Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Création au féminin !
1ère Biennale d'art contemporain de Rabat
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2019

Au moment où le féminisme revient en force en Algérie, en étant battu en brèche notamment durant le Hirak, qu'il est toujours problématique y compris en Tunisie, un pays voisin, le Maroc a décidé de mettre en place une biennale d'art contemporain dédiée exclusivement aux femmes. En effet la Fondation nationale des musées du Maroc organise dans la capitale marocaine, la première édition de la biennale de Rabat, du 24 septembre au 18 décembre 2019. Celle-ci est conçue par le commissaire général, l'historien d'art et philosophe algérien Abdelkader Damani. Placée sous le thème, « Un instant avant le monde», la proposition curatoriale de cette première biennale entend « contribuer à redéfinir l'art et ses paradigmes en partant du Sud et de Rabat, désignée « Ville lumière » et capitale culturelle du Maroc. Grâce au dialogue entre les disciplines – allant des arts visuels et de l'architecture à la danse et la performance -, la biennale ouvre une réflexion sur l'urgence de la création, en examinant les raisons, les révoltes, les moments décisifs qui poussent les artistes à passer à l'action et à contribuer à l'histoire. » En soi, ce qui pousse l'artiste à créer. A s'engager ! «J'ai souhaité profiter de la page blanche d'une première édition, pour penser la biennale comme une proposition d'alternative. L'ambition formulée n'est pas celle de changer le monde, le transformer ou le pervertir, mais de tenter d'en écrire un nouveau, depuis l'extrême ouest du continent africain, la fin des terres. C'est depuis cette frontière, depuis cette mélancolie, qu'un soir à Rabat le titre de cette première édition s'est imposé à moi : Un instant avant le monde », indique Abdelkader Damani.
Trois cartes blanches
A noter que cette biennale est composée d'une exposition internationale et d'un triptyque de cartes blanches. A cela s'ajoute, tout au long de la manifestation, un programme de performances, une programmation culturelle ainsi que l'art urbain et de programmations associées. L'Algérie sera de la partie avec de nombreuses artistes femmes du pays ainsi que de la diaspora. Une édition qui s'est voulue, selon son commissaire, particulièrement «interdisciplinaire » dans le sens où cet événement qui ne se tiendra pas sur un seul lieu en outre, brassera différentes activités et domaines dont la danse, le cinéma, l'art contemporain… Côté cinéma ainsi, on citera d'ailleurs la projection du film documentaire Hna Berra de Bahia Bencheikh El-fegoun. La militante et comédienne Hania Chabane fait partie également des invitées. Parmi les autres artistes on peut noter également Zoulikha Bouabdellah, Nadia Benboutta, Fella Tamzali Tahari, Katia Kameli, mais aussi Habiba Djahnine, la directrice du Mama Nadira Lagoune etc.
63 artistes à l'Expo internationale
Il est à souligner que L'exposition internationale, dédiée aux artistes femmes, est répartie, nous apprend –on dans plusieurs lieux culturels de la ville de Rabat. Elle réunit 63 artistes et collectifs d'artistes, issus de 27 nationalités différentes et de nombreuses disciplines. Parmi celles-ci, des plasticiennes et peintres (Mona Hatoum, Etel Adnan, Marcia Kure, Ghada Amer, Zoulikha Bouabdellah, Amina Benbouchta, Candice Breitz), de sculptrices (Sara Favriau, Ikram Kabbaj), des cinéastes et vidéastes (Tala Hadid, Habiba Djahnine…), des chorégraphes, metteuses en scène et performeuses (Bouchra Ouizguen, Séverine Chavrier…), des photographes (Deborah Benzaquen, Mouna Jemal Siala) et des artistes digitales (Naziha Mestaoui), mais aussi des architectes (Black Square, Manthey Kula, Zaha Hadid, Maria Mallo…). Parmi les moments forts de la biennale, un hommage vibrant sera rendu à la cantatrice égyptienne Oum Kalthoum, la première artiste sélectionnée par le commissaire, à travers la projection de son concert mythique à Rabat en 1968 comme préambule à toute l'exposition.
Rabat artiste invitée
En prolongeant les questionnements du commissariat d'exposition, trois cartes blanches enrichissent ainsi cette biennale. Celle d'abord donnée dans le domaine des arts plastiques, à Mohammed El Baz : (du 24 septembre au 18 décembre au musée Mohammed VI, Ndlr). Placée sous le signe de la forêt, l'artiste Mohamed El Baz convie six artistes de la jeune scène marocaine à investir le musée Mohammed VI (Mmvi) à travers l'exposition collective A Forest / La Forêt / El Ghaba. Mohamed El Baz invitera le public à réfléchir à la genèse des œuvres d'art ainsi qu'aux nombreux mystères du processus créatif. Une autre carte blanche est donnée à Narjiss Nejjar, réalisatrice et directrice de la Cinémathèque marocaine. Celle-ci conviera le public à une belle programmation cinématographique, en sus de master class, de discussions avec des réalisateurs, afin de comprendre les conditions d'un nouveau récit du monde. Enfin, en partenariat avec l'Académie du royaume le 18 décembre 2019 se tiendra pour conclure la biennale, une grande rencontre littéraire qui réunira près de 50 artistes sous l'égide de Sanae Ghouati, professeur à l'université Ibn Tofaïl et de la romancière tunisienne Faouzia Zouari. Aussi deux séminaires seront conduits tout au long de la biennale. Il s'agit de « Agir sur la définition de l'art », dont le débat sera animé par Nadira Laggoune, directrice du MAMA à Alger, mais aussi « La Tendresse subversive », sous la direction scientifique de Abdelkader Damani. Il est bon de rappeler que la ville de Rabat est célébrée comme artiste invitée de la biennale avec la création d'un parcours conçu en fonction de la « colorimétrie » de la ville et de ses sites historiques emblématiques comme : le fort Rottembourg (Borj Lakbir) surplombant l'océan Atlantique à Rabat ou encore le musée et le site des Oudayas.
Durant trois mois, la biennale de Rabat investit les hauts lieux artistiques de la ville comme le musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (Mmvi), la Villa des arts, l'Espace Expressions CDG et les espaces d'expositions du Crédit agricole et de la Banque populaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.