Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hörst Kohler avance en terrain miné
LE MAROC ET LE FRONT POLISARIO INVITES À DISCUTER À BERLIN
Publié dans L'Expression le 25 - 01 - 2018


Hörst Kohler, l'envoyé spécial de l'ONU
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental aura notamment à composer avec un souverain marocain qui nie au peuple sahraoui tout droit à l'autodétermination.
La méthode Köhler sera-t-elle assez efficace pour faire bouger les lignes au Sahara occidental? Le représentant personnel du secrétaire général de l'ONU vient de convier les deux parties au conflit et les pays voisins, l'Algérie et la Mauritanie, à des discussions bilatérales.
La rencontre doit se tenir en janvier ou en février à Berlin. «L'émissaire personnel du secrétaire général prévoit en janvier et février d'organiser des discussions bilatérales avec les parties et les pays voisins», a indiqué hier un porte-parole de l'ONU. «Il a envoyé des invitations au ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita et au secrétaire général du Front Polisario Brahim Ghali, ainsi qu'aux ministres des Affaires étrangères algérien (Abdelkader Messahel, Ndlr) et mauritanien», précise la même source.
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental aura notamment à composer avec un souverain marocain qui nie au peuple sahraoui tout droit à l'autodétermination. «Aucun règlement de l'affaire du Sahara n'est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, et en dehors de l'Initiative d'autonomie...», avait déclaré Mohammed VI lors de son discours prononcé le 6 novembre 2017 à l'occasion de la célébration du 42ème anniversaire de l'annexion du Sahara occidental.
Le souverain marocain a posé ses conditions qui résonnent comme un défi lancé à la face de la légalité internationale. Du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres et de son envoyé spécial, Horst Köhler, qui a signé sa première visite dans la région au mois d'octobre de l'année dernière. Une fuite en avant pour ignorer toutes les résolutions votées par le Conseil de sécurité, qui garantissent au peuple sahraoui le droit à l'autodétermination. Une bravade à l'adresse de l'Union africaine à laquelle il vient d'adhérer après avoir ratifié son acte constitutif qui impose, pourtant, à ses membres le respect des frontières héritées de la colonisation. Le Front Polisario, qui s'est montré disponible pour reprendre les négociations, a d'ailleurs interpellé le Maroc à ce propos.
Dans une déclaration publiée le 19 novembre 2017, le chef de la diplomatie sahraouie Mohamed Salem Ould Salek, a appelé le royaume à respecter ses frontières internationalement reconnues et traiter avec la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) et les pays voisins dans le cadre du respect mutuel et de la communauté de destin, insistant sur la nécessité pour l'occupation marocaine d'aller rapidement vers cette démarche.
Le pouvoir marocain est, comme il était attendu, resté sourd à cet appel. Cela donne un aperçu de la complexité de la mission qui attend l'envoyé spécial de l'Organisation des nations unies qui espère relancer les négociations entre Marocains et Sahraouis dans l'impasse depuis plus de cinq années.
Nommé en janvier 2009, son prédécesseur, Christopher Ross, avait réussi à organiser neuf rounds de pourparlers informels dont le dernier s'est tenu entre le 11 et le 13 mars 2012 aux Etats-Unis, à Greentree, Long Island, près de New York. Sans progrès notoire.
Le diplomate américain n'était pas en odeur de sainteté au Maroc. Rabat est allé jusqu'à lui retirer sa confiance de façon unilatérale. Ses déclarations avaient été jugées à l'époque de «partiales et déséquilibrées». «Les comportements contrastés de M.Ross s'écartent des grandes lignes qui ont été tracées par les négociations au Conseil de sécurité. Pour cela, le Maroc a décidé de retirer sa confiance à l'émissaire de l'ONU au Sahara occidental», avait fait savoir le gouvernement marocain au mois de mai 2012. Autrement dit, celui qui n'épouse pas les thèses marocaines ou qui remet en cause la «marocanité» du Sahara occidental est déclaré comme son ennemi et persona non grata sur le territoire chérifien. Hörst Kohler qui est prévenu, avance incontestablement en terrain miné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.