«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Notre ambition est de participer à la relance économique»
NACER KETTANE, P-DG DE BEUR TV
Publié dans L'Expression le 25 - 01 - 2006

La chaîne a presque 3 ans d'existence, elle se veut être un acteur important dans le futur traité d'amitié entre la France et l'Algérie...
Les deux chaînes privées algériennes de télévision, Beur TV et Algérie Première, ont signé récemment un accord de partenariat donnant à Algérie Première l'opportunité de diffuser ses programmes sur Beur TV. Au delà de l'aspect professionnel de cet accord, il y a lieu d'en souligner la dimension symbolique. En effet, il s'agit là d'un bel exemple de coopération à 100% algéro-algérienne dans le domaine de l'audiovisuel. Les deux premiers responsables des deux chaînes nous en parlent. Ils en profitent également pour dire leur souhait de voir leur secteur d'activité s'ouvrir en Algérie. Ecoutons-les.
L'Expression: Pourriez-vous nous parler de cet accord de partenariat que vous venez de signer avec Algérie Première?
Nacer Kettane: L'idée de monter un partenariat et de permettre à Algérie Première, qui produit déjà des émissions en Algérie, de produire encore des émissions hebdomadaires, permet à cette chaîne d'avoir une visibilité plus importante.
Pourquoi cette idée de partenariat aujourd'hui?
Pour ce qui nous concerne, il s'agit de renforcer la proximité avec le public algérien où nous sommes déjà regardés, de développer encore plus cette proximité avec les citoyens à travers la culture, le sport, la musique et l'éducation, ensuite, il s'agit d'aider Algérie Première production, qui a aussi l'idée, peut-être dans quelques années, de lancer une chaîne, d'essayer de concourir un peu sur le plan de la relance économique aujourd'hui, en occupant le créneau de la communication et de l'audiovisuel pour pouvoir, à notre façon, participer à ce plan de relance économique initié par le président Bouteflika. Et de ce fait, participer aussi à alimenter la réflexion sur l'ouverture du champ audiovisuel en Algérie.
On peut dire que Beur TV est bien regardée, mais on croit savoir aussi qu'elle pèche par un manque de moyens. Disons que la chaîne patine un peu en ce moment. C'est peut-être aussi la raison qui vous a poussé à aller vers une autre chaîne pour combler cette carence en se soutenant mutuellement?
C'est vrai que cela ne nous permettra pas de nous alimenter en termes de programmes. Mais nous avons aussi d'autres accords avec des boîtes de production au Maroc et en France. Nous avons beaucoup de partenaires, notamment l'Entv en Algérie, la RaI italienne, 2M du Maroc...
Nous avons une banque de programmes à travers l'Urti. Nous produisons aussi, nous mêmes, nos programmes en France et en Algérie depuis 2 ans maintenant. Mais c'est vrai que profiter d'une structure production comme Algérie Première va nous permettre de mieux travailler et de resserrer les liens avec la population algérienne et, peut-être, d'enrichir notre offre en termes de programmes.
Quelles sont vos perspectives d'avenir?
Nous, en tant que chaîne, c'est développer Beur TV qui est encore un bébé au sens de l'évaluation d'un outil audiovisuel. Elle aura 3 ans en septembre 2006. On a l'impression qu'elle existe depuis 10 ans. On est en train d'asseoir notre économie et c'est la chose la plus difficile, à savoir trouver les moyens financiers pour pouvoir être pérennisé.
Notre ambition c'est vraiment d'être une chaîne généraliste, offrant à la fois aux Maghrébins de France des programmes qui les intéressent, aux Algériens d'Alger et aux Maghrébins du Maghreb une consommation occidentale et une culture orientale. Le consommateur télévisuel est maintenant très exigeant. On veut surtout être une passerelle entre l'Europe et le Maghreb, entre la France et l'Algérie, voire un acteur important dans le futur traité d'amitié entre la France et l'Algérie.
Peut-on savoir comment est financée Beur TV?
Beur TV est financée exclusivement par la publicité. Depuis 2 ans maintenant, nous avons à peu près dépensé plus de 4 millions d'euros, le plus gros de la publicité vient de l'Algérie. Nous avons ainsi des contrats avec Sonatrach, Sonelgaz, Aigle Azur, la Cnan et Air Algérie.
Nous avons signé pas mal de contrats publicitaires. Nous avons signé aussi des contrats pour le tourisme au Maroc mais aussi avec de grandes entreprises marocaines.
Le 3e pool publicitaire vient du Moyen-Orient et le 4e pool de France. Celui-ci arrive en dernier dans nos recettes publicitaires. En 2004, nous avons fait à peu près 1200.000 euros de publicité et en 2005 à peu près 900.000 euros. Donc, c'est la publicité qui finance Beur TV.
On parle de déverrouillage du champ audiovisuel en Algérie. Etes-vous optimiste. Y croyez-vous?
Je crois que tôt ou tard, il y aura l'ouverture du champ audiovisuel. C'est quelque chose d'inéluctable. Surtout en Algérie où il y a quand même une presse pluraliste et beaucoup d'initiatives. C'est normal que les pouvoirs publics semblent commencer par ouvrir le champ en ayant leur propre télévision, jeunesse, sport etc.
L'ouverture de la radio est aussi inévitable. Je vous rappelle qu'au Maroc, aujourd'hui, il y a un appel d'offres radio et télé qui a été lancé. Tous les dossiers sont déposés. Les autorisations vont être délivrées dans les prochains mois. Donc l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte... ne peuvent pas être en reste.
Cela viendra tôt ou tard. Ce que nous voulons c'est la participation à cette réflexion concernant l'ouverture du champ audiovisuel, en donnant des garanties surtout de professionnalisme et de programmes attractifs pour la population algérienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.