sages
IBRAHIMI LANCE UN APPEL À L'INSTITUTION MILITAIRE
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2019


Ahmed Taleb Ibrahimi
Il préconise comme solution «la combinaison des articles 7 et 8 de la Constitution...».
Dans une lettre adressée, hier, aux jeunes du Hirak, l'ancien ministre des Affaires étrangères et ex-candidat à l'élection présidentielle de 1999, Ahmed Taleb Ibrahimi demande à l'armée «de ne pas tourner le dos aux propositions de sortie de l'impasse des élites et des sages».
«Il est vrai que l'institution militaire est disciplinée et évite de se mêler directement dans les affaires publiques, mais dans la situation particulière que nous vivons, elle doit écouter les propositions des élites et des sages, et ne doit pas être un appui à des institutions rejetées par la population...», peut-on lire dans ce message. «En contrepartie, l'intervention légitime de l'institution militaire ne doit pas être une alternative à la légitimité populaire, mais doit être un canal pour concrétiser cette légitimité à travers une réponse claire aux revendications populaires(...), pour que cette intervention légitime ne dévie pas vers la reproduction des moyens et des instruments de l'ex-pouvoir sous de nouveaux titres dans lesquels le principe de la stabilité institutionnelle et constitutionnelle sera confondu avec les ambitions de pouvoir», est-il souligné. «La solution la plus efficace à mes yeux est de rassembler les articulations constitutionnelles des articles 7 et 8 avec l'interprétation qu'elles permettent en considérant que le mouvement populaire comme un référendum, et certains articles de procédure permettant un transfert constitutionnel du pouvoir», préconise-t-il.
Il estime que «la sagesse impose de privilégier la légitimité objective sur la légitimité formelle en prenant en considération le droit du peuple au changement continu». «La Constitution est l'oeuvre des hommes. Elle ne doit pas être en décalage par rapport au mouvement du réel ni être une embûche devant le mouvement du futur. C'est ma vision pour sortir de la crise. Elle s'ajoute aux dizaines autres initiatives proposées par les partis, les syndicats et les personnalités. Je m'étonne qu'elles n'aient pas été vues par les décideurs», a-t-il appuyé. «La légitimité de l'intervention militaire ne doit pas remplacer la légitimité populaire», est-il précisé. Il a appelé les jeunes du mouvement populaire à «sauvegarder la dynamique du changement». L'ancien ministre préconise comme solution «la combinaison des articles 7 et 8 de la Constitution, en fonction des interprétations disponibles». «Je n'ai pas cessé de recevoir des délégations de jeunes du Hirak qui m'ont proposé de diriger la période de transition. Je n'ai pas répondu à l'appel (...), pas par esprit hautain, mais pour deux raisons. La première est pour éviter toute mauvaise lecture suggérant une volonté d'exploiter la situation pour en tirer des dividendes politiques ou pour régler des comptes avec l'ex-président. Et la deuxième raison, plus pertinente à mes yeux, est pour s'éloigner de tout zaïmisme et du culte de la personnalité, supprimés par la Révolution et ravivés aujourd'hui dans une société dominée majoritairement par des jeunes maîtrisant les technologies, ce qui les rend plus au courant sur la manière de s'adapter aux exigences de l'époque. Il faut leur donner l'occasion pour le prouver», a-t-il confié. Il a qualifie d'«épopée» le Hirak réalisé par les enfants du peuple algérien de «toutes catégories sociales et de tous les âges à travers tout le pays», relayé par la diaspora. Le Hirak a atteint un haut degré de maturité et de conscience politiques malgré les divisions nationales. En dépit de tous les craintes et dangers dont malheureusement «la diabolisation» de certains dirigeants politiques, ou des régions du pays, ou l'atteinte au commandement de l'armée, nous devons tous sauvegarder cet acquis civilisationnel et concilier toutes les parties autant que possible, et de tirer du Hirak les slogans qui rassemblent comme «Les Algériens khawa khawa» et «Armée peuple khawa khawa», plaide l'ancien ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.