Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    ERREUR DANS LA REMISE DE DEUX DEPOUILLES : Le directeur du CHU Oran limogé    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Sport/Coronavirus: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Les touristes se font attendre    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    À propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (1re partie)    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie regrette sa démission
HORST KÖHLER JETTE L'EPONGE POUR RAISON DE SANTE
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2019

L'Algérie a rendu un «hommage» bien mérité à M. Kohler
Comme ses prédécesseurs, l'envoyé spécial de l'ONU part sans avoir trouvé une solution au conflit du Sahara occidental.
Inattendu. Rien ne laissait présager d'un départ aussi précipité de l'envoyé spécial de l'ONU. Hörst Kohler a pourtant bel et bien jeté l'éponge. «Le secrétaire général de l'ONU a échangé avec l'ancien président allemand Horst Kohler qui l'a informé de sa décision de se retirer de son rôle pour des raisons de santé», a annoncé laconiquement un communiqué de l'organisation des Nations unies rendu public mercredi. Les réactions se sont enchainées. L'Algérie qui a pris part aux deux tables rondes organisées par le représentant personnel du SG de l'ONU a réagi. «C'est avec un profond regret que l'Algérie a appris la nouvelle de la démission de M. Horst Kohler de ses fonctions d'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental.» a indiqué le ministère des Affaires étrangères.
L'Algérie a rendu un «hommage bien mérité à M. Kohler pour l'engagement et la détermination dont il a fait montre pour la relance du processus de règlement du conflit du Sahara occidental depuis trop longtemps à l'arrêt.», a ajouté le ministère. Il faut souligner que l'émissaire onusien a pu compter sur un soutien sans faille de la part de l'Algérie, en sa qualité d'Etat voisin, pour relancer des négociations directes entre les deux parties au conflit, le Royaume du Maroc et le Front Polisario, à l'arrêt depuis 2012.
Nommé en janvier 2009 Christopher Ross, son prédécesseur, avait réussi à organiser neuf rounds de pourparlers informels dont le dernier s'est tenu entre le 11 et le 13 mars 2012 aux Etats-Unis, à Greentree, Long Island, près de New York. Sans progrès notoire. L'ancien président allemand lui succéda le 16 août 2017 dans des conditions difficiles. Le souverain marocain avait décidé d'expulser la majorité des membres de la Minurso après que, l'ex-SG de l'ONU Ban Ki-moon eut qualifié la présence marocaine au Sahara occidental d'«occupation» lors de la visite qu'il avait effectuée au mois de mars 2016 dans les camps de réfugiés sahraouis.
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental avait de surcroît à composer avec l'héritier de Hassan II qui nie au peuple sahraoui tout droit à l'autodétermination. «Aucun règlement de l'affaire du Sahara n'est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, et en dehors de l'Initiative d'autonomie...», avait déclaré Mohammed VI lors de son discours prononcé le 6 novembre 2017 à l'occasion de la célébration du 42ème anniversaire de l'annexion du Sahara occidental.
Des écueils qui ne l'empêcheront pas de réussir à mettre autour d'une même table marocaine et sahraouie malgré un profil qui ne faisait pas de lui un favori pour une mission aussi délicate.
Spécialiste des questions économiques et financières, au contraire de ses trois derniers prédécesseurs, les Américains James Baker, Christopher Ross et le Hollandais Peter Van Valsum, qui furent des diplomates chevronnés, il allait faire la démonstration qu'il avait plus d'une corde à son arc. Horst Köhler réussira à organiser une première table ronde qui s'était tenue les 4 et 5 décembre 2018 à Genève. Elle avait laissé entrevoir une lueur d'espoir pour voir enfin des négociations directes s'instaurer entre le Maroc et le Front Polisario après un silence qui aura duré près de 9 ans.
Il enchaînera avec un autre round qui a eu lieu les 21 et 22 mars au même endroit. Une troisième rencontre était programmée dans les prochains mois. Horst Kohler ne la pilotera pas. Sa démission «surprise» pour «raison de santé» plonge à nouveau le conflit du Sahara occidental dans l'incertitude. La pression était sans doute trop grande. Le mandat de la Minurso qui était d'une année a été ramené à 6 mois par les Américains pour donner un coup d'accélérateur au processus de paix.
Le conseiller à la Sécurité nationale du président américain, John Bolton, avait regretté le 13 décembre 2018 que le référendum d'autodétermination prévu lors du cessez-le-feu de 1991 ne se soit pas tenu depuis 27 ans.
Les positions restaient «fondamentalement divergentes» avait déclaré en mars dernier Hörst Kohler. Mission impossible? C'est ce que semble indiquer la sortie de l'émissaire onusien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.